DINER du CRIF : E.PIOLLE MIS AU SUPPLICE

Toute une soirée à entendre les récriminations des orateurs sur les propos de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise ; Eric Piolle a enduré un nouveau calvaire au dîner annuel du Conseil Représentatif des Institutions Juives (CRIF) hier soir à Europole. Devant des centaines de personnes mobilisées pour l’événement le Président National du CRIF, Francis Kalifat a développé un argumentaire impitoyable contre le leader Maximo et son parti.

LES ÉLUS DE LA MAJORITÉ MUNICIPALE ABSENTS 

Il n’ignorait pas que ceux-ci constituent l’une des ossatures essentielles de la municipalité Piolle et de ses dérives. Tous les élus de la majorité municipale s’étaient portés pâle. Seuls Pascal Clouaire (Verts/PG)  et Martine Jullian Adjointe mise sur la touche étaient présents. Les « révolutionnaires » et tenants de la ville délinquante (E.Martin, A.Back, A. Confesson, B.Macret, C.Coutaz…) avaient courageusement déserté le débat. Ils ne le conçoivent qu’avec ceux qui sont d’accord avec eux.

F. KALIFAT  « L’EXTRÊME GAUCHE et L’EXTRÊME DROITE NE SONT PAS LES BIENVENUS » 

Francis Kalifat a répété qu’à « la marche contre l’antisémitisme »  il avait estimé « que l’extrême droite et l’extrême gauche n’étaient pas les bienvenus »  et il a pointé une à une toutes les dérives de JL Mélenchon utilisant l’anti-sionisme comme un nouvel antisémitisme. Une charge implacable, documentée, précise qui glaçait par les responsabilités qu’elle fait peser sur les mouvements qui composent la majorité municipale de Grenoble.

Manuel VALLS DÉNONCE LES LACHETÉS D’AUJOURD’HUI 

D’autant que Manuel Valls, plus tard, développera les parallèles historiques avec l’anti-sémitisme de l’affaire Dreyfus et toutes ces personnalités de gauche qui ont fait preuve de connivence ou on tardé à devenir des justes pour endiguer sa montée. En citant la lucidité courageuse de Clémenceau et Zola comment ne pas comparer avec les lâchetés ou les accommodements de l’extrême gauche d’aujourd’hui ? « Il faut parfois résister à la foule » a t il rappelé.

Yves GANANSIA (CRIF Grenoble) : « L’ANTI SÉMITISME S’EST DÉPLACÉ à L’EXTRÊME GAUCHE » 

Même Yves Ganansia le Président du CRIF de Grenoble lancera que  » l’anti-sémitisme s’est déplacé à l’extrême gauche ».

Eric Piolle a applaudi chaque fois ces réquisitoires contre les siens. Quand est-il sincère ? Quand il soutient les excès de la France Insoumise de sa majorité dont il est totalement solidaire ou quand il tape des mains après les discours qui les condamnent ?

E.PIOLLE : QUITTER LA TABLE OU SE DÉSOLIDARISER de SA MAJORITÉ 

Deux solutions s’offraient à lui : ou bien se lever de table hier soir afin de ne pas cautionner les propos accablants  tenus contre sa majorité ou bien se désolidariser publiquement au Conseil Municipal de ceux qui le soutiennent.

Car la duplicité n’a pas sa place quand le débat sur les valeurs est en jeu. Au fond l’homme qui a décidé de boycotter la municipalité de Réhovot qu’Alain Carignon a jumelé avec Grenoble a choisi son camp pour des raisons électorales qu’a très bien explicitées Francis Kalifat.

UN EXERCICE de FUNAMBULISME PAS à la HAUTEUR 

Comme « Paris vaut bien une messe« , Eric Piolle estime que la communauté juive de Grenoble vaut bien une soirée de supplice. Mais cet exercice de funambulisme n’est pas à la hauteur des enjeux : la question de la présence ou non des juifs sur le sol de France est posée et leur départ remettrait en cause l’essence de la Nation dans sa diversité historique. Une fois encore Eric Piolle a chuté sur les principes.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *