VIDÉO de la GUERRE FERRARI/PIOLLE : DEUX MORTS

"Le désir de puissance qu'a exprimé sans fard Eric Piolle porte une lourde responsabilité dans la situation de paralysie dans laquelle l'agglomération va s'engager" .... En tenant ces propos à l'ouverture de la séance de la Métro alors même que la série n'avait pas commencé, Alain Carignon a été prémonitoire ! 

L'IMAGE NOIRE D'EUX-MÊMES : LEUR VRAIE NATURE

10 heures après de couloirs en réunions, d'affrontements en rebondissements, de menaces même pas voilées à des attaques personnelles, la gauche et les Verts avaient donné l'image noire d'eux-mêmes et dévoilé leur vraie nature. Leur seule vraie lutte est celle des places. 

Vers 1 heure du matin Christophe Ferrari était élu contre le candidat de Piolle, Yann Mongaburu (Verts/Ades).

E.PIOLLE VEUT RETIRER DES COMPÉTENCES à la METRO

Depuis vendredi dernier Christophe Ferrari s'est enfermé dans son bunker du bd Jean Pain, face aux canons de Piolle qui continuent de le bombarder. Furieux le Maire de Grenoble est en train de lister toutes les compétences qu'il veut reprendre à la Métro, tout ce qui peut revenir en son seul pouvoir et dans ses seules mains. 

LE CONTRIBUABLE GRENOBLOIS VA PAYER

Peu importe les dépenses de fonctionnement supplémentaires que cela va impliquer pour le budget de Grenoble déjà exsangue. Les contribuables sont les fantassins de sa guerre et doivent mourir au champ d'honneur pour son drapeau. 

Eric Piolle remis à sa place par les élus de la Métro 

C.FERRARI IMMOBILE,  CIBLE FACILE

De son côté, paralysé, Christophe Ferrari cherche à gagner du temps, c'est à dire à en faire perdre à la Métropole. Immobile il devient une cible facile.

Au lieu de capitaliser sur sa victoire et de constituer immédiatement un exécutif d'action qu'il pouvait faire élire sans Piolle, il préfère attendre, louvoyer, conformément à son tempérament d'exécutant. Une situation qui va devenir politiquement injustifiable et intenable pour lui et dramatique pour la Métropole désarmée dans la crise économique et sociale qui s'annonce. 

UN TERRITOIRE EN DÉSHÉRENCE 

Après une semaine du "séisme politique" tel que l'a qualifié Jean-Benoit Vigny, le fossé est devenu ravin. Les deux camps accumulent les armes. Au plan politique il y a déjà deux morts, Christophe Ferrari et Eric Piolle. 

Sur le plan de l'intérêt collectif il y a un territoire en déshérence qui va souffrir encore un peu plus d'une main mise politicienne qui ignore tout de ses intérêts

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *