ON A TIRÉ SUR LE TRAMWAY

Hier vers 20 h45 on a tiré des projectiles ou un tir à balle réelle sur le tramway entre l’Arlequin et Grand Place . Les deux portes ont explosé et l’autre porte d’en face ” nous signale un usager inquiet .

SEULS LES CAPTIFS VONT PRENDRE LES TC

Cette dégradation de la sécurité dans les transports en communs– comme dans la ville- sont une véritable plaie. Elle contribue à la paupérisation de la fréquentation des transports aussi puisque seuls les captifs, tous ceux qui n’ont pas d’autre moyen de transport son contraint de les utiliser.Tous les autres s’en passent de plus en plus.

DE PLUS EN PLUS D’INQUIÉTUDE

Etant entendu que nombre de parents déconseillent à leurs enfants scolarisés de les utiliser. Sans oublier les femmes seules qui ne prennent plus ” certaines” lignes pour ne plus être victimes d’injures.

PLUS DE STATISTIQUES DE LA DÉLINQUANCE

D’autant que le gros malin de Yann Mongaburu (Verts/Ades) dans le cadre de la transparence dont il est un adepte a supprimé la publication des statistiques de la délinquance. Plus de thermomètre plus de température.

UNE VILLE à DEUX VITESSES

Cette évolution fait grossir une ville à deux vitesses: ceux qui ont les moyens de la fuir d’un côté. Et tous ceux qui ont été trompés par le mensonge de la “mixité sociale ” et ont acquis des biens invendables. Spoliés.

Le projet de requalification de la ville et des quartiers porté par le collectif de la société civile avec Alain Carignon est urgent.

C’était notre rubrique quotidienne: ” la ville apaisée d’Eric Piolle” .

JC BORREL-GARIN CAUTION du MÉPRIS DES VICTIMES ?

Affolé par la révolte des grenoblois Eric Piolle annoncerait recruter Jean-Claude Borrel -Garin ancien directeur de la police grenobloise qui a flirté avec En Marche dans la préparation des élections. On ne sait pas encore comment sa majorité municipale prendra cette nouvelle. Mais il n’y a rien à attendre d’un Maire qui a moqué les caméras, refusé d’armer la police municipale, qui loge les délinquants dans les HLM dont il est le Président. Son dogmatisme ne changera pas. Et ceux qui vont cautionner ses résultats en la matière ( Grenoble première ville de France pour les agressions violentes pour 1000 habitants) devront s’expliquer devant les grenoblois. C’est un trop grand mépris pour les victimes de cette politique.

5 octobre 2019