O.VÉRAN (PS repenti) VICTIME D’UN COUP de COM’ (!)

O.VÉRAN (PS repenti) VICTIME D’UN COUP de COM’ (!)
28 janvier 2020
    

Drôle de lire dans le DL qu’Olivier Véran (PS repenti) s’estime « victime d’un coup de com ‘ «. Lui qui ne sait faire que ça. En effet lors des manifestations sur les retraites, l’intersyndicale est venue lui remettre un « diplôme de la casse sociale » comme rapporteur de la loi sur les retraites. Il n’a pas apprécié.

SON COEUR SAIGNE A CAUSE DES MALHEURS du MONDE

En effet lui est tellement bon, dont le cœur saigne si fort à cause du malheur du monde, que personne n’est à son niveau de compassion. D’ailleurs il ne dort plus dès qu’il sait que quelqu’un souffre. On voit à son visage parcheminé qu’il porte toute la misère du monde sur ses seules épaules.

EXTRÊMEMENT SENSIBLE à la DÉTRESSE…

Ne répondait-il pas à la Sénatrice (LR) Frédérique Puissat  avec des trémolos dans le texte  «  si la détresse de certains individus qui vous entourent dans les transports en commun, que vous frôlez en marchant sur le trottoir, avec qui vous échangez sur un marché, à qui vous souriez à la caisse d’un magasin, ne vous alerte pas, j’en suis sincèrement navré. Mais ne me reprochez pas d’y être extrêmement sensible. » (DL du 1/11/19)

IL TIENT A FAIRE SAVOIR SON EXTRÊME SENSIBILITÉ

Cet homme porte son extrême sensibilité  en bandoulière et tient à le faire savoir bruyamment, lui qui passe visiblement l’essentiel de son temps dans les transports en communs, sur le trottoir, à la caisse d’un magasin à s’émouvoir, au bord des larmes, de ce qu’il frôle.

LE MAROQUIN MINISTÉRIEL RESSEMBLE à L’HORIZON

Au fur et à mesure qu’Olivier Véran, un Tartuffe reconnu, joue les feux-follets exclusivement préoccupé par la poursuite d’un marocain ministériel qui ressemble à l’horizon qu’on n’attrape jamais, il déraille localement : il a envisagé de se présenter aux municipales, puis lorgne maintenant sur les régionales au cas où les sondages lui donneraient une chance ;

IL TORPILLE CHALAS, SE DÉCHAÎNE CONTRE CARIGNON

Il torpille Emilie Chalas sa « collègue » candidate au profit de Noblecourt (PS) ; Il se déchaîne contre Alain Carignon de crainte que celui-ci  permette de renouer avec un Grenoble qui entreprend, ce qui établirait un contraste accablant avec sa vacuité …

QUELQU’UN PEUT IL LUI FAIRE ENTENDRE RAISON ?

Demeure-t-il quelqu’un auprès de lui qui puisse lui faire entendre raison et lui faire savoir que cette grossière comédie n’échappe à personne à Grenoble et n’est plus de saison ?