Les BOURDES de Lucille LHEUREUX (Verts/PG) ENFONCENT E.PIOLLE

Il faut prendre la peine et le temps (40 mn!) d’écouter Lucille Lheureux et Pascal Clouaire les deux Adjoints au Maire (Verts/PG) répondre aux questions de Christophe Revil sur TeleGrenoble.

Qu’ont ils échoué selon eux ? « un manque d’explications et de pédagogie sur ce qu’est une ville en transition » répondra Pascal Clouaire pour expliquer le mécontentement. Le Journaliste faisant tout de même remarquer que les documents et la publicité n’ont pas manqué !

LA « VILLE EN TRANSITION » : UNE FUMISTERIE 

Comme si les Grenoblois n’avaient pas compris. La ville « en transition » ne signifie rien d’autre que la volonté de camoufler derrière des mots la poursuite de la bétonisation.

Mais surtout la réponse dénote cet esprit dogmatique qui caractérise les Rouge/Verts grenoblois : si un mécontentement se manifeste, ce n’est pas parce que les décisions sont mauvaises, mais parce que ces bouseux de grenoblois n’y comprennent vraiment rien. D’une lourde façon subliminale Pascal Clouaire laisse entendre que la municipalité est trop intelligente pour eux. Elle voit si loin !

L’ÉCONOMIE LOCALE S’EFFONDRE : « UN MANQUE D’EXPLICATIONS »

Les commerces qui baissent les rideaux, les emplois supprimés, l’effondrement de la valeur des biens, l’augmentation de la pollution, les objectifs affichés pour la fermeture de Grenoble à savoir + 170 % de la pratique du vélo non atteints (on est à +5 %) un « manque d’explications... »

Aucune amende honorable sur les usines à gaz désertées de fausse participation. Pascal Clouaire reconnait que les Conseils Citoyens sont « moins variés » qu’il ne l’aurait souhaité ! Cet euphémisme pour reconnaître qu’ils sont composés du dernier carré des affidés.

UN CALENDRIER POUR TENIR JUSQU’AUX ÉLECTIONS 

Ça ne l’empêche pas d’annoncer de nouveaux outils de participation pour… la rentrée. Histoire de simplifier l’accès des grenoblois à la décision. Des groupes  vont « réfléchir » autour d’ateliers de projets à compter de septembre 2018 et interroger des experts pendant quelques mois afin de les porter devant le conseil municipal. Outre qu’il s’agit de s’adresser aux seuls citoyens professionnels qui n’ont que ça à faire, le calendrier est explicite : on arrivera juste avant les municipales de façon a avoir des effets d’annonces et de laisser aux successeurs les soucis de réalisation et de financement.

COLÈRE des HABITANTS : « LES CONDITIONS d’UN DÉBAT APAISÉ… » 

Au lieu de renouer avec la simplicité et la voie directe, la municipalité triche, biaise, trompe et prend les grenoblois pour des imbéciles.

Lucille Lheureux, elle, a fait aussi très fort. Elle a quitté la réunion des habitants du centre ville  « parce que les conditions d’un débat apaisé n’étaient pas réunies ». Qu’est ce qu’un débat apaisé?  Un débat ou Lucille Lheureux peut taper sur les doigts de ceux qui ne sont pas d’accord avec elle. Comme une Maîtresse d’école à l’ancienne avec cette autorité que les Rouge/Verts récusent.

« LA MUNICIPALITÉ EST ISOLÉE POUR LA PARTICIPATION CITOYENNE … »

La malheureuse a jugé que la municipalité « est isolée pour la participation citoyenne ». Pas parce qu’elle triche elle même. Mais toujours à cause de ces mauvais grenoblois qui ne veulent pas faire semblant, ni entrer dans les labyrinthes créés pour les semer. D’ailleurs avoue t-elle « la tâche la plus difficile est de faire approprier la décision par les citoyens ». Ces « citoyens » récalcitrants à adopter les décisions prises sans eux. Qui ont aussi certainement mal compris l’engagement N°1 d’Eric Piolle, celui qui promettait  la « co-construction » partout.

« LES HABITANTS NE SE RENDENT PAS COMPTE QUE LES ÉLUS SONT PRÉSENTS »

En soldat de base, Lucille Lheureux rame, lit ses fiches.  Elle ne peut pas comprendre  pourquoi ces sacrés grenoblois ne s’approprient pas la décision de fermer Grenoble, prise unilatéralement et sans étude d’impact. Incompréhensible en effet.

Et, ajoute t elle, c’est difficile qu’ils « se rendent compte que les élus sont présents sur le terrain ». De la part d’une Adjointe au Maire qui a fait un bras d’honneur symbolique à une assemblée de quartier en quittant la salle et affirmant  » je ne voulais pas venir, je m’en vais » (!)

UN MUNICIPALITÉ ASPHYXIÉE PAR ELLE-MÊME 

Ces odieux grenoblois qui ne reçoivent pas de réponses à leurs mails aux élus, à leurs appels téléphoniques, qui ne parviennent à en joindre aucun pour faire face aux problèmes, ces responsables d’Unions de Quartiers qui doivent avoir un entretien préalable avec un fonctionnaire municipal 3 semaines avant de voir un élu pour que celui-ci connaisse ses questions et fasse préparer les réponses… Des méthodes qui en disent long sur cette « présence sur le terrain » et cette connaissance des dossiers.

L.LHEUREUX:  » GRENOBLE PEU DOTÉE EN ESPACES VERTS… »

Lucille Lheureux est représentative de cette mauvaise foi caractéristique de la municipalité. Quant on la questionne sur « la végétalisation » -cache-misère de la bétonisation de la ville- elle reconnait piteusement que  » Grenoble est une ville malheureusement peu dotée en espaces verts« . Les élus n’y sont pour rien? En créant un  » écoquartier de la ville en transition (!)  » sur la Presqu’ile avec … 1 M2 d’espaces verts par habitant ne contribuent ils pas à cette situation catastrophique qui fait reculer Grenoble chaque année et augmente la pollution?

« LE PRESTATAIRE CONNAISSAIT TOUT LE MONDE », MAIS E.PIOLLE NE LE CONNAISSAIT PAS

Interrogée sur l’information judiciaire engagée sur le marché attribué sans appel d’offres à un membre du comité de soutien elle répond avec une langue de béton que  » la ville de Grenoble est très attentive au code des marchés publics » . Mais, en même temps ajoute:  » le prestataire connaissait tout le monde et c’est pourquoi on l’a retenu ». (!) Sauf Eric Piolle qui a déclaré ne pas le connaitre. Depuis lors on a appris que l’association Fusées qui a obtenu le marché avait aussi participé à la campagne électorale de Piolle! Quel pataquès.  On se demande quelle version Eric Piolle servira à la Police Judiciaire. De bourde en bourde Lucille Lheureux démontre ses insuffisances que sa suffisance ne peut cacher. Elle rend au passage la défense judiciaire de son mentor plus difficile.

LE SEUL PLAISIR: DEVERSER SA HAINE SUR CARIGNON 

Les prestataires y compris artistiques ont donc compris la leçon. Il faut « connaitre tout le monde » et être membre du comité de soutien pour obtenir un marché sans mise en concurrence.

Au final Lucille Lheureux est enfin véritablement heureuse. Elle peut révéler le fond de haine qui la constitue puisqu’il est question d’Alain Carignon. Exit le  » débat apaisé  » , la rédemption, le pardon, la deuxième chance, l bienveillance ou le refus de « stigmatiser ».  Le plaisir sue:  » ‘il a été en prison, il faut le rappeler encore et encore  » . Elle ne peut pas cacher la joie que ses propos lui apportent dans son univers municipal de décombres.

LE BILAN LHEUREUX POUR l’ESPACE PUBLIC et le BILAN CARIGNON…

Elle  » regrette que notre vie politique laisse autant de place à des hommes qui ont démontré leur peu d’intérêt à l’intérêt général » . Quand on comparera le bilan municipal de Madame Lheureux pour l’espace public à l’héritage Carignon, ce type de phrase méritera d’être affichée.

Les Rouge/Verts sont ici dans le domaine dans lequel ils voudraient camper pour se sauver de la débâcle annoncée. La morale.(1) Dire la morale  permet de se faire passer pour moral soi-même. Sauf qu’être moral ne consiste pas à faire la morale aux autres mais a faire le bien soi-même.Il semble que celui-ci soit réservé aux amis sur fonds publics. Une vision un peu restrictive.

CE QUI RESTE DE LA MAJORITÉ MUNICIPALE DERRIÈRE UN MAIRE ACTIONNAIRE à SINGAPOUR

Dans sa générosité affichée Madame Lheureux devrait se réjouir qu’Alain Carignon ayant purgé sa peine inique soit un citoyen comme les autres : quel bel exemple pour tous ceux qui ont traversé des difficultés.

Les grenoblois n’ont pas de leçons à recevoir de Madame Lheureux dans ce domaine. Son éthique est trop élastique quand il s’agit d’eux-mêmes.   Un équipe municipale ( ce qui en reste) derrière un Maire actionnaire à Singapour après les engagements qu’elle a pris sur les paradis fiscaux devraient la jouer modeste. Mieux vaudrait pratiquer cette bienveillance dont il a été si souvent question dans les propos.

(1)  » Il n’y a que deux sortes d’hommes: les uns justes qui se croient pécheurs; Les autres pécheurs qui se croient justes » ( Blaise Pascal)

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *