JEAN PERROT: la LIBRAIRIE PAILLET TOMBE à SON TOUR

Après la boulangerie, la vénérable librairie Paillet de l'avenue Jean Perrot a été également victime du couloir bus à contre-sens qui a interdit tout stationnement de véhicules pour un arrêt rapide. Pendant des décennies cette librairie a joué un rôle de service public pour la lecture et les fournitures scolaires dans un quartier qui bénéficiait ainsi de services de qualité, du conseil et de la présence humaine. Sa fermeture produit une vive émotion. Les dogmes des déplacements qui ne prennent en compte aucun autre paramètre font des dégâts très importants en termes humains mais aussi d'emplois et de recette publique. APRÈS L'AVEUGLEMENT de DESTOT (PS)... Après l'aveuglement de Destot (PS) qui a laissé faire les techniciens de l'agglomération, voilà l'idéologie d'Eric Piolle (Verts/PG) qui devrait achever l'avenue avec ses projets d'autoroute à vélos. Des commerçants se sont manifesté pour expliquer que 70 % de leur chiffre d'affaire est réalisé avec les clients en automobile! Osant contredire le Grand Timonier qui a décrété que les clients en vélo dépensaient beaucoup plus ! comme chacun sait on voit venir du Grésivaudan et d'ailleurs des hordes de clients à vélo qui traînent une remorque pour faire leurs courses... << commerce-a-jean-perrot-70-du-chiffre-daffaires-par-les-voiture/ "L'AVENUE JEAN PERROT EST EN TRAIN DE DÉPÉRIR" ( M.Frumeau, PDT de l'Union de Quartier) « L’avenue Jean­ Perrot est en train de dépérir » a constaté Michel Fruneau, président de l’union de quartier de la Bajatière mais ça ne fait pas bouger Eric Piolle. Au contraire. Il veut accentuer ce qui échoue. L'hécatombe commerciale qui atteint Grenoble avec 600 commerces à vendre s'étend bien à toute la ville. Aucun quartier n'est épargné. https://grenoble-le-changement.fr/2016/05/11/6447/ (LA BAJATIERE:  » Jean Perrot est en train de dépérir ») TOUT CONCOURT A AFFAIBLIR L'ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE et COMMERCIALE La conjonction de la paupérisation avec l'insécurité, de l'asphyxie volontaires des accès de la ville avec la chasse aux familles moyennes par les hausses prohibitives de taxes ( + 19 % sur les ordures ménagères, + 150 % sur l'abonnement stationnement résident, facturation du soutien scolaire, hausses de tous les tarifs ( bibliothèques, location de vélos ...), les excès du logement social ( 50 % par opération) et de la bétonisation, tout concourt à affaiblir l'activité économique en générale et commerciale en particulier. https://grenoble-le-changement.fr/2016/03/31/commerce-grenoblois/ Cette dernière avec 29 000 emplois non délocalisables dans l'agglomération était un facteur d'équilibre pour des salariés qui n'ont pas tous la vocation d'être chercheur ou ingénieur. La saignée sur l'emploi dans ce secteur est très forte.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *