E.PIOLLE NE VEUT NI LA FRANCE NI L’EUROPE

L'incident n'a été sérieusement relevé par presque personne. Seul Benoit Pavan note la scène dans "Le Monde" (17/12/19) : « Pourquoi avoir fait enlever les drapeaux français et européen qui se situaient derrière vous ? », a d’abord interrogé Alain Carignon en s’adressant à Eric Piolle, alors que ce dernier venait de lui accorder la parole pour une question orale. « Je suis le président de séance » a répondu Eric Piolle.

Alain CARIGNON A RELEVÉ UN MANÈGE ÉTONNANT

En effet, le 16 décembre lors de l'ouverture du Conseil Municipal, Alain Carignon a été le seul élu à relever le manège qui agitait le personnel : des drapeaux Français et Européens sont placés derrière le Président de séance dans la salle des délibérations de la Métro. Eric Piolle ne voulait pas apparaître devant eux et -semble t-il- la Métro refusait de leur faire quitter la salle.

LES DRAPEAUX DÉPLACÉS EN BOUT DE TRIBUNE

Mais à 15 h Eric Piolle refusait visiblement d'entrer en séance et de poser à sa place en présence des drapeaux. Un compromis a été trouvé et ceux-ci ont été déplacés en bout de tribune afin que le Grand Timonier puisse enfin présider en Majesté et qu'ils disparaissent de la vue des caméras.

E.PIOLLE REFUSE DE S'EXPLIQUER

Mais en répondant à Alain Carignon " je suis président de séance" -ce que personne n'ignorait- Eric Piolle refusait de s'expliquer. Chacun a bien compris qu'il refusait d'être associé à ces deux appartenances, la France et L'Europe, afin de continuer à complaire à l'extrême gauche, aux anarchistes de tout poil qu'il loge dans des squats municipaux autorisés par Lui.

LE COURAGE LUI A MANQUÉ

Mais l'assumer publiquement, en toute transparence, ne lui a pas été possible. Le courage lui a manqué. Peut être la crainte de perdre quelques suffrages de gogos qui ne le situent pas ou il est sur l'échiquier politique ?

NI FRANCAIS, NI EUROPÉEN

Ni Français, ni Européen, Eric Piolle poursuit bien un travail de sape de tout ce qui est collectif, il poursuit l'exaltation de l'individu-Roi qui produit cette explosion, cette "archipellisation" relevée par les analystes, si dangereuse pour le pays.

MÉPRISANT POUR LES CITOYENS ATTACHÉS à UN DESTIN COMMUN

En ouvrant la séance du Conseil Municipal du 16 décembre Eric Piolle se découvrait à nouveau tel qu'en Lui-même : dominateur et méprisant pour tous les citoyens attachés à une histoire et un destin commun.

UNE MUNICIPALITÉ IDÉOLOGIQUEMENT ULTRA MINORITAIRE

Cet acte symbolique et fort révèle aussi le caractère ultra minoritaire de ce qu'il représente idéologiquement : plus il rencontre l'hostilité des grenoblois, plus il se réfugie dans des postures sectaires et groupusculaires, provocatrices pour la grande majorité des Grenoblois.

L'IRRUPTION D'Alain CARIGNON : VERTUS PÉDAGOGIQUES

L'irruption d'Alain Carignon au Conseil Municipal a pour vertu de faire connaitre toutes les dérives budgétaires, de nombreux manquements municipaux au fil des délibérations et même de façon anecdotique avec l'affaire des drapeaux de nous permettre de comprendre les fondamentaux de Piolle.

A deux mois des élections municipales sa présence comme élu produit des effets pédagogiques considérables. On comprend mieux la haine qu'il déchaine.

2 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *