UNE MÉRE de FAMILLE : « Les CHOSES NE PEUVENT PAS CONTINUER à SE DÉGRADER COMME ÇA » (DL)

COMMERCE : L'HÉCATOMBE CONTINUE
P.LÉVY Président de l'UNIVERSITÉ : "CE TERRITOIRE EST EN DIFFICULTÉS"

« Il faut faire quelque chose. Les choses ne peuvent pas continuer à se dégrader comme ça sans que personne ne fasse rien » lance une mère de famille dont le fils a été menacé à l’arrêt de tram de MC2 et contraint de se rendre à l’Arlequin sous la menace. Son fils est traumatisé par cette agression, l’indifférence des autres passagers : en quelques secondes son monde a basculé et il est passé de l’autre côté de la barrière. Il aurait pu y rester définitivement.

Comme beaucoup de Grenoblois sa mère a  attendu d’être concernée dans sa chair pour découvrir l’ampleur du désastre. Bien entendu son analyse ne va pas bien plus loin que « d’écrire au Maire et au Préfet »  (!) qui seraient donc censés ignorer la situation.

« UN SENTIMENT D’INSÉCURITÉ JUSTIFIÉ ? » 

Le DL du 31 janvier sous la signature de Fabrice Margaillan, Vanessa Laime, Vincent Prod’homme consacre un dossier titré « un sentiment d’insécurité justifié ? »  Déjà le « sentiment » rappelle des souvenirs : Lionel Jospin avait nié l’insécurité en parlant du sentiment. Michel Destot et Jérôme Safar moquaient les grenoblois,  jouaient eux aux fanfarons :  » la lutte contre le sentiment d’insécurité finit par être plus importante que la lutte contre l’insécurité elle même » déclarait le premier dans le DL (26/10/2012).

EN 2015 DÉJÀ LA DÉLINQUANCE de 63 % SUPÉRIEURE AUX AUTRES VILLES

Trois ans après, en 2015,  « son » Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve (PS) révélait que la délinquance à Grenoble était de 63 % supérieure à la moyenne des grandes villes. Soit 8000 actes de délinquance par an de plus que les autres. De quoi pavoiser.

Comme le Procureur de la République, Jean-Yves Coquillat  indique dans ce même dossier que -notamment- les vols avec violence ont encore augmenté de 21 % entre 2017 et 2018 et les vols à la tire de 48 %, on imagine que les chiffres comparatifs entre  Grenoble et les  autres villes ne se sont pas améliorés depuis 2015,  l’arrivée de E.Piolle et son équipe de bras cassés.

LE COMPARATIF avec les AUTRES VILLES et L’ÉVOLUTION GLOBALE

Ce comparatif avec les autres villes et cette évolution globale sont des éléments clefs qui manquent à ce dossier mais qui ne sont peut être pas communiqués aux journalistes.

De ce fait la mère de famille ne peut pas établir  le lien entre la politique municipale et cette délinquance prégnante, étouffante, dangereuse. Les choix urbanistiques effectués depuis que le nouveau plan local de l’habitat a été voté en 2005 par une coalition d’élus PS/PC et Verts/Ades font beaucoup de dégâts : la bétonisation intensive de la ville est le moteur de cette explosion.

LE CARBURANT de la DÉLINQUANCE EST FOURNI PAR LA MUNICIPALITÉ

La politique de HLM et d’attributions de logements constitutifs de ghettos en est le carburant. Le clientélisme, la connivence avec le communautarisme, l’absence de toute sanction à l’égard des familles qui commettent les délits alors qu’elles bénéficient de logements ou d’aide publique, la victimisation permanente des délinquants en leur fournissant l’excuse de l’origine -voire- de se sentir agressées dans leur religion… tout est fait pour créer cette situation explosive

S.ROCHÉ (UNIVERSITAIRE) JUGE  URGENT « de FIXER LA DOCTRINE de la POLICE » (!)

Mais il se trouve toujours un universitaire de service – en l’occurrence Sébastian Roché pour prétendre voir de haut et à propos de la délinquance… pointer la police :  « L’important est de rétablir la confiance entre la police et la population. Aujourd’hui, ce niveau de confiance est faible, voire médiocre,(…)  il appartient aux autorités politiques de fixer la doctrine de police. » (DL du 31/1/18) 

On imagine bien que pour répondre au niveau de délinquance à Grenoble il faut « fixer la doctrine de la police ».

VILLENEUVE : 9 EME QUARTIER de FRANCE POUR LES DIFFICULTÉS et la PAUVRETÉ

La mère de famille ne décrit pas les agresseurs de son fils.Rien n’est dit sur leur typologie. Toujours ce politiquement correct, l’idée de ne « stigmatiser » personne. Sauf qu’ils ont conduit son enfant « à l’Arlequin » cette Villeneuve, quartier phare de l’idéologie urbanistique des élus PS et Verts/Ades qui devait engendrer le nouvel homme…devenu le  9 ème quartier de France pour les difficultés et la pauvreté après 22 ans de gestion par la gauche et les Verts et une prégnance des Rouge/Verts qui trustent les associations et collectifs divers.

LES « MINEURS » : UN QUART de la DÉLINQUANCE

Jean-Yves Coquillat cite aussi le fait que la délinquance est due près d’un quart aux « mineurs » étrangers pour la plupart. Personne ne fait le lien entre les appels répétés aux migrants d’Eric Piolle et de sa municipalité. On se souvient du ridicule et pitoyable « appel du Montgenèvre » d’Eric Piolle qui a suscité beaucoup de gêne dans nombre de secteurs de l’opinion.

Chacun sait bien que nombre de « mineurs » qui sont logés dans des hôtels et commettent leurs actes de délinquance à partir de cet hébergement ne sont pas des mineurs. Cela n’empêche pas la municipalité de continuer ses appels d’air à tous les migrants alors qu’elle sait bien ne pas pouvoir les accueillir tous et les dangers que leur nombre excessif représente.

LES POLITIQUES LOCAUX EXONÉRÉS de TOUTE RESPONSABILITÉ

La question qui se pose à travers ces « dossiers » est de savoir à partir de quand il sera possible de débattre des choix ? Les faits  sont présentés   factuellement et couverts par une « autorité universitaire » qui les noient.   Les politiques locaux se trouvent de facto exonérés de toute responsabilité.

M.DESTOT a DÉGRADÉ par PARESSE, E.PIOLLE PAR DOGMATISME 

Or à Grenoble nous avons la chance d’une certaine manière qu’Eric Piolle -par dogmatisme- assume ce cumul de mesures qui créent les difficultés. Jusque là, Michel Destot poursuivait  la même voie, mais,  hypocritement, sans du tout la théoriser car en réalité, par paresse, il appliquait une politique qui n’était pas la sienne propre.

Mais le résultat étant là, sous nos yeux interloqués, ne serait il pas utile d’entendre Alain Carignon et les collectifs de citoyens qui portent une réelle alternative du point de vue de l’urbanisme, des quartiers, de la répression, du peuplement ? Il serait temps en effet. Il y a même urgence si on ne veut pas  répéter encore pendant des années les chiffres en augmentation de la délinquance et voir le nombre de victimes exploser.

VIGNY-MUSSET : la DETRESSE DANS UN NOUVEAU QUARTIER 

NB Ces jours derniers une handicapée habitant quartier Vigny-Musset est une nouvelle victime de cette bétonisation et des attributions irresponsables de logements révèle France 3. Elle habite au 4 ème étage d’un immeuble dont  l’ascenseur est évidemment toujours en panne. Elle ne peut rien se faire livrer puisqu’on refuse de venir dans sa « zone ». Vigny-Musset est un quartier très récent , dans le prolongement de Villeneuve. Cela n’empêche pas Eric Piolle de discourir sur son « attention aux plus faibles ». La meilleure des attentions ne serait-ce pas de stopper cet urbanisme fou?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *