LE RETROPEDALAGE de PIOLLE

"Alors, c'est tous derrière Piolle" à la Présidence de la République lui a demandé Nicolas Crozel sur France Bleu Isère ce matin. Eric Piolle a refusé de répondre une fois plus. Comme sur France 3 hier soir.

Le journaliste lui a demandé si les comptes tweeters ouverts sur "Pourquoi pas Piolle à la présidence de la République" avaient été ouverts par ses amis il aussi répondu, comme Cahuzac, droit dans les yeux : "je ne les connais pas..." 

Le summum du mensonge et de la tromperie sont atteints. Car depuis son interview du 24 avril à "Libération" dans laquelle il annonçait vouloir prendre le "leadership" de l'extrême gauche et des Verts aux présidentielles, il a confirmé dans le même journal et dans "Le Monde"

Alain Carignon l'a accusé en face d'être "un grand menteur"

 

Il ne veut pas de Noblecourt car il a collaboré avec Macron. Mais il soutient Hulot qui a été Ministre de Macron. 

Dans le même journal le DAL s'étonne que la promesse d'un local en février ne soit pas tenue en juin après le premier tour qui lui laisse espérer une réélection : "nous regardons avec eux les solutions, nous avons des contraintes, les locaux ne sont pas extensibles" a t-il répondu à Nicolas Crozel. Avec lui les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent.

Après son interview France Bleu Isère annonçait aux infos que la rocade était bloquée et les quais de l'Isère également. 9H à Grenoble. La galère de ceux qui travaillent continue. 

 

Dans le "Dauphiné" du même jour (26/6/20) il accuse Alain Carignon de diffuser des fakes sur la Bastille. Mais le journal insiste tout de même un peu : "pourquoi ne pas préempter le bâtiment ?" Donc il est bien à vendre... "Il n'y a pas de transfert de vente pour le moment" répond Eric Piolle coincé. Le collectif de la société civile  est bien dans le vrai et les grenoblois doivent se mobiliser pour le vote dimanche et en signant la pétition contre l'urbanisation de la Bastille. 

 Les grenoblois doivent y réfléchir. Dimanche leur vote "sera essentiel pour l'avenir de Grenoble. Il ne demande que quelques minutes" a rappelé Alain Carignon sur France Bleu le même jour. 

One Comment

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *