CENTRE VILLE : « TOUT VA BIEN » pour la MUNICIPALITÉ

E.PIOLLE COUPE L'ÉLECTRICITÉ AUX FAMILLES qui OCCUPENT la RUE JAY !
C.FERRARI (PS) : "LE CAVE SE REBIFFE" CONTRE E.PIOLLE (Verts/PG)

Conférence de presse avec deux pages dans le «Dauphiné Libéré «  (17/10/17) pour expliquer à Eve Moulinier qui en rend compte que tout va bien dans le centre ville.
Pensez donc, à 6 mois des élections municipales, à l‘automne 2019 -heureux hasard- les travaux seront achevés place Grenette, rue de la République et rue Montorge. Les gros malins espèrent tenir 6 mois jusqu’aux élections de mars 2020, avant que tout ne se dégrade comme avenue Alsace Lorraine abandonnée. Ils prennent les grenoblois pour des boeufs.

Par contre, pour des travaux qui traînent autant en longueur, nos Cadores locaux n’ont pas imaginé un phasage adapté, permettant d’irriguer les voies sans travaux, ni  une signalétique spécifique et une campagne de com’ sur l’accès à la ville. Rien. L’initiative en panne totale, l’indifférence crasse à la vie des habitants et à l’activité économique.

PAROLES de BÉTON MAIS le CŒUR N’Y EST PAS

Alors en rangs serrés, paroles de béton alignées, Christophe Ferrari (PS) Eric Piolle (Verts/PG), le chanteur Ludovic Bustos (PS), Yann Mongaburu (Verts/Ades) et le tout nouveau Vice-Président (Verts/PS/Ext gauche) Guy Jullien ont  seulement vanté leurs propres  vertus. Même si, à voir les images,  le cœur n’y était pas. Ils ont présenté un futur qu’ils sont incapables de conjuguer au présent dans les territoires qu’ils gèrent déjà. Il faudrait pourtant les croire sur parole.

APRÈS 40 ANS LA PLACE GRENETTE VA ÊTRE RÉNOVÉE ! 

Avec Eric Piolle, pas de surprise. Grâce à Lui sera réalisée  place Grenette «une vraie place piétonne du XXI ème siècle» (!). Dans la continuité de l’entrée de Grenoble dans le XX I ème siècle grâce à Son arrivée. Au diable l’avarice des mots.
Pensez donc après 40 ans d’existence elle va être rénovée, les terrasses réduites en largeur mais allongées… Un exploit.

C.FERRARI (PS) TIRE GRENOBLE VERS LE BAS 

Christophe Ferrari, toujours efficace et à la hauteur des événements, a raconté ses vacances en Espagne. A Malaga la droite piétoniserait et la gauche serait contre. Le Président de l’agglomération tire toujours Grenoble vers le bas et ses comparaisons en témoignent chaque fois. Il ne lui viendrait pas à l’idée de passer ses vacances à Bordeaux, Lyon ou Nantes. Depuis son désaccord avec E.Piolle est devenu public. Pas sur qu’il répéterait aujourd’hui les mêmes inepties pour complaire à ses maîtres.

Guy JULLIEN (Verts/PS/PG) VOIT «UN CHANGEMENT d’ÉTAT D’ESPRIT «(!) 

Tandis que Guy Jullien voit «un changement d’état d’esprit» chez les commerçants depuis qu’il est Vice Président et qu’il a rencontré  Christian Hoffmann lequel voudrait assimiler  désaccord sur une politique et »Grenoble/Bashing ».
Oubliant que le Président de Label Ville  a déjà accompagné toute la paupérisation du centre ville et les 2 200 places de stationnement en surface supprimées en silence par la municipalité Destot. « L’état d’esprit » des commerçants est connu : ils voudraient des consommateurs et pour l’instant, selon les données officielles de la CCI ils en perdent. MM.Piolle et Ferrari ont annoncé au DL que ça durerait au moins jusqu’en 2019. Merci du cadeau.

Y.MONGABURU ( Verts/Ades) : UNE BAISSE DE 2 à 3% du TRAFIC ROUTIER…. 

Yann Mongaburu, lui, annonce une baisse «du trafic routier de 2 à 3% depuis la mise en place du nouveau plan de circulation». Pas plus de baisse ? L’inaccessibilité et les complications cumulées du plan de circulation auraient du décourager plus de monde encore.

… QUI PRODUIT UNE BAISSE DU CHIFFRE d’AFFAIRES POUR 83 % des COMMERÇANTS 

Mais ces «2 à 3 %» d’automobilistes  produisent, selon la note de conjoncture de la Chambre de Commerce et d’Industrie entre juin 2016 et juin 2017, une baisse de chiffre d’affaires pour 83% des commerçants grenoblois .
Faut il que ces 2 ou 3 % représentent une forte capacité contributive des consommateurs, alors que l’on croyait, depuis les affirmations péremptoires de MM Piolle et Mongaburu, que les cyclistes étaient de meilleurs clients que les automobilistes. Ils ont oublié leurs annonces en roulant ?

AUCUN CHIFFRE sur la POLLUTION, les PERTES D’EMPLOI, LES FAILLITES 

Bien entendu Yann Mongaburu sort ces chiffres de «l’observatoire du projet» (!) qui doit ressembler au Conseils Citoyens « indépendants ».
Mais 2 ou 3 % des 15 000 véhicules/jour qui arrivaient avenue Agutte Sembat ça fait 450 véhicules au maximum. Ou vont donc les 14 500 autres sinon encombrer et polluer d’autres rues ?
Mais «l’observatoire du projet» ne lui a donné aucun chiffre sur l’augmentation de la pollution, la baisse des chiffres d’affaires, le nombre de commerces en difficultés, en faillite, des pertes d’emplois puisque les licenciements économiques vont bon train. Il ne dispose pas d’éléments ?

L’EXONÉRATION des REDEVANCES D’OCCUPATION de L’ESPACE PUBLIC 

Entre les lignes on comprend bien qu’il se passe tout de même quelque chose puisque les commerçants seront exonérés des redevances d’occupation du domaine public. Mais au compte goutte et pas en même temps selon les rues! Rappelons que les bandes avinées et les dealers qui l’occupent en sont exonérés en permanence. Mais croit-on qu’un commerçant qui s’est séparé de toutes ses vendeurs et vendeuses, dont les recettes sombrent va survivre parce qu’il ne paie pas cette redevance ? Il ne peut plus rien payer.

COMME AVEC LE TRAM E C’EST LA MORT PROGRAMMÉE de NOMBREUX COMMERCES 

Ça ressemble à l’indemnisation des commerçants pendant les travaux de la ligne E du tram : tellement efficaces MM Destot, Safar, Chiron, (PS) qu’elle a été versée aux liquidateurs judiciaires des commerces qui avaient fait faillite (la Queue de Cochon, le Petit Paris etc…)  Pour la fermeture de Grenoble, la municipalité a même refusé le principe de mise en place de toute indemnisation alors que sa décision est la seule cause des pertes de chiffre d’affaires. Ça n’a pas ému plus que ça les organisations professionnelles. L’auraient-elles toléré d’une municipalité de droite ?

RIEN SUR LA PROPRETÉ, LA SÉCURITÉ, L’OCCUPATION de L’ESPACE PUBLIC 

Bien entendu rien sur la propreté, l’entretien, la sécurité, l’occupation de l’espace public. Tout va bien aussi dans ces domaines. Les grenoblois et les visiteurs connaissent les zones piétonnes : la municipalité ne sait pas les gérer et veut tout de même les étendre dans les mêmes conditions.
Qui peut être hostile à l’extension de la végétalisation ? Encore faut il que ces jardinets soient entretenus alors qu’ils deviennent chacun un dépotoir ?
Qui peut être hostile à une meilleure répartition des parts modales des déplacements ? Encore faut il que le déplacement en voiture ne soit pas totalement exclu.
Qui peut être hostile à une part plus large réservée au piéton ? Encore faut il que ce nouvel espace soit propre, sécurisé et donne envie de flâner .

LE TOURING HÔTEL DEVIENT UN IMMEUBLE HLM 

En ne prenant en compte aucun élément de la réalité réelle, cumulant  avec une politique du logement qui multiplie les HLM -sans avoir maîtrisé ceux qui existent- sans s’attaquer à la délinquance qui gangrène la ville, la municipalité crée un irréversible dangereux.

L’acquisition  de logements sociaux dans les co-ptropriétés, la transformation de grands établissements, tel le Touring Hôtel , en immeuble de HLM avec une politique d’attribution irresponsable accélère la paupérisation du centre à son bénéfice électoral peut être, mais au détriment de l’intérêt général.

SUR L’AUTOROUTE UNE ANNONCE : «ATTENTION, CENTRE VILLE EN TRAVAUX» 

Toujours pas de vaste campagne sur l’accessibilité de la ville au programme. Au contraire. Les messages demeurent anxiogènes comme si, pendant qu’ils parlent, les élus continuaient de décourager les visiteurs.

Avant l’entrée de la ville sur  l’autoroute les panneaux mobiles d’information continuent d’annoncer «attention centre ville en travaux». Un incontestable encouragement.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *