APPEL à PROJETS : LA PROCÉDURE VICIÉE d’E.PIOLLE

L’orangerie, l’ancien Musée de Peinture, la piscine des Iris, la villa Clément, le couvent des Minimes, mobilier urbain … Eric Piolle use et abuse de la procédure -qui n’en est pas une- “d’appel à projets”.

ÉVITER LES APPELS d’OFFRES POUR SERVIR LES COPAINS

Il s’agit surtout d’éviter l’appel d’offres soumis à des procédures transparentes, contrôlées qui permettent de retenir le mieux-disant. Mais pour favoriser les copains rien de mieux que le flou artistique de l’appel à projets. En fin de mandat il accélère comme s’il s’agissait de vite satisfaire quelques amis et embarrasser ses successeurs par des occupations de lieux publics privatisés. Mais sur financement public…

St MARIE D’EN BAS : 100 000 € DE SUBVENTIONS NON JUSTIFIÉES

L’exemple du Théâtre de Sainte Marie d’En Bas éclaire les dérives de ce procédé. L’association Musiques créatives du Sud (MCS), dirigée par le compositeur et chanteur Antonio Placer serait dans l’incapacité de justifier de l’ordre de … 100 000 € de subventions publiques en 2 ans.

C’est elle-même qu’Eric Piolle avait installé en 2016 en fanfare avec sa modestie bien connue 2016 « C’est une joie de fêter ce nouvel élan pour ce joyau historique de Grenoble ».

LES AMIS DE PIOLLE SANS COMMISSAIRE AUX COMPTES…

La direction des affaires culturelles de la ville ne pouvait pas ne pas signaler la “gestion” personnelle de l’association qui ne s’était même pas dotée d’un commissaire au Comptes comme la loi lui en fait obligation. ça fait penser à l’association Fusée qui a été bénéficiaire du marché de la fête des Tuiles sans appel d’offres ?

Comment une municipalité si vigilante sur le respect des lois et règlements pour tous les acteurs de la ville, répressive et tatillonne avec tous a t-elle pu signer une convention de 3 ans avec une association qui n’était pas en règle ?

DEUX POIDS, DEUX MESURES SUIVANT QUE VOUS SOYEZ AMI ou PAS

Notons au passage que cette question n’a même pas été posée par “l’opposition” officielle qui siège à la mairie au moment ou le rapport a été présenté au Conseil Municipal. Pourtant ce laxisme était un indicateur clef du deux poids et deux mesures suivant que vous soyez ami ou pas du Grand Timonier.

D.BERRAMDANE INSTALLÉ PAR CARIGNON : 3 DÉCENNIES

Le site d’information en ligne Place Gre’Net rappelle au passage que “le comédien et metteur en scène Diden Berramdane cédait quant à lui la place, après avoir régné en maître sur le théâtre du quartier Très-Cloîtres durant trois décennies.”Installé par la municipalité Carignon avec un succès qui ne s’est jamais démenti.

E.PIOLLE FAIT SEMBLANT…

Il est vrai comme le dira D.Berramdane à son départ que “Le seul maire de Grenoble qui se soit vérita­blement intéressé à Sainte­ Marie­ d’en­ Bas, qui l’ait do­té des moyens nécessaires et qui ait suivi mes spectacles, c’est Alain Carignon ! A croire que la gauche, pour qui j’ai toujours voté, a aujourd’hui perdu le sens de la culture”. Car il ne s’agit pas seulement de faire semblant comme Eric Piolle, mais de faire preuve d’attention et de suivi.

… Et Corinne BERNARD (Verts/Ades) A DISPARU

Si le Maire ou son Adjointe “aux” Culture disparue, Corinne Bernard (Verts/ades) s’étaient rendu sur le lieu ils auraient peut être remarqué qu’il était sous loué (!) et que les 100 000 € affectés aux travaux n’étaient pas utilisés!

L’association Musique créative du Sud a même passé convention avec une autre association, Domptelio qui gère la carrière d’Antonio Placer. Elle lui a versé 2 500 €.

C.BERNARD NE DEMANDE PAS LE REVERSEMENT DES SOMMES

Pour toutes ces sommes versées et non justifiées, ou ces recettes de sous location illégales la municipalité est en droit à minima de demander leur «reversement en sa faveur de ces sommes » conclut le rapport de la direction de la culture.

Un reversement que Corinne Bernard s’est refusée à engager devant le conseil municipal : « C’est difficile de revenir dessus », a t elle expliqué. On l’a connue plus ferme face aux bibliothécaires en matière d’argent public ! Décidément ce mandat aura été un calvaire pour elle et les grenoblois.

R.AVRILLIER (Verts/Ades) NE VOIT PAS DE FAILLE

On demeure dans l’entre-soi, les connivences et la règle n’est pas la même pour tous. Les “détecteurs de failles” (!), prêts à dégainer les procédures à tous propos, les Raymond Avrillier (Verts/Ades) et autres Anticor sont évidemment aux abonnés absents quand ça concerne les copains.

UNE NOTE SALÉE POUR LES GRENOBLOIS ET SES SUCCESSEURS

Mais ce dernier bilan des mirobolants “appel à projets” d’Eric Piolle laisse augurer de ce qu’il en sera avec tous ceux qu’il veut signer avant de partir : des techniques probablement illégales comme le souligne le GAM et une note salée pour les grenoblois et ses successeurs.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *