LES COMMERCANTS PAYENT LA FERMETURE DE LA BASTILLE

Cet été, l'accès à la Bastille a subi de multiples restrictions.

La fermeture des accès à la Bastille cet été a fortement impacté l'activité des commerçants du site, révèle un article du Dauphiné Libéré (édition du 10/09/2022).

BAISSE DU CHIFFRE POUR TOUS

Le restaurant "Le Per'Gras" a ainsi perdu 30 000 euros de chiffre d'affaires ; le restaurant "O2" constate une baisse de 10% ; même le parc d'accrobranche "Acrobastille" a constaté un recul de son chiffre par rapport à l'an dernier.

"UNE COMMUNICATION PAS TRES CLAIRE"

Fermeture de certains accès mais pas de tous, autorisations d'accès au sommet peu compréhensibles... Les mesures prises face au risque incendie avaient de quoi décourager. Laurent Gras (du "Per'Gras") constate ainsi une "communication pas très claire", le gérant d'O2 déplore quant à lui le "manque de concertation", et le manager de l'accrobranche critique les arrêtés municipaux "qui n'arrêtaient pas de changer". L'usine à gaz municipale tourne à plein pot.

LA "PRISE DE LA BASTILLE" ANNULÉE

Le 4 septembre dernier, la course cycliste "la prise de la Bastille" avait dû être annulée : à cinq jours de l'évènement, les organisateurs n'obtenaient aucune réponse de la ville pour savoir si les accès au site étaient possibles. La ville avait finalement expliqué que le site rouvrait... quelques heures après l'annonce de l'annulation ! Pathétique timing qui témoigne de l'absence de suivi des élus et d'une désorganisation préoccupante.

LA FERMETURE DES QUAIS SANS CONCERTATION

Un peu plus bas, au mois de juillet, la ville a expérimenté la piétonisation des quais les samedis en juillet. Là encore sans aucune concertation, et en l'annonçant au dernier moment, comme l'avaient dénoncé des commerçants pointant directement des horaires inadaptés. On commence à être habitués : le système Piolle décide, les Grenoblois découvrent.

Une annonce le 30 juin sur les réseaux sociaux de la ville... pour le 2 juillet.

À CHAMPIONNET : L'INSÉCURITÉ MINE L'ÉPICERIE

Dans un autre quartier, à Championnet, la gérante de l'épicerie a subi tout l'été les attaques et vols de bandes sorties de la piscine Jean Bron, la forçant à fermer plus tôt et générant une grosse baisse de chiffre d'affaires. Le tout dans l'indifférence totale de la majorité municipale et d'Eric Piolle, qu'elle a décidé d'attaquer pour carence dans ses pouvoirs de tranquillité publique.

L'épicerie à Championnet cible de vols et la commerçante agressée, jeudi 21 juillet.

LES GRENOBLOIS TRINQUENT POUR LES ERREMENTS MUNICIPAUX

Les commerçants, à l'instar des Grenoblois, payent le désintérêt d'Eric Piolle pour les affaires de la ville et l'impréparation de ses adjoints et élus pour les responsabilités. Une situation qui génère évidemment tension, frustration et un ras-le-bol grandissant de jour en jour, sans que la majorité ne semble vouloir faire évoluer ses méthodes. Pendant encore combien de temps ?

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.