BIBLIOTHÈQUES : SES MENTERIES ENFONCENT ENCORE C.BERNARD (Verts/Ades)

Si elle est demeurée silencieuse au Conseil Municipal du 10 juillet sur le fond du dossier de la consultation des Grenoblois  à propos de la fermeture des bibliothèques -afin de ne pas se confronter à un débat périlleux pour elle-  l’inénarrable Corinne Bernard, Adjointe (Verts/Ades) “aux cultures” (moins on en a, plus on l’étale) se rattrape largement dans le “Dauphiné Libéré” ( 13/7/17). Même si les questions d’Eve Moulinier sont pertinentes en effet c’est plus facile :  elle ne rencontre pas de contradicteur face à ses grossières menteries.

“SI ON ORGANISE LA VOTATION LE CHANTIER de L’ALLIANCE SERA RETARDÉ” 

Elle peut donc menacer sans risque. Ainsi les effrontés qui réclament qu’Eric Piolle respecte la procédure qu’il à lui-même mis en place sont des irresponsables. Pensez donc !  «Pour Alliance, on avait déjà voté une enveloppe de 140 000 € pour financer les travaux. Si on organise une votation, le chantier sera forcément retardé. On n’a pas travaillé aussi dur pour en ar­river là.»

LA VOTATION SUR LES BIBLIOTHÈQUES NE RETARDAIT PAS LEUR FERMETURE

Nouvelle thèse Piollesque : les votations suspendent les décisions municipales !  Mais lorsque les usagers et les bibliothécaires ont lancé les pétitions et demandé que les fermetures soient suspendues par un moratoire au résultat de la votation il a été répondu par un “niet” retentissant : la décision du conseil municipal serait appliquée même si  les grenoblois s’opposaient ensuite par leur votation à leur fermeture.

E.PIOLLE  SORT  UNE NOUVELLE FORME de “CONSULTATION” de SON CHAPEAU

On avait conseillé à Corinne Bernard de demeurée cachée. Elle n’a pas pu s’empêcher de sortir du bois pour faire croire qu’il reste une Adjointe à la Culture. Patatrac. Ses menaces sont ridicules et ne vont pas améliorer la crédibilité au grand n’importe quoi qu’est la réthorique municipale.

D’ailleurs Eric Piolle dans le même “Dauphiné Libéré” explique qu’il est en train d’inventer une nouvelle forme de consultation, une nouvelle branche des usines à gaz pour perdre les citoyens.  Entre la co-construction, la pétition, la votation, les CCI, les budgets participatifs et le reste. Ne voulant plus appliquer l’obligation de soumettre à votation, le futé Eric Piolle sort une nouvelle “consultation” de son chapeau. Plus il avance plus les tromperies s’alourdissent.

G.TUSCHER à E.PIOLLE: “VOUS MENTEZ, VOUS RÉÉCRIVEZ L’HISTOIRE” 

C’est le 37 ème membre de sa liste, Guy Tuscher,  qui a le mieux résumé au Conseil municipal du 10 juillet :  « vous réécrivez l’histoire, vous mentez par omission, vous venez de dynamiter votre propre processus d’interpellation citoyenne ». 

Car E.Piolle au lieu d’organiser la votation  a annoncé qu’il soumettra sa décision “largement aux Gre­noblois et aux usagers des bibliothèques.”

Une phrase énigmatique selon Eve Moulinier du DL (13/7/17)  que l’entourage du maire nous a expliquée hier : « Cette délibération prévoira la tenue d’une consultation des Grenoblois, usagers des bibliothèques, dès octobre. L’objectif est de re­cueillir leur avis sur les modernisations en cours et à venir du réseau de lecture publique. Tout ceci afin que la mise en œuvre des engagements contenus dans la délibération corresponde au mieux à leurs besoins. »

E.PIOLLE AVAIT OUBLIÉ SON ARGUMENTATION PRÉCÉDENTE

“L’entourage” du Maire est en général le rédacteur des réponses des élus, Enzo Lecourt qui a du plus que souffler à la malheureuse Corinne Bernard l’idée que la consultation stopperait les travaux de la bibliothèque Alliance. Les 4000 pétitionnaires étaient transformés en vilains grenoblois. Ou au moins le collectif qui prétend les représenter comme dirait l’Inspecteur du Travail Pierre Mériaux. Tout à leur colmatage des brèches, ils en avaient oublié leur argumentation précédente.

LA FUTURE CONSULTATION  SUR LES BIBLIOTHÈQUES DOIT ASSURER LE RÉSULTAT !

Mais on imagine parfaitement “la consultation” de M.le Maire sous une forme qu’il définira Lui-même après que le cabinet ait planché pour savoir quel bidule mettre en place pour sembler  faire approuver Sa décision par les Grenoblois ?

Nos Rouge/Verts grenoblois sont un bateau ivre. Saoul d’idéologie et de dogmes, saoul de tromperies et de duplicité, saoul de tricheries et de trahisons.

AUCUN GRENOBLOIS N’A ENCORE COMPRIS COMMENT IL POUVAIT INFLUER SUR UNE DÉCISION 

A bientôt 2 ans de la fin de son mandat la municipalité n’a pas encore édité le guide de la consultation qui permettrait au citoyen disposant de longues soirées  libres de chercher l’endroit ou il peut poser sa question à la municipalité.  Sachant que le tuyau pour la poser est sans fin. La question devient donc obsolète en route. C’est le but.

Mais de toute façon quand la municipalité  abat les arbres de la place de la Gare ou de la rue Lesdiguières, quand elle décide seule la fermeture de Grenoble sans étude d’impact préalable ou met en place un plan brutal d’austérité, aucun Grenoblois n’a encore compris comment il pouvait influer sur la décision.

E.PIOLLE MET EN PLACE LE 121 Ème ENGAGEMENT PLUTÔT QUE DE TENIR les 120 AUTRES   

Avec le dossier bibliothèque, Eric Piolle qui marche sur l’eau et a déjà créé le désert à Grenoble, est en train de mettre en place un 121 ème engagement pour consulter les grenoblois. C’est mieux que de tenir les 120 autres. Mais de ce fait, Pascal Clouaire, le faussaire (Verts/PG) édite un guide de la démocratie locale qui n’est déjà pas à jour.

Il pourra toujours le justifier par le fait que le Guide dont Grenoble à la chance de disposer à sa tête pour entrer enfin dans la lumière du XXI ème siècle est toujours en avance et ses serviteurs de la majorité municipale si modestes par rapport à Sa Grandeur, qu’ils ne peuvent le suivre.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *