JOUHAUX : CE SAPIN QU’ON ABAT…

La bétonisation de Grenoble se poursuit à un rythme soutenu. La suppression des arbres grands et beaux sujets aussi.

Ici rue Léon Jouhaux, à l’angle des rues Moyrand et Claude Genin ce superbe sapin a été abattu sans ménagement. Il s’agit de bétonner un espace qui avait le malheur de remplir deux fonctions haïes par la municipalité : un bel arbre et une possibilité de stationnement. L’horreur absolue.

Entre 1997 et 2006, alors que les actuels élus Verts/Ades si soucieux de l’avenir de la planète étaient déjà au pouvoir avec Michel Destot (Raymond Avrillier, Vincent Fristot, Pierre Kermen, Maryvonne Boileau, Claire Kirkyacharian, Christine Garnier…. en rouge les arbres abattus, en verts les arbres plantés … ( source ville de Grenoble)

E.PIOLLE PLANTE DES BRINDILLES

Ça n’empêchera pas Eric Piolle de vanter le nombre de brindilles plantées dans la ville sans jamais comparer ces arbres qu’on abat avec ceux qui sont plantés. Une régression écologique permanente.

Parc Hoche : on bétonne aussi…

MOINS DE 12 M2 D’ESPACES VERTS PAR HABITANT

Avec moins de 12 M2 d’espaces verts par habitant Grenoble est devenue la dernière des grandes villes de France dans ce domaine : bravo la bétonisation. Partout on supprime le soleil, la vue sur les montagnes et les arbres pour bétonner .

Le scandale de l’abattage des 19 marronniers de la place Victor Hugo n’a pas disparu de la mémoire des Grenoblois

Rappelons quelques exemples de l’Attila des arbres :

La liste n’est pas exhaustive….

La municipalité Carignon a réalisé une vingtaine d’hectares de parcs et jardins enrichissant le patrimoine des grenoblois et luttant efficacement contre les ilots de chaleur

13 juin 2019