LES NUITS INFERNALES de la Place CONDORCET

“Je vous contacte pour vous faire part de la dégradation progressive de la qualité de vie à Grenoble, notamment dans le quartier où je vis. La place Condorcet est devenue depuis quelques temps déjà le lieu de réunion favori d’un groupe de jeunes peu sympathiques qui, sous prétexte de ne rien avoir à faire et de s’ennuyer, empêchent tout le monde de dormir : scooter, musique, cris… jusque très tard dans la nuit.

“INSULTÉE, RAILLÉE, DÉNIGRÉE”

“Certaines violences récentes semblent également leur être attribuables (mais là je spécule). À l’heure où je vous écris, je suis déjà sortie deux fois demander de faire moins de bruit et je me suis faite copieusement insultée, raillée et dénigrée

“C’est malheureusement loin d’être la première fois et les demandes d’intervention de la police ne sont que peu fructueuses. (…)   les menaces sont courantes, on vous demande de descendre vous battre, on vous dit qu’on voit où vous habitez et que vous allez le payer. Les habitants se plaignent, je ne suis pas la seule à appeler la police (ce soir quelqu’un l’avait appelée avant moi d’après la personne que j’ai eue au téléphone)… et rien ne change.

“NOUS NE SORTONS PLUS L’ESPRIT TRANQUILLE”

“Je vous parle de mon quartier mais je suis également régulièrement témoin d’incivilités et même d’agressions dans l’ensemble de Grenoble. Moi-même je suis régulièrement la cible d’insultes et de remarques sérieusement déplacées liées au simple fait que je suis une femme… Nous ne sortons plus l’esprit tranquille.

“Dans une autre mesure, les façades et garages sont tagués, les vitrines des commerces ont été cassées, le quartier est jonché de détritus et dans certain coins les déchets et encombrants abandonnés s’entassent pendant des semaines.”

“JUSQU’OU ALLONS NOUS REGARDER FAIRE ?

“Alors voilà ma question : que sommes-nous en train d’attendre pour intervenir ? Jusqu’où allons-nous les regarder faire ? Faut-il que la situation devienne incontrôlable et insupportable comme dans certains quartiers pour qu’on juge enfin nécessaire d’agir ? Ces erreurs ont déjà été commises par le passé et nous n’en connaissons que trop bien les conséquences.

“IL N’EST PAS ACCEPTABLE de LAISSER LA SITUATION SE DÉGRADER INDÉFINIMENT”

“J’ai tout à fait conscience que je suis loin d’être la première à vous faire part de mon désarroi. Mais comment agir ? Qui alerter ? Ceci est donc ma bouteille à la mer, mon appel presque désespéré à la réaction des personnes concernées. Il n’est pas acceptable de laisser la situation se dégrader indéfiniment. Il est grand temps de mettre un terme à l’insécurité grandissante à Grenoble.”

UNE GANGRÈNE QUI SAISIT TOUTE LA VILLE 

Cette grenobloise nous joint une vidéo prise de nuit sur laquelle on ne voit pas les protagonistes mais on entend les échanges qui permettent de bien comprendre ce qu’il en est.

Nous sommes place Condorcet au coeur de la ville. Comme  elle l’exprime  cette gangrène saisit toute la ville. Place des Géants, probablement excédé par le bruit la nuit un habitant a répandu de l’huile partout ou on pouvait s’assoir y compris sur les jeux d’enfants.

Piscine Jean Bron les familles ont du abandonner les bassins parce qu’une rixe a éclaté entre une vingtaine de personnes.
Quartier Hoche un restaurateur a du fermer ne pouvant plus faire face aux menaces. Rue de Strasbourg un commerçant a du donner sa caisse à un homme armé.

Rue Dr Mazet pendant des semaines une bande pénétrait dans les magasins pour voler de la marchandise. Ce qui s’est produit encore récemment rue Millet….

GRENOBLE BAT DES RECORDS NATIONAUX de DÉLINQUANCE 

Ce n’est pas un hasard si Grenoble connaissait déjà en 2014 un niveau de délinquance de 63 % supérieur à la moyenne nationale. Il a explosé depuis.Nous “ne sommes pas en train d’attendre”  pour mettre fin à ce niveau de délinquance. Nous avons des solutions. De nombreux membres de la société civile grenobloise ont décidé de cesser de constater mais d’agir. Notre collectif de citoyens travaille tous les jours.

Vous pouvez vous concerter avec eux car l’union fait la force. Vous pouvez participer à l’alternance dont Grenoble à un impératif besoin. Chaque Grenoblois conscient de l’évolution de sa ville a le devoir de prendre sa part dans ce changement. Quel que soit le degré de l’engagement il est indispensable.

Le temps de l’Aventin, de la réflexion, de l’hésitation est derrière nous. Il reste trop peu de mois pour rater le nouveau départ de Grenoble.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

6 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *