E.PIOLLE TRANSFORME ses VOEUX 2018 EN CAMPAGNE ÉLECTORALE

VILLENEUVE à E.PIOLLE: " ON VIENT PRENDRE NOS DOUCHES CHEZ VOUS?"
Alain CARIGNON et 2018 : "J'ESPÉRE LE MEILLEUR pour GRENOBLE"

Panique à bord. Eric Piolle est parti la reconquête de l’électorat perdu. L’argent du contribuable ne fait pas défaut. Cette année il organise 6 cérémonies de voeux dans les 6 secteurs de la ville auxquelles tous les grenoblois sont invités ! Dans l’idéal pour lui il pourrait rincer 165 000 Grenoblois…

L’année dernière en pleine tempête sur les bibliothèques il s’était réfugié dans l’ancien Musée de Peinture de la place de Verdun, protégé par des gardes du corps et avait prononcé son allocution perché sur les hautes coursives de la grade salle afin de n’être atteint pas personne ! La cérémonie avait rassemblé la poignée de thuriféraires et quelques obligés.

EN 2017 E.PIOLLE S’ÉTAIT PERCHÉ SUR LA GALERIE de l’ANCIEN MUSÉE 

En 2018 avec force affiches Eric Piolle annonce que ses voeux dont il est bien précisé qu’ils se déroulent avec  « buffet offert » (!) se tiendront salle Rouge à Bouchayer, salle festive MDH au centre ville, salle polyvalente du Lys Rouge, à la Maison des Initiatives, à la salle MDH de l’Abbaye et à la salle polyvalente des Baladins pour Villeneuve. Bref Eric Piolle régale et veut se rapprocher des Grenoblois.

Il n’a échappé à personne que ces dernières semaines entre deux polémiques avec son invitation à Edwy Plenel ou son exposition anti-police de la place de Verdun, il était présent à la moindre inauguration de pissotière.

IL S’AGIT de BIAISER  AVEC LES COMPTES de CAMPAGNE 

S’il n’a pas voulu établir de bilan de mi-mandat sur ses 120 engagements, il est bel est bien entré en campagne électorale. Ces 6 cérémonies organisées en 2018 lui permettront de faire de même en janvier 2020, à deux mois des élections municipales : régaler les grenoblois et leur vendre sa camelote à leurs frais, sans que ces coûts n’entrent dans les comptes de campagne, voilà une belle aubaine.

A LA VEILLE des MUNICIPALES IL Y AURA 6 CÉRÉMONIES de VOEUX…

S’il avait continué avec la cérémonie unique, il n’aurait pas pu en changer en 2020 à la veille des municipales, la commission officielle des comptes de campagne n’acceptant la dernière année du mandat, dans les dépenses de communication des mairies, seulement celles qui se répètent d’une année sur l’autre. Une grosse tricherie Piollesque supplémentaire est donc mise en oeuvre, avec une seule victime : le contribuable grenoblois.

Mais ce virage en dit long sur l’état d’esprit réel de la coalition Rouge/Verts : contrairement au discours répété aux médias par  Eric Piolle selon lequel «  l’immense majorité des messages c’est on vous soutient » (!) , la réalité de la situation n’échappe pas au petit clan qui gouverne Grenoble ; la quinzaine d’élus Verts/Ades dénoncés par Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot, anciens membres de la majorité,  est bien consciente de son isolement croissant.  Il faut inscrire le limogeage d’Erwan Lecoeur, le gourou de la campagne municipale, de son poste de directeur de l’information dans ce contexte de panique.

UNE RUPTURE ENTRE les GRENOBLOIS ET LEUR MUNICIPALITÉ

Le dogmatisme municipal mis en oeuvre avec un sectarisme qui choque, une absence totale d’empathie avec les problèmes que posent leur politique, la suffisance des élus, les tromperies répétées et les montages de fausses consultations, tout a contribué à la rupture entre les grenoblois et leur municipalité.

SA COM’ SUR LA PROXIMITÉ EST VOUÉE à L’ÉCHEC 

Malheureusement pour Eric Piolle sa communication qui a pour objet de redorer son image de « proximité », perdue par ses décisions  anxiogènes et son éloignement du terrain, est vouée à l’échec. Les affiches indiquant qu’Eric Piolle offre ses voeux à chaque secteur de la ville ne suffisent pas. Il faudrait prendre en compte chaque fois les désidératas de la population. Les maux  sont connus et ont été répétés tout au long de 2017 : malpropreté, insécurité, impôts, services réduits, décisions unilatérales, bétonisation des quartiers, absence de toute co-construction et même d’une simple honnête concertation...

IL CONTINUE de TRICHER AVEC DES LEURRES SUR LA PARTICIPATION CITOYENNE 

Or sur aucun de ces sujets Eric Piolle n’entend modifier sa politique. En continuant à tricher avec le maintien des leurres de la participation citoyenne il fournit  la meilleure preuve qu’il veut imposer à tout prix ses dogmes.

L’opération électorale des cérémonies de voeux multiples devrait donc aboutir à l’effet opposé à celui qui est recherché : les grenoblois vont vérifier que, secteur pas secteur, Eric Piolle ne veut pas les entendre et poursuit ce qu’il a engagé. Mais avec un verre et des petits fours ils auront au moins récupéré un peu de leurs impôts, les plus élevés  des villes de plus de 100 000 habitants…

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *