BIBLIOTHÈQUES : E.PIOLLE VEUT INTERDIRE la VOTATION

En plein mois d’août la municipalité Piolle (Verts/PG) a communiqué largement sur ses gros efforts en faveur… des bibliothèques. « Le Dauphiné » du 18 août a exposé en long et large la création d’un département jeunesse à la Bibliothèque Kateb Yacine de Grand Place. Il s’agit seulement de remplacer l’artothèque déplacée  au centre ville et surtout de caser les livres jeunesse des bibliothèques fermées d’Hauquelin et de Prémol : 5 à 6000 documents récupérés selon Jean-Marc Vidal le responsable (Dauphiné du 18/8/17).

PRÉS DE 4000 GRENOBLOIS RÉCLAMENT LA RÉOUVERTURE de HAUQUELIN et de PRÉMOL 

C’est donc moins glorieux qu’il n’y parait. Tout est dans la présentation : il s’agit de créer un climat afin de refuser la votation citoyenne prévue par ses propres engagements.
En effet une pétition a été signée par 3892 grenoblois soit près du double du minimum requis pour avoir le droit à ce que la question soit soumise à une votation citoyenne si le conseil municipal ne répond pas favorablement à la demande.
Or ces 3892 Grenoblois réclamaient « la réouverture  des bibliothèques  Hauquelin et Prémol et le maintien de la bibliothèque Alliance ».A notre connaissance cette revendication n’est pas satisfaite.

AU CREUX de JUILLET, E.PIOLLE ANNONCE QU’IL N’Y AURA PAS de VOTATION

Afin de passer plus tranquillement les élections législatives (E.Piolle pensait que ses candidats seraient en tête) le Maire a engagé un « dialogue » qui a permis de suspendre le mouvement et d’organiser des opérations de diversion parmi les porteurs de la pétition.

Et, comme à son habitude, au creux du mois de juillet, il a fait preuve de sa brutalité : il a unilatéralement annoncé qu’il ne donnerait pas suite au déroulé naturel du processus qu’il a lui-même mis en place : la pétition ne serait pas soumise à la votation en septembre.
Sa Suffisance a jugé elle-même que les revendications étaient globalement satisfaites. Et puis Eric Piolle a saisi l’opportunité de la démission de porte parole du collectif « Touchez pas à nos bibliothèques » pour tenter de contourner le vote et d’imposer ses décisions.

E.PIOLLE :  LE VOTE DES GRENOBLOIS EST « UNE IMPASSE »

« le Dauphiné » rappelle sa thèse -sans évoquer les autres- selon laquelle « Soit on fait le choix de la votation, comme le prévoit le règlement en cas d’im­passe, mais cela voudrait dire nier tout le travail mené. Soit on met en œuvre les engagements du conseil du 22 mai. C’est le choix que je fais ce soir. »
Au passage il qualifie « d’impasse » le choix de la votation citoyenne lorsque le conseil municipal ne donne pas suite à une demande des citoyens ! C’est dire son état d’esprit en ce qui concerne  le pouvoir à donner aux grenoblois.

E.PIOLLE TIRE UN TRAIT SUR SON USINE à GAZ …

Mais surtout Eric Piolle s’érige en juge des « engagements » qui répondent aux revendications. Mieux il tire un trait sur toute l’usine à gaz mise en place pour étouffer toute possibilité pour les grenoblois de décider autre chose que ce que veut la majorité municipale : on le sait la votation doit obtenir…. 20 000 voix pour être adoptée ce qui est impossible. Même le référendum exemplaire de la municipalité Carignon qui a permis aux grenoblois de décider de la création du Tram n’a pas obtenu 20 000 voix !

… ET EN CRÉE UNE AUTRE POUR CONTOURNER les GRENOBLOIS 

Mais maintenant il démolit aussi son propre système et en crée un autre de spécifique pour les bibliothèques :  « Nous présente­rons une délibération au conseil municipal du mois de septembre, que nous soumettrons largement aux Greno­blois et aux usagers des bibliothèques » a t il annoncé le 10 juillet. 

Cet été les communicants ont donc élaboré un nouvel enfumage qui permettra d’affirmer qu’après une consultation novatrice les grenoblois approuvent massivement la fermeture de Hauquelin et de Prémol, enthousiastes à l’idée que soit préservé un accès aux livres jeunesse  et remercient le Guide éclairé qui est à la tête de Grenoble pour sa magnificence.

DEUX CO-LISTIERS: « E.PIOLLE BAFOUE SES ENGAGEMENTS »

Mais cette fresque épique et glorieuse ne correspondant à aucune réalité, elle rejoindra les caisses de propagande inutile déjà entassées dans les caves de la mairie. Comme l’ont rappelé deux membres de sa liste, Bernadette­ Richard-Fi­not et Guy Tuscher, “en refusant d’aller à la vota­tion citoyenne et en refusant les termes de la pétition du col­lectif Touchez pas à nos biblio­thèques, Éric Piolle bafoue ses engagements de campagne. Armé d’arguments rhétori­ques et de talentueux commu­nicants, il espère que sa straté­gie politique passe inaperçue. »

« COMMENT UN MAIRE PEUT IL RESTER LÉGITIME ? »

Ils ajoutent une sentence qui fait mal émanant d’élus qui ont fait campagne à ses côtés :  « Com­ment peut ­on parler de démo­cratie participative quand le maire refuse de mettre en ap­plication ses principaux outils de concertation citoyenne dès qu’il se sent menacé ? Com­ment un maire peut ­il rester légitime s’il bafoue ainsi les bases sur lesquelles il a été élu ?”

LES GRENOBLOIS DEMANDENT QUE LE DOSSIER FASSE L’OBJET d’UNE VOTATION 

En effet la question de sa légitimité se pose. En allant si loin dans le reniement et le mensonge, Eric Piolle scie la branche sur laquelle il est assis. En aucun cas les grenoblois ne peuvent lui faire confiance. Ils demanderont dés septembre que ses engagements soient tenus et que la pétition sur les bibliothèques soit soumise à la votation. 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *