E.PIOLLE RÉGRESSE EN VOIX

Certes le Grand Timonier est malheureusement réélu. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les grenoblois. Mais la question de sa légitimité à continuer à conduire solitairement sa politique folle est posée dès le lendemain du second tour. 

Car le candidat potentiel à l'élection présidentielle, celui qui entend succéder à Macron à l'Elysée aurait du entrainer les foules grenobloises en délire derrière son action futuriste et son panache si blanc.

PIOLLE CHAMPION de la MONTÉE de L'ABSTENTION 

Il n'en est rien. Il est le champion de la montée de l'abstentionnisme. Déjà en 2014 il avait fait monter l'abstention à prés de 58 %. Cette année il est réélu dans une quasi indifférence. Elle culmine à 64 % ! 

Rappelons qu'Alain Carignon a été élu deux fois au premier tour en 1983 et 1989 "grâce aux abstentionnistes" selon Eric Piolle "qui ne sait pas mentir" mais avec une abstention réduite à 33 et 36 %...  (tableau ci-dessous).

 

Cette abstention n'est pas un bon signe démocratique. Beaucoup de Grenoblois sont tellement écoeurés, ont le sentiment d'être si abandonnés à leur sort qu'ils ne prennent malheureusement plus la peine de se déplacer pour voter. Ce faisant ils laissent à une minorité le soin de décider de leur sort. 

Eric Piolle est réélu en 2020 avec 16 000 voix contre ... 19 000 voix en 2014.

A.CARIGNON : "UNE PÉRIODE D’INCERTITUDE S'OUVRE"

Pour Alain Carignon : "le premier enseignement concerne l’abstentionnisme qui s’aggrave et pose des problèmes de légitimité aux politiques conduites. Je crains que la période qui s’ouvre soit une période d’incertitude. Le niveau de participation remet en cause la nature profonde du mandat démocratique. C’est une situation préoccupante pour la citoyenneté grenobloise et le consentement au pacte municipal.

CONSULTER LES GRENOBLOIS PAR RÉFERENDUM 

"L’enseignement que j’en tire est la nécessité d une rupture dans le mode de gouvernance et pour les décisions importantes s’assurer d’un large consensus au sein du Conseil Municipal  et quand il ne peut pas se former, consulter les grenoblois par référendum." 

E.PIOLLE SE LANCE DANS LA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 

"L’incertitude et la confusion grenobloise vont être aggravées par l’ambition personnelle d’Eric Piolle qui se lance dans la course présidentielle au détriment de Grenoble.

"Notre collectif sera donc très présent avec ses élus d’opposition pour remplir sa mission et défendre les grenoblois qu’il représente."

A.CARIGNON LEADER DE L'OPPOSITION 

Le collectif de la société civile devient le premier groupe de l'opposition. Alain Carignon progresse de 4 % entre les deux tours passant de 19, 80 à 24%. Tandis qu'Emilie Chalas  (LREM) régresse encore entre les deux tours: elle passe  de 13, 80 à 12, 50 %. 

De son côté Olivier Noblecourt (PS) poursuit sa descente aux enfers : il passe de 13 % à 10,90 %. 

Une nouveau chapitre  de la vie grenobloise s'ouvre. C'est mal parti pour les grenoblois.

 

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *