BOULEVARDS : 6 HECTARES D’ESPACES BOISÉS SUPPRIMÉS

Le 7 ème bouchon Français est grenoblois au niveau de A 480. Pendant une vingtaine d’années les élus locaux ont refusé l’élargissement créant la première soufflerie à pollution automobile de l’agglomération .

Avec sa démagogie coutumière Eric Piolle s’était engagé à « mettre fin aux projets d’élargissement de A 480 ».  (engagement N°54 de sa liste!)

Pour rire : l’engagement 54 (!) d’Eric Piolle…

RIVERAINS, ÉLÈVES… VICTIMES de la POLLUTION

Les riverains sont les premières victimes de cette situation pour leur santé en particulier les élèves de l’école Joseph Vallier, les usagers du gymnase, les habitants et les salariés de Bouchayer-Viallet. En effet ce bouchon (avec celui de la rocade Sud) est la première source de pollution automobile de l’agglomération.

LES ÉLUS ONT CONSTRUIT EN BORDURE DE LA POLLUTION

Il  est incompréhensible que les élus aient continué à construire en bordure de ces voiries contrairement aux recommandations de l’organisme de contrôle de la pollution et leur responsabilité devrait être mise en cause. 

E.PIOLLE SIGNE L’ALLONGEMENT DES CONCESSIONS D’AUTOROUTES

Du fait de cet incurie notre agglomération est passé à côté de tous les contrats de plans et le dos au mur, pour en sortir, elle a été contrainte d’accepter un financement par l’Area, en échange d’un allongement des concessions et d’une hausse du tarif des péages (!). Le coût financier et moral  de cette démagogie est donc sous les yeux des grenoblois. 

QUELLES COMPENSATION POUR LES 6 HECTARES PERDUS?

Alors que les travaux de A 480 démarrent les grenoblois voudraient connaitre les mesures de compensation prévue par la municipalité puisque  6 hectares d’espaces boisés vont disparaître.

GRENOBLE LANTERNE ROUGE des ESPACES VERTS

Devenue sous l’ impulsion des Verts la ville la plus dense de France (hors région parisienne), les grenoblois bénéficient désormais de moins de 12 ME d’espaces verts par habitant contre 48 ME à la moyenne des grandes villes (source UNEP). Grenoble est la lanterne rouge des villes vertes. Avec les arbres abattus dans toute la ville et ces hectares qui disparaissent ce chiffre va encore baisser.

LE GRAND TIMONIER N’A RIEN ANTICIPÉ

En conséquence on peut imaginer (?) que le Grand Timonier qui voit si loin a anticipé cette évolution et, comme la municipalité Carignon l’a fait en léguant une vingtaine d’hectares de parcs et jardins,  la municipalité a prévu de renoncer à quelques opérations de « bétonage »  pour lutter sérieusement contre la pollution ?

Il n’a rien fait constatent, atterrés, les grenoblois. Leur ville devient de plus en plus irrespirable et elle explose.

Dans une vidéo Alain Carignon pose la question:

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *