SAMEDI 16h : RUÉE au CENTRE VILLE

A.CARIGNON sur J.D'ORMESSON: " UNE TRACE dans les COEURS"
CHAMPIONNET : UNE "CONDUITE de GRENOBLE" pour E.PIOLLE

 

Personne. Ni vélos, ni rien. Autoroute à vélos est d’ailleurs banni du langage, tout ça c’était pour la ville apaisée ! C’est réussi : un cimetière, version goudronné. Le croque morts loge tous frais payés à la mairie. Tout va bien, silence, ne plus faire de vagues, il se dit que c’est du Grenoble bashing, qu’il y a des affaires, qu’il faudrait continuer comme si de rien n’était.

UN CIMETIÈRE, MAIS POUR QUOI FAIRE ?

samedi 7 octobre 15h30 boulevard Agutte Sembat

Personne en semaine à l’heure du pic des déplacements pour aller travailler.

Personne non plus le samedi à 16h pour les achats, ce premier samedi de décembre comme il y a deux mois et c’est la même punition rue Montorge.

Alors on se pose la question : ce cimetière c’est pour quoi faire ? Pour augmenter la pollution autour de l’île centre-ville ? Ou pour faire partir les commerces dans les galeries marchandes à Grand Place ?

On a beau interroger et interroger encore, personne ne trouve de réponse. La pensée du croque morts de la mairie est hermétiquement fermée au commun des mortels, car LUI seul sait. Si IL sait.

PIOLLE NE RÉPOND PLUS

La demande de laisser une voie sur Agutte Sembat n’est pas nouvelle. C’est très officiellement qu’elle a récemment été répétée par le collectif Grenoble à Cœur. Et elle a encore été faite à la réunion du quartier Championnet, qui n’en peut plus d’avoir aussi été sacrifié (DL, 1/12/17).

Piolle ne sait même plus répondre à ces demandes des citoyens, pourtant modestes et de simple bon sens. Emmuré en lui-même, il répète en boucle: ville apaisée, ville apaisée, ville apaisée. Même la presse nationale de gauche s’est très ouvertement mise à s’en gausser (Nouvel Obs’, 30/11/17), un signe qui ne trompe pas.

LE SUICIDE POUR TOUS

Pas un seul grenoblois n’a demandé un cimetière au centre ville, mais E. Piolle persiste dans son obstination suicidaire et crée le vide autour de lui. Pourtant, à moins de mise sous tutelle, Grenoble a comme toute ville besoin d’un maire.

Et le premier rôle d’un maire n’est-il pas d’être connecté à sa ville ? Eric Piolle n’a pas reçu mandat des électeurs pour les conduire au suicide pour tous. L’échec de l’autoroute à vélos est patent, tout le monde le sait, tout le monde le voit, tout le monde le dit.

IL N’EST PAS TROP TARD POUR RÉAGIR 

Les déplacements ont besoin de voies protégées pour le développement des vélos, de piétons en sécurité sur les trottoirs, de transports en communs efficaces et de la possibilité d’utiliser une voiture, dans des conditions qui ne peuvent pas ressembler au passé du « tout voiture », qui n’a pas attendu E.Piolle pour disparaitre.

L’impardonnable dans toute erreur, aussi énorme soit elle, n’est pas l’erreur elle même, c’est de ne pas la corriger. Ville apaisée, ville apaisée, ville apaisée, cette grotesque diversion langagière ne transformera pas le fiasco en succès. Il n’est pas trop tard pour réagir, ni du côté de la municipalité, ni du côté des grenoblois.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

4 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *