ENCORE UN ARBRE « NETTOYÉ », MAIS PAS LES TAGS

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ça Lui reprend au parc Paul Mistral, Eric la main verte continue à massacrer à la tronçonneuse, l’avenue Félix Viallet qu’il vient de raser ne lui a pas suffi. Cet arbre avait-il été « fortement fragilisé par la tempête de neige de 2012 » comme ceux de la rue Lesdiguières abattus pour rien ?

Ce qui est sûr, c’est que dans un parc ça n’est pas pour installer un arrêt de bus à 400 000 euros, désaffecté après avoir à peine servi et coûté la vie à plusieurs des grands arbres du boulevard Gambetta. N’est-ce pas Yann Mongaburu ? Ce n’est pas non plus pour une hypothétique autoroute à vélos, comme à la gare où le projet a été abandonné mais les cerisiers du Japon massacrés.

HEUREUSEMENT IL RESTE LES TAGS

Certes cet arbre a été liquidé, mais heureusement il reste les tags. Déjà l’année dernière au parc Paul Mistral, six arbres avaient été abattus mais les tags avaient été sauvés. L’inénarrable Corinne Bernard (Verts/Ades) a disparu (tristement remisée au fond d’un placard ?). Plus besoin cependant de ses connaissances en art, longuement acquises quand elle était chef de gare (un train par jour). Car plus un mur de Grenoble n’échappe au grand mouvement artistique qu’elle a si bien lancé et le « street art fest » c’est toute l’année.

HEUREUSEMENT IL RESTE LES CADAVRES DE BOUTEILLES

Heureusement, avec les tags il reste aussi les cadavres de bouteilles. Ils contribuent à cette image de ville accueillante, libre et joyeuse sur laquelle la municipalité mise pour développer l’attractivité de Grenoble. Avec grand succès, il faut le reconnaitre : maintenant même les média nationaux le font savoir.

LE DÉNIGREMENT, NOUVEAU « HASHTAG » DE PIOLLE

Stop, arrêtez tout, oubliez immédiatement les photos de cet article car critiquer Eric Piolle ou sa politique c’est dénigrer Grenoble. Ben voyons. Dénoncer le massacre des arbres ? C’est dénigrer Grenoble. Dire que le laisser faire des tags est insupportable ? Un dénigrement qui fait du mal au territoire. On n’en peut plus des bandes alcoolisées dans les rues ou dans les parcs ? Dénigrement de Grenoble.

Bien sûr les Grenoblois ne sont pas dupes. Ils savent que le « Grenoble bashing » c’est E. Piolle qui le produit.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *