MUNICIPALITÉ : UNE HAINE des ARBRES

Lucille Lheureux l’Adjointe (Verts/PG) totalement inefficace à l’espace public et qui apporte généralement la scoumoune, a trouvé une solution : si Grenoble manque d’arbres ce sera la faute des … grenoblois. L’élue avait déjà tenté de comptabiliser les m2 de goudron dans les espaces verts.

Le “concours” de plantation qu’elle évoque en ce creux de début d’année n’a qu’un objet : faire oublier la bétonisation intensive de la ville. L’insuffisance de végétalisation n’est pas une cause des ilots de chaleurs que subissent les grenoblois. Elle est une conséquence de la densification excessive de la ville devenue la plus dense de France par M2 hors région parisienne ! Grenoble, deuxième, a en effet dépassé Villeurbanne sous le mandat Piolle.

Lucille LHEUREUX (Verts/PG) UNE LANGUE DE BÉTON

Il n’est question de rien de tout cela dans la sorte de publi-reportage signé de Serge Massé dans le “Dauphiné” (2/1/19). Au contraire. Lucille Lheureux peut asséner sa propagande dans une langue de béton, alignant les chiffres comme les arbres à l’abattage !

MOINS DE PLACE POUR LE VERT, PLUS D’ARBRES!

Notre engage­ment est de nous orienter vers une ville plus respira­ble, plus ombragée et plus fraîche en été. Donc nous demandons aux Grenoblois de relever ce défi, il s’agit de trouver des empla­cements où un ou plusieurs arbres peuvent être plan­tés”explique t-elle laborieusement … Moins la municipalité laisse de place pour le vert, plus il faut trouver des endroits ou planter !

PENDANT 15 ANS SUR 22 GRENOBLE A PERDU DES ARBRES

La municipalité publie les chiffres annuels d’abattage et de plantation depuis 1996 (pas avant, et pour cause, les municipalités Carignon ont réalisé autour de 20 hectares d’espaces verts). Les données sont catastrophiques. Sur 22 ans pendant 15 ans les municipalités ont plus arraché d’arbres qu’elles n’en n’ont planté.

V.FRISTOT (Verts/Ades) CHARGÉ DES ESPACES VERTS PENDANT L’HÉCATOMBE

Les années les plus cruelles pour les arbres avec de véritables Attila aux commandes sont les 10 années 96/2006 pendants lesquelles ( déjà) les élus Verts/Ades cogéraient Grenoble aux côtés de M.Destot. L’actuel Adjoint à l’Urbanisme , Vincent Fristot était chargé… des espaces verts. Raymond Avrillier (Logement) C.Kirkyacharian, Maryvonne Boileau, M.Girod de l’Ain, Pierre Kermen, Christine Garnier, JM Cantèle , Gilles Kuntz… tous élus Verts/Ades y exerçaient des responsabilités.

CASERNE DE BONNE : LES PLATANES ABATTUS

Tous les projets d’urbanisme élaborés en commun depuis Vigny-Musset jusqu’à la Presqu’île auront oublié les espaces verts. Dans un site comme la caserne de Bonne les platanes , sujets anciens et remarquables, ont été sacrifiés sans ménagement alors que caserne Reyniès-Bayard la municipalité Carignon a réalisé un projet urbain autour des arbres existants devenus un parc de 5,5 hectares, le plus vaste depuis 40 ans.

E.PIOLLE VEUT BÉTONNER LE PARC Henri TARZE

Lucille Lheureux lance son opération au moment ou l’Union de Quartier Grenoble-confluence dénonce la volonté d’urbaniser le parc Henri Tarze que la municipalité a oublié de dépolluer ! Dans un secteur ou les habitants de la Presqu’ile disposeront d’un M2 d’espaces verts par habitant et protestent parce que le jardin qui doit leur permettre d’atteindre ce résultat n’est pas encore réalisé. Ils sont appelés à trouver des emplacements pour planter des arbres.

DES CENTAINES DE GRANDS SUJETS ABATTUS DANS LA VILLE

Bien entendu Lucille Lheureux , très sélective, oublie de comparer la valeur écologique des arbres détruit et des arbustes plantés. Le “Dauphiné”ne lui pose pas la question.

Tous les arbres disparus rue Lesdiguières, rue Hébert, piscine Jean Bron, crs de la Libération, square Silvestri, parc Hoche, place Victor Hugo, place de la Gareont été parfois -pas tout le temps- remplacés par des petits sujets .

UN URBANISME CRIMINEL

Mais de Flaubert à l’esplanade les grands projets urbains ne créent pas de parcs et détruisent des arbres.  Ils sont dans la continuité de cet urbanisme criminel qui avait été dénoncé par un architecte habitant cours de la Libération effrayé par la destruction systématique des jardins et de la diversité de la ville.

L’OPÉRATION DE COM’ ÉCHOUERA COMME LES AUTRES

Lucille Lheureux ne réussira pas plus avec les arbres qu’avec “l’espace public” dont elle est responsable. L’opération de com’ au sujet des arbres lancée à la fin du mandat pour corriger l’image lamentable qui colle à la municipalité échouera comme les autres.

A.CARIGNON : “ÉTABLIR UN MORATOIRE SUR LE BÉTON”

Jusqu’au bout la municipalité n’aura pas compris que le réel est plus important que le virtuel créé en chambre. Hier Alain Carignon a demandé “Plutôt que de camoufler sa politique avec de la com’ sur des concours, la municipalité devrait s’engager à sauver le parc Henri Tarze, réaliser en urgence le jardin de la presqu’ile, refuser tout projet urbain sans parc, établir un moratoire sur le béton et ne plus abattre un seul arbre sans nécessité absolue liée à un danger imminent. La santé des grenoblois est en cause”.

En effet du concret en la matière aussi serait plus efficace…

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *