NEYRPIC : E.PIOLLE DISPOSE des MOYENS de le STOPPER

QUAIS: LES COMMERCES PÉNALISÉS par les ORDURES
Fermeture de Grenoble : LES ANNONCES d'E.PIOLLE CACHENT L'ESSENTIEL

Les catastrophes s’empilent sur l’économie grenobloise. Après la disparition de l’agglomération de tous les tableaux de l’attractivité, une situation de l’emploi qui continue à se détériorer, un commerce grenoblois sinistré,  il s’est trouvé 75 élus de la Métro pour donner le feu vert à la création de 24 000 M2 de surfaces commerciales  à l’entrée de Grenoble. Si on ajoute les élus qui se sont abstenus et ont donc laissé passer  le projet on arrive à 87 élus qui permettent à Neyrpic de voir le jour.

E.PIOLLE FERME GRENOBLE, LES VÉHICULES SONT DIRIGÉS VERS NEYRPIC 

Au moment ou Eric Piolle ferme Grenoble au niveau de l’avenue Agutte Sembat les véhicules seront donc dirigés à partir du bd Jean Pain vers l’avenue Ambroise Croizat à l’entrée de St Martin d’Hères ou la circulation et le stationnement seront favorisés. Les commerces qui auront survécu à Grenoble jusqu’en 2020 seront achevés. La première victime sera la caserne de Bonne ce qui démontre la parfaite logique de sa création par la même majorité d’élus.

LE PROJET NEYRPIC EST à L’OPPOSÉ DES ENGAGEMENTS de la MAJORITÉ

Le projet Neyrpic est à l’opposé des engagements de la majorité (PS/Verts/PG/PC) de  la Métropole quant au développement  durable, aux circuits courts, à la décroissance, à la consommation raisonnée, aux déplacements doux, à l’agglomération apaisée… Il est porté par David Queiros, un élu PC partie intégrante de l’exécutif. Soutenu par les 3/4 du groupe PS, du groupe ADIS qui est un appendice de la majorité Rouge/Verts.

Mais le vote hostile d’Eric Piolle et de ses amis cache l’essentiel comme d’habitude. Alain Carignon l’a rappelé dès hier dans un communiqué : «  Ce projet est à l’opposé des objectifs du contrat de majorité affiché par l’exécutif de la Métro dont les  élus Rouge/Verts grenoblois sont les premiers représentants et normalement les garants.

SANS LE GROUPE d’E.PIOLLE PLUS DE MAJORITÉ à la MÉTRO

Précisant surtout :  « Comme Maire de Grenoble et co-président du premier groupe de cette majorité Eric Piolle dispose du moyen de stopper le projet Neyrpic en quittant l’exécutif s’il était adopté. D’autant que l’urbanisme est désormais de la compétence de la Métro. Il a préféré sacrifier les intérêts de Grenoble au maintien de l’attelage brinquebalant qui dirige la Métro et il va continuer de gouverner celle-ci avec les élus qui conduisent des politiques contraires à celles qu’il prône.

SACRIFIER LES CONVICTIONS POUR CONSERVER LES VICE PRÉSIDENCES

En bref il sacrifie les convictions pour conserver les Vice Présidences (C.kirkyacharian, Y.Mongaburu, C.Garnier, K.Habfsat, F.Megevand …) et la direction effective de la Métro. Car sans son groupe il n’y a plus de majorité. Notons au passage un tartuffe particulier, Georges Oudjaoudi (Verts) conseiller municipal de St Martin d’Hères qui s’affiche opposant à Neyrpic mais demeure… Vice Président (2 800€/mois) de la Métro qui le permet. Quant à Christophe Ferrari, les Unions commerciales l’avaient remercié après avoir noté « sa position de principe contre le projet Neyrpic… » 

A.CARIGNON : LES GRENOBLOIS VICTIMES de MESURES PUNITIVES à l’INTÉRIEUR et d’UN APPEL D’AIR à L’EXTÉRIEUR

Pour Alain Carignon : « Les grenoblois vont donc subir la double peine : sur leur territoire victimes de mesures punitives et dogmatiques aux conséquences graves sur l’emploi et l’attractivité et à la lisière création d’un formidable appel d’air commercial avec accès et stationnement garantis. Beau bilan du bateau ivre qu’est la direction de l’agglomération grenobloise dont les élus grenoblois sont aussi les premiers responsables. »  

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *