CAMPEMENTS DE L’ALLIANCE : LE PRÉFET POINTE LA RESPONSABILITÉ DE PIOLLE

« Le parc de l’Alliance est un parc municipal, donc il s’agit de la compétence de la mairie. […] Elle a la possibilité d’activer ses pouvoirs de police municipale pour faire évacuer le parc » ( DL du 20/8/22). Le communiqué de la préfecture est sans appel. Laurent Prévost, le Préfet de l'Isère rappelle clairement sa responsabilité à Eric Piolle. Comme à son habitude, il a fait la sourde oreille aux alertes envoyées dès les premières installations des campements de la misère des pays de l'est qui se renouvellent régulièrement.

CLÉMENT CHAPPET, PDT de L'UNION DE QUARTIER AVAIT ALERTÉ DÈS LE ... 24 MARS 

Dès le 24 mars, alors que les premiers arrivaient, Clément Chappet, Président de l'Union de Quartier Foch/Aigle/Libération rappelait à Eric Piolle les expériences précédentes : quelques familles, puis des dizaines d'autres et avec le froid de l'hiver l'occupation de la bibliothèque de l'Alliance , puis l'évacuation par la force, sans ménagements.

Enzo LESOURT A DÉNONCE LA GESTION DES CAMPEMENTS PAR PIOLLE 

Enzo Lesourt, le principal collaborateur brutalement licencié par Piolle,  raconte dans sa lettre d'Adieu ce que les familles ont subi du fait de la décision de la municipalité: " les services de la ville ont détruit et envoyés à la benne , sous leurs yeux, tentes, effets personnels, et leurs trop rares papiers administratifs".

C.CHAPPET : " ÉVITER QU'ILS SE PÉRENNISENT et SE DÉVELOPPENT "

"Pour qu’une telle situation ne se reproduise pas, je me permets de vous interpeller pour que vous mettiez rapidement en œuvre les moyens nécessaires pour éviter que de nouveaux campements se pérennisent et se développent. Il s’agit là d’une question de considération vis-à-vis des riverains, qui subissent les nuisances d’une telle occupation sous leurs fenêtres. Il s’agit également d’une question de respect pour les occupants, qui méritent des conditions d’hébergement dignes, dans une ville dont vous ne cessez de rappeler la tradition “d’humanisme” écrivait Clément Chappet le 24 mars dernier. 

LES FEUX et BARBECUES PAS INTERDITS DANS LES CAMPEMENTS 

Pas de réponse, pas de mesures, la situation a empiré et devient intenable pour les occupants comme pour les riverains. La municipalité ne fait évidemment pas appliquer dans ces campements son interdiction des feux et barbecues fièrement rappelée récemment, ce qui inquiète les voisins en cette période de sécheresse .

" DES CONDITIONS D'INSALUBRITÉ CHOQUANTES"

 « Il y a quelques mois, il y avait au moins des toilettes de chantier installées par la mairie et ces gens avaient une dignité qu’ils n’ont absolument plus à l’heure actuelle. Ces conditions d’insalubrité dans lesquelles on les laisse sont choquantes. On a des fenêtres qui donnent sur un bout de ce jardin collectif où les femmes ouvrent un carton qui fait office de toilettes. Oui, on en est là » raconte un riverain à Jean-Benoit Vigny ( DL du 20/8/22)

LES MAFIAS de la MISÉRE PROSPÉRENT AVEC PIOLLE

Tout à côté, les grenoblois n'ont pas oublié l'incendie criminel du camp de Roms parce que l'un d'eux n'avait pas payé son loyer ( 500 €/mois) aux mafias qui organisent ces filières. Il semble qu'elles doivent continuer à payer après avoir été logées en HLM, sinon les autres membres de la famille demeurées au pays subissent des représailles. Alain Carignon avait demandé à Eric Piolle une enquête. En vain. Une partie de l'entreprise Richardson a brûlé et elle réclame 7 Millions d'€ à la ville dont l'essentiel sera payé par le contribuable. Merci qui? 

LA MUNICIPALITÉ " INTERPELLE " LA PRÉFECTURE ...

Les mafias profiteuses de la misère humaine trouvent en Piolle un allié objectif: il laisse grossir les camps sordides , puis loge en HLM , ghettoïsant les quartiers. En attendant, Eric Piolle fait répondre hypocritement que l’hébergement d’urgence est une compétence de l’État. La municipalité a une nouvelle fois interpellé la Préfecture sur la situation dans le parc de l’Alliance”. ( DL du 20/8/22)

... ET LAISSE GROSSIR LES CAMPEMENTS  

S'agissant d'un terrain dont la ville est propriétaire c'est à elle de demander officiellement et formellement l'évacuation du camp. Pas " d'interpeller la préfecture" , ce qui ne veut rien dire. Elle ne le fait pas plus cette fois que l'année dernière sur le même site ou avec le camp installé à proximité de Richardson, qui a produit l'incendie. La municipalité laisse grossir et intervient le dos au mur quand elle ne peut plus faire autrement . Puis les mafias recommencent... Avenue Esmonin n'avait-elle pas laissé grossir un an le bidonville? 

 

LES GRENOBLOIS VICTIMES DE L'IRRESPONSABILITÉ MUNICIPALE

Les grenoblois sont les victimes de cette politique irresponsable. Les miséreux exploités aussi. Mais toute la ville subit les conséquences de cet appel d'air à des populations que la municipalité est incapable d'intégrer et de loger en si grand nombre. Il en résulte une paupérisation générale, l'aggravation de l'insécurité , le départ de la classe moyenne, une baisse de la valeur des biens, une dégradation de l'espace public. 

RUE DES ALLIÉS, ALLIANCE, FLAUBERT : UNE TRISTE ÉVOLUTION 

Le secteur de la rue des Alliés et de la rue de Stalingrad avec le squat de l'ultra gauche installé par Piolle, l'occupation régulière du parc de l'Alliance - une superbe réalisation de la municipalité Carignon - la construction tout près des 2000 logements de Flaubert dont plus de 50 % de social , est représentatif de la triste évolution engagée. 

CONTRAINDRE PIOLLE à CHANGER DE POLITIQUE

Le groupe d'opposition au Conseil Municipal, Clément Chappet au titre de Président de l'Union de Quartier, nombre d'habitants interviennent et se mobilisent. Ces protestations doivent s'étendre à toute la ville car cette politique du pourrissement et du laisser-faire n'épargne pratiquement aucun quartier. Alors qu'il est marginalisé et politiquement affaibli, c'est le moment de pousser les feux afin de contraindre Piolle à changer de politique.  

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.