FLAUBERT : C.BAILLY (Réseau citoyen de Piolle) « GARANT » de la CONCERTATION

GRENOBLE: "DES ATTAQUES D'UNE AMPLEUR INÉDITE" (DL)
Rues J. PREVOST et de PARIS : les PROPRIÉTÉS PRIVÉES ENCORE DÉGRADÉES

La municipalité Piolle est hors sol. Pourtant elle va bien rencontrer le mur. Dans le projet fou de bétonner l’un des derniers espaces libres de Grenoble, le site Flaubert  elle a désigné … Christian Bailly co-président du Réseau Citoyen l’une des 5 composantes de la majorité municipale pour être le « garant » de la concertation !

http://grenoble-le-changement.fr/2017/01/19/esplanade-les-habitants-condamnent-la-bassesse-de-la-municipalite/

C.BAILLY CONTRÔLE L’INFORMATION de la MUNICIPALITÉ DONT IL EST MEMBRE ! 

Citoyen « volontaire »(!), indépendant  (!) le garant doit s’assurer que l’information fournie par la municipalité est bien complète et doit garantir la transparence. Un conflit d’intérêt évident qui démontre le peu de cas que la municipalité fait des principes qu’elle énonce. Christian Bailly est également membre d’un Conseil Citoyen « Indépendant » mis en place par la municipalité.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/05/24/grenoble-la-mascarade-des-faux-citoyens-continue/

R.LAJARGE SECOND GARANT TRAVAILLE POUR LA SAGES !

Pour Flaubert il sera secondé par Ro­main Lajarge qui a tra­vaillé pour la SEM  Sagès, qui en est toujours  membre du con­seil scientifique. La SEM Sages est la SEM d’aménagement du quartier, présidée par Maud Tavel  Adjointe au Maire (Verts/PG) dont le directeur général a été imposé par E.Piolle: Pierre Kermen l’ancien Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme de Destot ancienne tête de liste Verts de 2001.

ON NAGE DANS LE CONFLIT D’INTÉRÊT 

On nage dans le conflit d’intérêt et le consanguinité en brandissant les mots contraires. Mais la volonté de tout verrouiller l’emporte sur toute autre considération. Même Saléria Benarbia la journaliste du DL  (5/54/17) rendant compte des réunions est contrainte de constater à minima: « Effectivement, ces garants ne sont pas neutres » (!). C’est le moins qu’on puisse dire.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/01/29/democratie-locale-le-temps-des-faussaires/

E.PIOLLE « LIMITE » LES TOURS à 33 MÉTRES

Entre Malherbe et Alliés-Alpins la municipalité poursuit le projet Destot/Safar (PS) démontrant une fois de plus que la gauche et les Verts conduisent depuis 22 ans la même politique urbanistique aux résultats catastrophiques pour Grenoble. Eric Piolle « limite » les tours à 33 mètres et introduit la mode des maisons en bois (Terra Nostra) qui auront autant de succès que les coursives de Villeneuve les verrières du Lys Rouge ou les jardins mutualités de la Presqu’Ile.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/04/06/la-betonisation-du-parc-hoche-saggrave/

SATHY : « LE QUARTIER POSSÈDE TOUS LES THÈMES de la VILLE EN TRANSITION » 

D’ailleurs Sathy le groupement d’architectes « le quartier possède tous les thèmes de la ville en transition, avec une vue impre­nable sur les massifs envi­ronnants » (!) . c’est dire. La voix de son maitre.

D’ailleurs il s’agira d’un « éco­quartier exemplaire en matière d’innovation so­ciale et de responsabilité ci­toyenne dans la transition écologique » . N’en jetez plus.

http://www.republicains38.fr/destotps-lurbanisme-des-annees-70-na-pas-tenu-ses-promesses/

LA PRESQU’ÎLE ÉTAIT DÉJÀ « la CITÉ de DEMAIN » 

C’est évidemment chaque fois la même chose de Dubedout (PS) avec  Villeneuve qui construisait l’homme nouveau à Piolle sur Flaubert en passant par Destot sur Vigny-Musset, Bonne ou la Presqu’ile: « Il s’agit de l’approche de la ville de demain, celle qui favorisera mixité, mutualisation, respect de l’environnement et lien social. Ce qui est en train de se construire c’est bien l’idée d’une cité idéale qui favorise l’épanouissement et le bonheur de chacun… »déclarait Destot au DL (déjà) à propos du superbe éco-quartier de la presqu’île qui sort de terre en ce moment !

http://grenoble-le-changement.fr/2016/11/22/presquile-la-nouvelle-villeneuve-sort-de-terre/

COUVRIR LA BÉTONISATION PAR DES MOTS VIDES ET FAUX 

Il s’agit toujours de couvrir la bétonisation par des mots vides et faux :  car à Flaubert il est prévu 2000 logements dont un millier de logements sociaux.  Bien entendu le projet est présenté – comme chaque fois – comme « le futur maillon vert du centre de Grenoble ». C’est le titre du Dauphiné Libéré. Le « vert » est constitué d’un étroit boyau de 3 hectares qui relie La Capuche à MC2 en bordure du quartier.

Pour comparer ce qui est comparable, avec 4 fois moins d’habitants,  le quartier Reyniès-Bayard réalisé par la municipalité Carignon intègre un parc de 5,5 hectares!

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/18/flaubert-encore-2000-logements-dans-les-quartiers-sud/

LE GROS des HABITANTS DOIT ARRIVER AVANT LES ÉLECTIONS

Sur Flaubert la partie des immeubles la plus dense est même représentée en vert sur les plans. Eric Piolle a annoncé que le projet s’étendrait jusqu’en 2032 mais la concertation – elle- avec ces garants au dessus de tout soupçon ne durera que 3 mois. Pourquoi cette précipitation ?  Maud Tavel a vendu la mèche : le gros des habitants doit arriver avant les élections de 2020 « da­te de la dernière livraison de logements ». Il s’agit de créer des réservoirs, des bantoustans électoraux au mépris du vivre ensemble et de l’avenir de ces populations.

LE PERMIS DÉPOSÉ par E.PIOLLE ANNULÉ

Mais tout à mal démarré. Le premier permis de construire que le Maire a déposé comme Président de l’OPHLM afin de commencer à construire des logements sociaux a été annulé par le tribunal administratif : E.Piolle n’avait pas voulu prévoir le nombre de parkings réglementaires. Pas certain que ces opérations précipitées de remplissage électoral produisent les effets escomptés.

UNE OPÉRATION MAL PARTIE POUR LA MUNICIPALITÉ

Partout ça craque contre le passage en force et les tromperies à grande échelle. Christian Bailly et Ro­main Lajarge auront beaucoup de mal à rendre crédible leur sceau apposé sur la très grande qualité de la concertation qui aboutira à déclencher l’enthousiasme des Grenoblois devant le projet de voir surgir encore  2000 logements dans le sud de la ville qui explose dangereusement, se paupérise rapidement et ou la chute de la valeur des biens spolie des milliers d’habitants de la classe moyenne.  C’est encore une opération très mal partie pour la municipalité Piolle qui va être victime de ses excès de com’ et de ses tromperies sur la marchandise.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/24/betonisation-les-elus-de-gauche-et-vertsades-sur-la-defensive/

Alain CARIGNON: « NOUS STOPPERONS LE PROJET FAUBERT »

D’ailleurs à la suite de cette réunion de lancement Alain Carignon a tenu à rassurer les grenoblois dans un communiqué: « nous stopperons Flaubert ce projet faussement présenté comme un « maillon vert » » Il précise : « Nous prenons l’engagement qu’avec l’alternance le projet Flaubert sera totalement remis à plat, revu quant à son équilibre social, réduit quant à sa densité et la part réservée aux parcs et jardins sera multipliée afin de remonter le retard dramatique de la ville en matière d’espaces verts par habitant (plus que 12 M2) qui a des conséquences si négatives sur la pollution. »

« Nous déterminerons les options avec les grenoblois par des votations qui permettrons de véritables choix. »

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *