E.PIOLLE VEUT FERMER L’ACCÉS à la GARE SNCF

“L’autoroute à vélos” surdimensionnée de la rue Casimir Brenier ne suffisait pas : les voitures créent bouchons et pollution dans un boyau étroit créé à leur intention, tandis que quelques vélos bénéficient d’une largeur de piste sans rapport avec le légitime besoin de confort et de sécurité à accorder aux voies cyclables.

LES CERISIERS DU JAPON ABATTUS POUR L’AUTOROUTE à VÉLOS 

La décision d’abattre les jeunes cerisiers du japon qui ornaient superbement la place de la Gare reléve de la même bêtise à front de taureau qui caractérise la municipalité Piolle sous des dehors modernistes : il s’agit la aussi de faire passer l’autoroute à vélos qui aurait très bien pu s’accommoder de l’existence des arbres !

L’AUTO PONT INTERDIT AUX VOITURES 

Mais ce qui a été annoncé à l’Union de Quartier est du même acabit :  l’auto-pont qui enjambe le cours Berriat, à côté de la voie SNCF, reliant l’avenue de Vizille à la place de la gare va être fermé aux voitures en 2019. Réservé aux vélos. Même à St Martin-le-Vinoux ou E.Piolle a imposé -contre l’avis du Vice-Président de la Métro, Maire de la commune, Yannick Ollivier (PS)-  de revenir 1915 avec le pont Bergonzoli, la circulation est alternée mais les voitures passent encore !

BAGAGES SOUS LES BRAS à la SORTIE de TGV 

Comme chacun sait dans toutes les gares du monde il est interdit de venir chercher des voyageurs avec leurs bagages en voitures. Ils doivent emprunter obligatoirement les transports collectifs ou louer un vélo. Mais il faudra ouvrir Métrovélo aux horaires de l’arrivée des TGV des cadres et des skieurs à destination des stations de sports d’hiver… Cette mesure va aggraver la pagaille qui règne déjà du fait de l’organisation choisie.

LE STATIONNEMENT RUE Emile GUEYMARD SUPPRIMÉ

Dans cette logique la cinquantaine de places de stationnement de la rue Emile Gueymard sera supprimée aussi  afin de laisser passer l’autoroute à vélos. Comme si, la encore, il était impossible de concilier la mixité des accès à la gare.

E.PIOLLE NE PEUT PAS CRÉER L’IRRÉVERSIBLE AVANT de PARTIR 

Une sorte d’accélération dans le dogmatisme. Plus  la municipalité est confrontée aux réalités, plus elle accélère dans sa fuite en avant, faisant un bras d’honneur aux grenoblois : “vous m’avez voulu, vous m’avez jusqu’au bout” semble narguer Eric Piolle. Croit il créer l’irréversible avant de partir ? Alors que dans ces domaines il sera très aisé de rétablir un peu de bon sens dans les décisions à prendre.

L’ASPHYXIE de LA GARE N’EST PAS ADMISSIBLE

L’asphyxie de la gare dont la rénovation à minima a pris 10 ans, sans passerelle piétons supérieure pour la traverser, n’est pas une donnée dont les municipalités suivantes s’accommoderont. D’ores et déjà, Alain Carignon et les collectifs citoyens qui travaillent avec lui ont annoncé qu’ils rétabliraient la mixité des accès à la gare en prenant en compte pleinement le développement souhaitable de l’utilisation du vélo.

DES MESSAGES CATASTROPHIQUES POUR L’ATTRACTIVITÉ

L’accumulation de ces mesures qui créent un climat détestable quant à l’accès à Grenoble est catastrophique pour l’attractivité de la ville. Après la fermeture de la ville au Grésivaudan, l’empêchement de l’accès à la gare.  A quand le pont-levis ?

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

5 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *