VALEUR DES BIENS : PIOLLE PLOMBE GRENOBLE

Il est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre.... Celui ou la valeur des biens grenoblois étaient supérieure à celle de Lyon. Dans les années 90 sous la municipalité Carignon ou la ville accumulait les succès. 

Aujourd'hui dans tous les tableaux publiés c'est du simple au double , mais en faveur de la capitale régionale dont le prix  dans l'ancien oscille entre 5000 et 5500 € le M2 contre 2500 à 2900 € pour Grenoble suivant les classements. 

PIOLLE PLACE GRENOBLE DERRIÉRE TOUTES LES MÉTROPOLES...

Mais surtout Grenoble est devancée par toutes les Métropoles auxquelles elle pourrait se comparer (Bordeaux , Nantes, Toulouse, Marseille, Strasbourg, Lille, Nice, Rennes... ) ou les propriétaires de logements réalisent un gain appréciable. 

... ET MÊME DES VILLES SECONDAIRES 

Mais même des villes secondaires comme Angers ( 3605€ le M2) Argenteuil ( 3383€) Caen (3027€) Dijon ( 2819€) Tours ( 3223€) ou... Venissieux ( 3028€) ont une valeur des biens supérieure à Grenoble. Tandis que Dijon ( 2819€) ou...  Clermont-Ferrand ( 2454€) la talonnent. 

L'ÉCART DEMEURE OU S'ACCENTUE

Le redressement des prix de ces derniers mois sur lequel communiquent légitimement les agents immobiliers ne change rien au fond : l'augmentation est inférieure à celle de la plupart des grandes villes et l'écart demeure ou s'accentue encore avec elles. 

L'IMPÔT FONCIER PARMI LES PLUS ÉLEVÉS DE FRANCE

En réalité le propriétaire grenoblois minoritaire dans la ville est attaqué de plusieurs façons: par l'impôt puisqu'il paie l'une des taxes foncières parmi les plus élevées de France et qu'il se murmure dans les couloirs de l'hôtel de ville qu'Eric Piolle envisagerait de l'augmenter encore en 2023 !

B.SCHUMAN (Verts/FI) NE DIT PAS LA VÉRITÉ AUX ACQUÉREURS

Il est affaibli par l'espace public dégradé, par l'insécurité endémique et par la bétonisation intensive. Les " éco quartiers" - ainsi nommés par anti-phrase - sont un piège à ciel ouvert pour les acquéreurs. D'autant que des opérateurs comme Grenoble-Habitat ( Présidente Barbara Schuman Verts/FI) ne disent pas la vérité: à la fois opérateur social et privé il ne fait pas expressément savoir que le quartier comptera jusqu'à 50 % et plus de logements sociaux. A peine a t-il signé, l'acquéreur est perdant. Il n'y a aucune exception de Villeneuve à la Presqu'ile en passant par Vigny-Musset ou de Bonne. Seul le niveau de perte varie; Demain Flaubert devrait être un nouvel Arlequin. 

REFUS DE VENTE DES HLM AUX LOCATAIRES

Le groupe d'opposition alerte en vain la municipalité en lui rappelant qu'il n'y aucun intérêt à spolier la classe moyenne qui fait l'effort de mettre sa famille à l'abri et en préparant son avenir. Elle appelle au rééquilibrage des quartiers par la vente des logements sociaux aux occupants. Afin de l'empêcher Eric Piolle et ses amis ont limité à ... 30 logements par an sur tout le territoire de la Métropole la possibilité d'acquérir un logement par les locataires de HLM. Notons au passage que c'est un communiste alimentaire, Nicolas Béron-Perez qui a porté cette délibération anti- sociale : les pauvres doivent rester pauvres....

BONNE INTÉGRATION et PROTÉGER LA VALEUR DES BIENS

Dans les nouveaux quartiers elle estime que la part du social doit être limitée à 20 % afin de permettre une bonne intégration des populations et de protéger la valeur des biens des propriétaires. C'est sur cette base qu'a été réalisé le quartier Reyniès-Bayard par la municipalité Carignon: la seule caserne récupérée par la droite comprend aussi un parc de 5,5 hectares tandis que les casernes Hoche et de Bonne, récupérée par les municipalités de gauche et Verts, ont été ultra densifiées avec une part sociale très élevée qui aboutit à un résultat explosif. 

 

TIRER VERS LE HAUT OU VERS LE BAS ?

Deux conceptions s'affrontent : tirer vers le haut ou vers le bas la population et la ville. Les faire progresser ou chuter ensemble. Quel que soit le critère objectif et factuel que l'on prenne, la stratégie Piolle ne trompe pas. En faisant fuir la classe moyenne, en créant un repoussoir pour les consommateurs aisés, il paupérise la ville pour en faire un Bantoustan électoral dont les bobos-gauchos et la délinquance se partagent le territoire. Les premiers très aisés s'accommodant des seconds du fait de leur mobilité géographique qui les rend indifférents à la dégradation de l'espace public et à l'insécurité. De plus ils sont rarement propriétaires à Grenoble.

LES ROUGE/VERTS SONT à L'ABRI de L'APPAUVRISSEMENT 

Le cas Piolle est symbolique: locataire d'un appartement au coût très élevé, à la vue dégagée, il est actionnaire à ... Singapour.  Beaucoup d'élus Rouge/Verts qui sont propriétaires, le sont de villas dont la valeur peut se défendre, ce type de bien étant toujours recherché. 

Bref, l'appauvrissement de la ville n'est pas pour tout le monde. Grenoble a besoin d'un plan global de revalorisation qui prenne en compte tous ces aspects depuis l'espace public jusqu'à l'urbanisme. Contrairement à ce qui est répété par les perroquets, il est tout à fait à portée d'en faire à nouveau une grande Métropole attractive à l'environnement préservé.

One Comment

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.