E.PIOLLE CONFIRME la FERMETURE de L’ACCÈS à la GARE

Concernant le « dépose minute du PEM » (en langage Métro, la gare est devenue un « Pôle d’Echange Multimodal » …), c’est le renvoi vers le quartier Europole. Plus de dépose minute donc du côté du centre-ville, ou alors, venir en famille en Chronovélo avec les valises sur les porte-bagages …

“Néanmoins, grâce aux jolis mots choisis par les services de com’ de la Métro, cette suppression va doubler l’accès à la gare grâce au « Principe de double-accessibilité au PEM : piétons/TC/vélos du côté normal, voitures côté Europole. » Vous avez bien lu, supprimer un accès double l’accès, ça ne s’invente pas !…”

MOINS LA GARE SERA ACCESSIBLE, PLUS ELLE SERA “POLE D’ÉCHANGE”

En ces termes percutants le nouveau site du collectif le vélo qui marche confirme ce que nous avions annoncé en son temps avec la fermeture de l’auto-pont qui enjambe le cours Berriat et permet l’accés à la gare SNCF dite ” Pole d’Echange Multimodal”. Moins elle sera accessible, plus elle deviendra  “pole d’échange”.

UNE POLITIQUE BORNÉE D’ÉLUS QUI SE PENSENT SUPÉRIEURS

Le collectif analyse de façon sérieuse et argumentée la politique du vélo à Grenoble comparativement aux villes étrangères et françaises qui ont réussi en la matière et démontre que les Rouge/Verts ont tout faux sur ce dossier aussi. Leur dogmatisme a asphyxié leur éventuelle compétence. Comme à leur habitude, au lieu d’observer ce qui réussissait ailleurs, ils ont appliqué une politique bornée, se jugeant supérieurs et infaillibles.

LES UNIONS DE QUARTIERS IMPOSENT UNE CONCERTATION

Refusant toute concertation. Ce sont les Unions de Quartiers, ces assemblées de citoyens qu’ils voulaient étouffer, qui leur imposent d’ailleurs une réunion mardi 4 décembre à 20 à la Maison du Tourisme sur le sujet de Chronovélo. Jusqu’au bout la municipalité a voulu régenter cette réunion, déterminer les invités, les temps de parole ! Les plus accommodants avec elle sont sortis dégrisés des échanges avec le cabinet du Maire. Tout le monde sait désormais à qui les grenoblois ont à faire.

TRAVERSER LA RUE AVEC SES VALISES POUR LA DESSERTE MINUTE

La décision de fermer l’accès à la gare SNCF est emblématique de cette méthode brouillonne, absurde et contre productive. Le laborieux aménagement de la nouvelle gare qui a pris 10 ans s’est soldé par le déplacement de la “dépose minute” pour les personnes à mobilité réduite en face de la gare rue Emile Gueymard. Il est rare de trouver dans le monde une gare ou il faut traverser une rue avec ses valises pour se faire chercher en voiture. C’est ce que la municipalité avait instauré.

CÔTÉ EUROPOLE : 4 PLACES EN SURFACE…

Mais dans le projet qu’elle veut imposer elle supprime même cette possibilité qu’elle vient d’installer.  Le collectif du vélo qui marche explique:

Pour les rares personnes qui, malgré Chronovélo, auraient encore besoin d’utiliser leur voiture pour transporter passagers et valises, un plan incite à prendre l’avenue Félix Viallet, puis la rue Denfert Rochereau, puis le cours Berriat et la rue Pierre Sémard.

A l’arrivée : seulement 4 place en surface rue de la Frise, sinon c’est en souterrain au -2 du parking Europole. Et si ça ne convient pas, il n’y a qu’à trouver une place de stationnement orange ou violette, chacun sait que c’est tellement facile.

PÉNALISER ENCORE L’ATTRACTIVITÉ de GRENOBLE PAR DES MESSAGES de FERMETURE

“Espérons que les usagers du « Pôle d’Echange Multimodal » continueront à vouloir prendre le train et ne trouveront pas plus simple, ou plus agréable, de tout faire en mono modal avec leur voiture …”

La municipalité voudrait encore pénaliser l’attractivité de Grenoble, continuer à délivrer des messages anxiogènes de fermeture qu’elle ne s’y prendrait pas autrement.

LES CERISIERS DU JAPON ONT ÉTÉ ABATTUS IL Y A 2 ANS POUR L’AUTOROUTE à VÉLOS

Rappelons que c’est dans cette perspective qu’elle a abattu il y a déjà 2 ans (!) les superbes cerisiers du japon qui ornaient la place de la gare. Rien ne pressait visiblement puisque le goudron les a remplacé et on aurait pu imaginer que l’autoroute à vélo soit créée sans les détruire . La réalisation de la rue Casimir Brenier avec les embouteillages créés et la pollution devraient aussi permettre un retour sur expérience.

LA MUNICIPALITÉ TRIOMPHANTE PENSAIT TOUT ÉCRASER

Pour ce faire il eut fallu faire montre de moins d’arrogance, de moins de technocratie, d’un brin d’écoute et d’attention. Mais la municipalité triomphante pensait tout écraser, trichait avec la démocratie locale, construisait ses châteaux de cartes des faux “conseils citoyens” pas du tout “indépendants” qui devaient étouffer et ringardiser les Unions de Quartiers. Le boomerang est encore plus douloureux.

LA PART MODALE DU VÉLO EST DE 4 %

Avec le vélo dont la part modale est de 4% -mettant d’ores et déjà hors de portée la promesse de 10 % qui devait être une réalité en 2020-elle a aussi échoué, transformant l’or en plomb. L’irruption des citoyens – des vrais – dans le débat jette une fois de plus au sol les discours verbeux et sans contenu, totalement déconnectés des réalités.

Le développement de la pratique du vélo à laquelle tous les grenoblois sont attachés est désormais une affaire trop sérieuse pour être laissée dans les mains d’Eric Piolle.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

6 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *