E.PIOLLE LANCE UNE BOMBE à FRAGMENTATION

 

Vendredi, Eric Piolle encadré de Anne Roche et Nicolas Pinel deux élus du groupe d'opposition avec Alain Carignon

"Le déshonneur de la gauche a désormais un visage" pour Antoine Back. "La part sombre et noire de la gauche" pour Céline Deslattes. Les chiens sont lâchés dans les mollets de Christophe Ferrari passé de l'icône des Rouge/Verts pendant 6 ans au renégat qui s'est fait réélire Président de la Métro vendredi contre Son avis. 

E.PIOLLE DISQUALIFIE TOUTE PERSONNE EN DÉSACCORD avec LUI

Eric Piolle use de la même méthode avec toute personne qui n'est pas d'accord avec Lui. La disqualification. Alain Carignon ou Oliver Noblecourt (PS) hier,  aujourd'hui Christophe Ferrari ou tant d'autres. Ceux dont il dit du bien sont ceux qui ne gênent pas. 

Dans son logiciel personnel il est le fléau, celui qui dit de quel côté penche la balance. Nicolas Hulot est respectable d'avoir gouverné avec Macron. Lui-même peut travailler avec la "droite dure" puisqu'il se vante d'avoir passé beaucoup plus de temps avec Laurent Wauquiez qu'avec Christophe Ferrari !

UNE MAJORITÉ D'ÉLUS et de MAIRES LIBÉRÉS de la TUTELLE

Mais ce dernier à des interdits fixés par la seule bienséance Piollesque. Ni droite ni personne d'autre. Vendredi 17 juillet visiblement une majorité d'élus et de Maires de la Métropole s'est libérée des leçons de maintien d'Eric Piolle. Ils ont voté en leur âme et conscience. 

E.PIOLLE A "PORTÉ" LA CANDIDATURE MONGABURU

D'autant qu'Eric Piolle a voulu absolument capitaliser sur l'élection de Mongaburu à la Présidence de la Métro qu'il pensait acquise. Alors avec son égo sur-dimensionné il a publiquement déclaré "porter" sa candidature et il en a été le principal porte parole. Alors qu'au contraire, il aurait du faire parler une multitude de Maires et d'élus de communes afin que cette candidature apparaisse le moins possible comme la sienne. 

DES ÉLUS RÉDUITS AU SILENCE, ARMÉE de GODILLOTS 

On retrouve là l'insoutenable prétention d'Eric Piolle, l'un de ses fondamentaux, qui altère son jugement et devrait entraîner bien d'autres déconvenues. D'autant qu'elle ne permet plus aucun autre conseil ou avis d'aucun élu de sa majorité,  reçu comme un crime de lèse-majesté. Tous ces élus réduits au silence ou au commentaire approbateur deviennent une armée de godillots inutiles. 

SANS Yann MONGABURU LA PLANÈTE EST EN DANGER

De plus le seul discours soporifique et larmoyant prononcé par  Yann Mongaburu -il attendait d'enregistrer chacun de ses mots prononcés pour bien s'écouter- n'a pas servi sa cause. Il fallait comprendre qu'en refusant de l'élire à la Présidence de la Métro, la planète allait être en grand danger. On dirait que Piolle crée des petits Piolle. Quelle inconscience de refuser de voter pour lui !  Une certaine lassitude gagne de larges couches de la population face à un discours qui masque de plus en plus les seuls intérêts de carrière. 

E.PIOLLE VEUT "FAIRE EXPLOSER LA MAJORITÉ DANS LES 3 MOIS"

Mais en voulant imposer son candidat à la présidence de la Métro, Eric Piolle a lancé sa bombe à fragmentation avec ses effets de rebonds  qui vont s'enchaîner les uns aux autres pendant de longs mois. 

Evidemment à la Métro d'abord ou il a promis "de faire exploser la majorité dans les 3 mois s'il n'était pas dedans"

Yannick JADOT A DU LUI ENVOYER UN MESSAGE de CONDOLÉANCES

Eric Piolle n'a en effet pas digéré que son élan présidentiel si prometteur soit brisé à Grenoble. La dépêche AFP qui titre sur la vérité, à savoir que "Eric Piolle échoue à faire élire son candidat à la tête de la Métro" n'a pas arrangé ses intérêts parisiens. Yannick Jadot a du être l'un des premiers à lui envoyer un SMS de condoléances. 

Amandine GERMAIN, COUCOU PS VEUT SAUVER SON SIÈGE 

Mais après la Métro il y aura le département. Chacun se positionne immédiatement conformément à ses intérêts électoraux. On a vu ainsi une opportuniste habituée, Amandine Germain, que personne ne connait mais qui est tout de même Conseillère Départementale (PS) à Grenoble réapparaître sans attendre. Elle ne peut pas être réélue sans les Verts.

ABSENCE DE CAP, PARALYSIE, DÉCLASSEMENT....

Alors elle tape sur le malheureux Ferrari, relevant "le gâchis immense, l'incompréhension de la population" (qu'elle ne voit pas). Elle rejoint d'ailleurs Alain Carignon sur  "l'absence de  cap politique, la défiance citoyenne, la paralysie institutionnelle et donc le déclassement du territoire."

A LA RÉGION PS et VERTS DOIVENT S'ENTENDRE 

Sauf que ça n'a pas commencé le 17 juillet. Il suffit d'observer le record d'abstention aux élections grenobloises : jamais Maire n'a été plus mal élu ces 50 dernières années. 

Ensuite il y aura les réactions à la Région  ou le PS et les Verts doivent s'entendre s'ils veulent figurer. C'est mal parti pour Olivier Véran (PS repenti chez LREM) qui aurait aimé faire le grand écart (nous reviendrons sur son cas intéressant). Stéphane Gemmani toujours le premier à chercher le vent a probablement manqué une nouvelle occasion de se taire en prônant pour une fois l'union à droite ! ça ne devrait pas être la configuration régionale de son camp... 

VENDREDI DES COUPS BAS POUR L'ÉLECTION des VICE PRÉSIDENTS

Evidemment le national va s'en mêler. Olivier Faure (PS) et Julien Bayou (Verts) vont être pris à témoin. Christophe Ferrari va donc doser son curseur politique. Il ne veut visiblement pas aller jusqu'au délégué départemental de LREM, Olivier Six, Vice Président du MEDEF 38, qui a compris le contraire !

Il faut s'attendre aussi à une multitude de coups bas et l'élection de l'exécutif de la Métro vendredi prochain devrait déjà éclairer sur les méthodes mises en oeuvre par E.Piolle. On peut être certain que l'intérêt du territoire ne sera jamais pris en compte. 

A.CARIGNON "INQUIET DE LA DÉRIVE de LA MÉTRO"

Dans le "Dauphiné" (19/7/20) Alain Carignon explique que "les élus Métropolitains du groupe d’opposition sont très inquiets du devenir de la Métro qui dérive à un moment clef de crise économique, sociale et de l’emploi.

"Nous craignons que notre territoire ne poursuive sur la pente du déclassement dans la compétition pour le développement, la transition écologique et le bien-être des habitants.

"DÉPASSER LES INTERÊTS DE BOUTIQUE" 

"Nous appelons les élus à se placer à la hauteur des enjeux  et à s’en saisir, en dépassant les intérêts de boutique qui ont prévalu jusque-là et ont montré à nos concitoyens une pitoyable idée de l’engagement public. »

Souhaitons que cet appel soit entendu. Sous peine d'une dérive mortelle pour son développement.

 

 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *