Jannick ALIMI, “LE PARISIEN”, PIOLLE : LA SOUPE EST SERVIE

Un publi-reportage est un journalisme commercial. Quand Jannick Alimi reproduit mot à mot la com’ de Piolle sans un brin de recul -ne parlons pas de confrontation avec les faits- on est dans cette rubrique-là.

"IL PRÉPARE EN TOUTE DISCRÉTION ..." 

« Le Parisien » d’hier est un modèle du genre. Ainsi Eric Piolle qui fait tout pour apparaître dans les médias et se faire remarquer y compris en se Trumpisant mais ne perce pas dans les sondages, est il présenté en titre comme quelqu’un qui « prépare en toute discrétion sa possible entrée en campagne ».

3 PERSONNES DU "PREMIER CERCLE SUR 15 RÉVÉLÉES 

Ensuite c’est un festival. D’abord c’est beaucoup » l’entourage » qui parle c’est à dire 2 personnes qui sont auprès de lui. « L’ex cadre dirigeant dans l’industrie » (il était chargé d’un secteur logistique chez Hewlet-Packard dont il est parti avec un chèque) a constitué un premier cercle de 15 personnes dont 3 noms sont révélés : Une conseillère Verts de Hénin-Beaumont, Mathieu Bosque un ex collaborateur du Député FI François Ruffin et Augustin Augier qui est le fils du Maire de Deauville et de Marielle de Sarnez  ce qui explique maintenant qu’E.Piolle soit allé aux obsèques de cette dernière au frais de la ville (prouvant une fois de plus le conflit d’intérêt entre sa candidature et la fonction de Maire).

REVELATION : E.PIOLLE A PRIS SON BÂTON de PELERIN 

Reconnaissons qu’avec ce staff de haut niveau, dont le fils d’un homme et d’une femme politique, la France est servie. D'autant que les 12 autres n'existent même pas !

Mais Jannick Alimi n’en a pas fini dans l’extase : « Eric Piolle a pris son bâton de pèlerin pour apporter son soutien aux candidats écolos «  explique un proche «. Le journaliste a besoin d’un proche pour expliquer cette innovation politique de première bourre.

E.PIOLLE N'EFFECTUE AUCUNE VISITE SUR SON NOM 

Mais « explique un  proche  (!) pour Eric Piolle cette plateforme et ce tour de France sont des moyens de mailler le territoire ».

Jannick Alimi n’a pas pris la peine pourtant très modeste de vérifier ce qu’il en était de ce « maillage ». Eric Piolle n’effectue pratiquement jamais un déplacement sur son nom qui ne ferait déplacer personne, mais rejoint quasiment toujours un comité de défense ou de protestation pour tenter d’exister en s’y insérant. Avec des bonheurs parfois contrariés comme on l’a vu à Lacq ou dans le Pas de Calais.

LA LISTE A LA PRÉVERT DES DIZAINES D'ACTEURS QUI S'ENGAGENT

Malgré cela Jannick Alimi répète que toujours selon  les « précisions de son entourage «, cette tournée quasi-triomphale ferait que « plusieurs dizaines d’acteurs de terrain étoffent ce réseau ; directeurs d’hôpitaux, avocats, Procureurs, Préfets à la retraite, responsables associatifs ou d’organisations syndicales, paysans, directeurs de théâtres … »   

De quoi se tordre. On retrouve le même enfumage qu'avec le faux "réseau citoyen" à Grenoble dont on n'a jamais vu la couleur.  

RADICAL ÉCOLO, DÉFENSEUR DES COMMUNAUTÉS...

Comme tout de même il est difficile de tout gommer avec  cette com’ peu reluisante, Jannick Alimi note que «  pour de nombreux Français (Piolle fait 2% d’intentions de vote NDLR) le Maire de Grenoble apparaît plutôt comme un radical écolo (..) un défenseur des communautés (..) ou qu’un tenant de la sécurité publique ».  Elle ne va pas jusqu’à préciser ses positions écologistes dogmatiques, sa tolérance sur le Burquini ou sa sortie contre le problème de la France ,notamment « des policiers délinquants qui tabassent sans suite» ou bien son refus obstiné des caméras malgré la ville en feu.

"IL S'ATTELLERA A MIEUX FAIRE CONNAITRE SA PHILOSOPHIE"

Mais on est rassuré « après les régionales Eric Piolle s’attellera à mieux faire connaître sa philosophie politique  confie un de ses conseillers » révèle encore Jannick Alimi décidément au cœur du réacteur.

D’ailleurs dans les scoops elle révèle aussi que «  selon nos informations son livre sera complété par des soirées sur le Net autour de sujets dépassant les régionales et l’écologie stricto sensu »  Ce qui ne signifie évidemment  pas que son livre à succès en vente sur Amazon ait été insuffisant. Mais seulement qu’il « dépasse les régionales et l’écologie ».

UN ABSENCE DÉSOLANTE DE JOURNALISME 

D’ailleurs « explique un proche (!) la ligne directrice de Piolle c’est de se différencier aussi bien du Macronisme que de tous les populismes «.

N’en jetez plus. Cette absence de journalisme est plus que désolante. Pas une fois Eric Piolle n’est confronté à ses actes. On imagine que Jannick Alimi n’a même pas passé un coup de fil au correspondant du « Parisien «  à Grenoble, Serge Puyeo pour pouvoir interroger ensuite un peu plus sérieusement  ces fameux « proches » et autre « entourage » qui n’existent pas. 

LA SOUPE EST SERVIE. ELLE EST INDIGESTE 

N’évoquons pas la possibilité de regarder la situation objective de la ville que Piolle est censé gérer ou d’interroger des habitants, y compris d'ex partisans de Piolle. Faut pas en demander trop à ce journalisme de connivence. Elle voulait servir la soupe. Elle est servie, mais elle n'est digeste pour personne. Même pas pour sa cause. 

Cette pauvreté journalistique agenouillée devant le vide est une honte pour Jannick Alimi, pour le « Parisien » et pour ses lecteurs.

 

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *