E.PIOLLE VEUT “DÉGENRER” LES COURS DES ÉCOLES

Et toujours le même jargon incompréhensible par le français lambda.
E.Piolle veut "dégenrer" les cours d'écoles. Il n'y a pas plus urgent. 
 
« Dégenrer » signifie-t-il régenter les moeurs selon le diktat rouge/vert ? questionne un grenoblois.  Mais oui car Piolle veut "déconfiner nos esprits". Pas le sien qui est large a t-il Lui-même décidé. 
 
Dans "le Figaro" (11/7/20)  Yves Thréard écrit "les cours de récréations doivent devenir" non genrées": plus de terrain de football ni d'espaces réservés à la corde à sauter. On cherche en vain le rapport avec l'écologie" 
 
 
 
Un Grenoblois nous demande de dénoncer ce blablabla….

"Il n'est pas foutu de mettre des arbres cours Berriat côté soleil, comment croire à la création d’ombre dans les écoles ?" nous écrit il. Il montre une école -en l'occurrence Clémenceau- alors que tant d'autres cours d'écoles sont dans un état lamentable, goudronnée à souhait.

 A Diderot (quartier Berriat) il est tellement favorable au retour à la terre qu'il supprime le terrain de foot pour construire des classes supplémentaires. A moins que ce soit parce qu'il était "genré" et doit disparaître ? 

A Lucie Aubrac c'est la cour d'école qui est encore réduite pour accueillir de nouveaux préfabriqués dus à au bétonnage intensif du secteur en logements. 

Piscine Jean Bron il aussi fait sauter les arbres. Ça n'empêche pas un journaliste (?) de C'News qui ne signe pas son reportage de venir faire des images de la com' municipale et de montrer la future cour de l'école Clémenceau. Sans s'attarder sur l'état du bâtiment et des logements d'instituteurs. Ni sur les autres écoles.

"Eric Piolle nous fait croire à un monde nouveau pour sa Com', mais cette "transition" est un retour au Moyen Âge " en conclue ce Grenoblois.