VILLENEUVE : LA SITUATION S’AGGRAVE


 

 

La Villeneuve est déjà l'un des quartiers les plus délaissés par la majorité d’Éric Piolle. Ces derniers jours, la situation s'aggrave encore à la galerie de l'Arlequin.

DÉJÀ CATASTROPHIQUE EN TEMPS NORMAL

Les problèmes de propreté et d'incivilités sont récurrents en temps normal dans le quartier. Les dépôts de déchets sauvages, les détritus en tout genre et les poubelles qui débordent sont le lot quotidien des habitants. Le week-end, du fait de la faiblesse de fréquence de ramassage des ordures ménagères, la situation est encore pire.

Régulièrement en temps normal, les poubelles débordent ou ne suffisent pas à accueillir tous les déchets du quartier

PLUS DE NETTOYAGE DEPUIS 15 JOURS

Depuis 15 jours, les agents de la ville en charge du nettoyage ont stoppé leur activité. La salubrité du quartier est donc encore pire que d'habitude, comme en témoignent ces photos prises par les habitants. 

Les déchets ne sont plus ramassés, transformant l'Arlequin en dépotoir à ciel ouvert

UNE ALTERCATION À L'ORIGINE DE L'ARRÊT

Une altercation avec des habitants perturbateurs du quartier serait à l'origine de cet arrêt. Le travail des agents a été violemment mis en cause, et ils ont été victimes d'agressions à minima verbales. La Municipalité est incapable de leur assurer des conditions de travail apaisées.

Les espaces verts commencent aussi à être jonchés de détritus, emballages...

LE DERNIER COMMERCE VA FERMER

En parallèle, la boulangerie du 110 galerie de l'Arlequin va fermer au 31 décembre 2021. Un nouveau commerce essentiel disparait, aggravant encore un peu plus la dynamique du quartier et privant les habitants d'un espace de lien social important. "À la Villeneuve de Grenoble les commerces ferment les uns après les autres et ce quartier ressemble de plus en plus à une ville-dortoir avec ses problèmes bien connus. Nous ne pouvons pas admettre une nouvelle disparition d’un commerce essentiel" explique l'union de quartier dans un courrier adressé au Maire et aux élus du secteur. 

La boulangerie va fermer. Le déclin du quartier se poursuit.

 

13 000 HABITANTS QUI N'INTÉRESSENT PAS LES ÉLUS DE PIOLLE

Hier au Conseil Métropolitain , alors que ce local était évoqué, Nicolas Pinel a alerté sur la situation insupportable des 13 000 habitants qui perdent le dernier commerce du quartier, rappelant le rôle de point d'animation qu'il jouait. Alors que la municipalité a précipité son départ par son opération urbaine, elle n'a aucunement anticipé son remplacement. Hosny Ben Redjeb (élu qui a quitté la majorité d'E. Piolle) a protesté aussi. Il faudra désormais 20 minutes pour aller chercher son pain. Réponse de Barbara Schuman (élue d'Éric Piolle) : "je peux y aller en 9 minutes à pied". Les habitants de Villeneuve apprécieront qu'une élue habitante du centre-ville leur fasse encore la leçon. De  son côté Éric Piolle, exceptionnellement présent au Conseil Métropolitain, ne s'est aucunement soucié des habitants de Villeneuve, demeurant silencieux. 

UN SECTEUR SOUMIS AU TRAFIC

Insalubrité, disparition des commerces... et trafic de drogue. Le quartier compte plusieurs points de trafics bien connus et visibles de tous. Encore récemment, le "Dauphiné" rapportait qu'une brigade de police a découvert 26 kilos de résine de cannabis dans un appartement du 60 place des géants, chez une personne très connue des services de police.

Les tours vidées de leurs habitants du 10-20 sont devenues des lieux de squats fréquents qui donnent lieu à des trafics en tout genre

LA MUNICIPALITÉ RESPONSABLE

La grande majorité des appartements du quartier sont des logements sociaux, gérés notamment par le bailleur social ACTIS... dont la Présidente est Élisa Martin (FI, 1ère adjointe) qui a succédé à Éric Piolle. Les élus ont donc une responsabilité écrasante dans l'attribution de logements à des délinquants, et dans l'absence de contrôle strict des locataires. Depuis le début du mandat, le Groupe d'Opposition mené par Alain Carignon alerte sur ce sujet sans être écouté. Il a demandé quelles suites elle allait donner à cette aire s'il s'agit d'un locataire d'Actis? 

Le courrier d'Alain Carignon à Elisa Martin pour lui demander quelles mesures elle prend pour que les HLM ne soient pas un abri pour les délinquants qui empoisonnent les quartiers ?

DES MILLIERS DE GRENOBLOIS LAISSÉS POUR COMPTE

La ville à deux vitesses apparait un peu plus clairement chaque jour. Des quartiers entiers de Grenoble sont laissés à l'abandon, et des milliers d'habitants sont complètement ignorés par la Municipalité. Éric Piolle fait un cynique calcul politique : puisque ces habitants votent moins pour lui, il n'a pas à s'en préoccuper. Et moins les pouvoirs publics s'en préoccupent, moins les habitants votent. Le serpent se mord la queue et les Grenoblois trinquent. 

 

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *