Bd Agutte SEMBAT : “PIOLLE M’A TUER”

“Eric Piolle n’aime pas les insoumis” a immédiatement tweeté Alain Carignon en apprenant que le Maire avait fait enlever la banderole apposée probablement par des commerçants avenue Maréchal Lyautey. Reprenant la phrase célèbre de Omar Haddad, dupliquée contre Edouard Balladur avec sa faute d’orthographe “Piolle m’a tuer” ils ont résumé la situation.

LE GRAND TIMONIER DÉCIDE QUI PEUT CONTESTER QUOI 

Sauf qu’en Piolland le choix de la contestation qui a le droit de se manifester est effectué par le Grand Timonier Lui-même. Tout ce qui conteste a le droit de souiller les murs de tags insultants, d’affiches qui couvrent le moindre édifice, d’affichettes sur tous les poteaux pourvu que ces mises en cause soient conformes à l’idéologie au pouvoir local.

LES SERVICES MUNICIPAUX SONT AU SERVICE du GRAND TIMONIER

D’ailleurs on ne voit pas pourquoi il pourrait exister un mécontentement quelconque pour des raisons locales puisque la politique conduite l’est pour le bonheur du peuple ? La banderole a donc été promptement enlevée par les services municipaux mobilisés pour l’occasion. Ce que les grenoblois ne peuvent pas obtenir pour la propreté de la ville, le Maire peut l’obtenir pour Lui-même. Il en a déjà donné la preuve avec l’effacement immédiat de tags à Son nom.

E.PIOLLE  et L’ESPACE PUBLIC: “NOUS AVONS EU 99,99% de RETOURS POSITIFS de la POPULATION” 

Pour bien comprendre la quasi schizophrénie caractéristique des Rouge/Verts grenoblois il faut lire l’interview très récente d’Eric Piolle dans Inter Média hebdo du 16 mai dernier. Il évoque ” la transformation de l’espace public en espace de rencontres et de projets (!). Nous avons eu 99,9 % de retours positifs de la part de la population”. Certes au départ il répond à partir d’une question sur les colonnes Morris Decaux -mais même sur ce seul point, 99 ,99 % de Grenoblois ne sont pas heureux des totems hideux et de la perte de 650 000 €- mais Eric Piolle élargit bien à la transformation de l’espace public.

Il arrive que des grenoblois soient encore incrédules et ne pensent pas être gouvernés par des élus aussi dogmatiques. Certains les croient mal informés ou les imaginent commettant des erreurs involontaires. Il suffit pourtant seulement de les lire et d’observer leurs pratiques.

LES FÊTES ET CÉRÉMONIES PASSENT de 300 à 600 000 € 

A ces dérives on comprend que le clan qui se rétracte a décidé de mettre tous les moyens municipaux pour servir ses intérêts. Déjà le doublement  du budget “fêtes et cérémonies passé de 300 à 600 000 € cette année démontrait qu’Eric Piolle ne se gênerait pas pour faire campagne sur fonds publics. Des institutions culturelles tel le Magasin (CNAC) sont par exemple transformées sans vergogne en annexe de la propagande municipale.

LE COUVERCLE de la COCOTTE VA ÊTRE LEVÉ AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES

Ce couvercle sur la cocotte a plutôt tendance à la faire chauffer de plus en plus. Or il s’avère qu’une étape ne peut pas encore être supprimée : celle des élections municipales qui approchent à grands pas. Il faudra obligatoirement lever le couvercle.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *