Guy TUSCHER (Ex Piolle) LÈVE LE VOILE SUR LE CLAN AVRILLIER/COMPARAT (Verts/Ades)

FOCH/AIGLE/LIBÉRATION : AVEC E.MARTIN (Verts/PG) la DÉLINQUANCE EST PROTÉGÉE
ABBAYE-CHÂTELET : E.PIOLLE POURSUIT LE BÉTONNAGE

C’est une petite bombinette qu’a livré au passage Guy Tuscher, le membre de la liste Piolle qui a quitté la majorité. L’une de ces informations soigneusement camouflée sous le tapis qui relève du secret d’Etat à l’échelle de la municipalité Grenobloise.

Une révélation qui confirme un peu plus que le scrutin qui a permis à la liste actuelle de (mal) l’emporter a été insincère. Son résultat repose de bout en bout sur une triche organisée, montée de toute pièce afin de cacher la vérité aux grenoblois.

Le « RÉSEAU CITOYEN » N’AVAIT PAS D’EXISTENCE RÉÉLLE 

Rappelons nous le montage du « Réseau Citoyen » laissant croire que, spontanément, depuis la société civile des grenoblois s’organisaient pour fonder une alternance municipale. Ceux-ci n’avaient aucune existence propre puisqu’en pleine campagne il a même été révélé lors d’un incident que les mails adressés à ce « réseau » étaient répercutés automatiquement sur l’Ades, le groupuscule  de Raymond Avrillier et Vincent Comparat.

UN CLAN VOULAIT S’EMPARER des POSTES CLEFS de la VILLE et de L’AGGLOMÉRATION

Il s’agissait d’une opération marketing pour camoufler ce groupuscule familial   et surtout cacher que ce  clan allait s’emparer de tous les postes clefs de la ville et de l’agglomération. Un clan organisé de longue date, auteur de multiples coups depuis des décennies, aux méthodes de type trotskiste, groupusculaires. Une « culture » à la Edwy Plenel, justiciers d’apparence qui ont pour seules cibles les membres du camp adverse.

UNE CAMPAGNE D’ABONNEMENT MEDIAPART FINANCÉE par les CONTRIBUABLES GRENOBLOIS

On retrouvera d’ailleurs Edwy Plenel aux côtés de Raymond Avrillier une fois la municipalité installée lors de la scandaleuse journée contre l’état d’urgence organisée au Palais des Sports mis à disposition gratuitement à Mediapart, qui a même mené  une campagne d’abonnement ce jour là  aux frais du contribuable grenoblois. L’indécence était telle que le père de Matthieu, de Jarrie,  lâchement assassiné au Bataclan avait  témoigné de son indignation.

UN SEUL GROUPE POUR NOYER LES APPARTENANCES RÉÉLLES …

Mais jusque là Eric Piolle avait réussi à cacher qui était quoi au sein du Conseil Municipal. En effet les membres des partis ont été sommés de ne former qu’un seul groupe afin que les appartenances réelles ne puissent être répérées par personne. Un groupe nommé « Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes ».

… MAIS PRÉSIDÉ PAR L.COMPARAT (Verts/Ades) la FILLE DE V.COMPARAT 

Présidé tout de même -c’est encore un signe- d’une main de fer par Laurence Comparat (Verts/Ades) directrice du site de l’association et fille de Vincent Comparat,  le Président de l’Ades. On ne sortait pas de la famille. Il lui a été adjoint un co-président fantoche, d’abord le pâle Klauss Habfsat, éliminé ensuite et remplacé par Alan Confesson qui appartient au Parti de Gauche mais très jeunot, qui ne maitrise pas toutes les techniques mises en oeuvre et le jeu des billards à trois bandes  et a donc un estomac assez solide pour avaler des couleuvres en nombre et passer à coté des sujets.

G.TUSCHER CLAQUE LA PORTE QUAND LES PROMESSES SONT TRAHIES…

Guy Tuscher, naïf, a claqué la porte pour être fidèle à ses promesses de campagne –les fameux 120  engagements- n’ayant visiblement pas été dans le coup de tout et ignorant que ces « engagements » avaient été élaborés depuis la Région par Erwan Lecoeur qui travaillait alors pour Eric Piolle président du groupe Verts dans une optique de répondre aux attentes des consommateurs en couvrant  toutes les niches de demandes. Du « pur » marketing.  Mais leur réalisation n’a jamais été à l’ordre du jour.

… Mais E.PIOLLE NE LES AVAIENT PAS TOUTES LUES

A voir avec quelles facilités certaines ont été piétinées on peut même envisager qu’Eric Piolle ne les ait pas toutes lues. Pour le clan Avrillier/Comparat il s’agissait d’arriver enfin au pouvoir et de bénéficier d’une vitrine légale pour y parvenir. Avec Eric Piolle, cynique et dogmatique, la conjonction d’intérêt est évidente.

DEPUIS 1995 LE CLAN VERTS/ADES EXERCE PARTIELLEMENT LE POUVOIR

Car depuis 1995 le clan exerce le pouvoir  partiellement comme allié. Entre 1995 et 2008 Raymond Avrillier a été Adjoint au Maire chargé du logement dans une période très forte de guettoïsation de la ville, Vice Président de la Métro,  Claire Kirkiyacharian qui était alors sa compagne, Vincent Fristot, Maryvonne Boileau, Marina Girod de l’Ain, Christine Garnier… exerçaient  des responsabilités importantes dans les municipalités Destot/Safar (PS). Egalement Pierre Kermen, membre du clan aussi (adjoint à l’urbanisme, candidat tête de liste en 2001) pour lequel a été négociée en amont la direction générale des SEM Innovia et Sages en cas d’élection. Un accord qui sera appliqué sans faillir par Eric Piolle licenciant sans état d’âme la seule femme directrice générale de SEM, Véronique Dioré dont la compétence était reconnue, pour y placer Kermen, frais retraité de l’université.

Car leur pouvoir est d’abord un pouvoir de nuire, de détruire, de se placer, de disqualifier l’adversaire, jamais de construire.

Guy TUSCHER DÉCLENCHE UN FORT BRUIT DE CASSEROLLES

C’est lors du Conseil Municipal du 25 septembre dernier que Guy Tuscher a lâché le morceau. Il faut entendre le bruit de casseroles que dégage son intervention quand il fait allusion justement -sans le nommer- à Pierre Kermen et à l’accord que vient de donner la municipalité à Bouygues Construction pour construire un immeuble subventionné à 1000 € par M2,  drivé par les SEM de Kermen !

LE CLAN de AVRILLIER/COMPARAT COMPTE 15 MEMBRES de la MAJORITÉ…

Au moment de rappeler que les mêmes élus Verts/Ades s’étaient opposés à cet accord avec Bouygues Construction sous la municipalité Destot, Guy Tuscher cite  « l’’ADES qui compte 15 membres de la majorité ».

Les puristes peuvent entendre les quelques minutes de l’intervention de Guy Tuscher,  à la 19 ème minute,  surtout pour constater la folle nervosité d’Eric Piolle qui tente d’interrompre et de  couvrir ses paroles afin qu’il ne soit pas entendu. Il faut en effet forcer l’oreille pour retenir ce chiffre non démenti qui met à bas toute les thèses municipales :

… QUI OCCUPENT TOUS LES POSTES CLEFS de GRENOBLE et de la MÉTRO

Car si  la majorité municipale de 36 membres comprend 15 membres du clan Avrillier/Comparat, que reste t il pour « les citoyens » une fois enlevés les membres des partis Verts, PG, Nouvelle Donne,, alternatifs ? Aucune.

Un bloc d’élus Verts/Ades qui prend  toutes les décisions d’autant que R.avrillier et V.Comparat non élus participent dans le plus grand secret aux réunions de municipalité comme l’a révélé le premier à Ouest France. Tous affectés à  des postes clefs rappelons-le. Fidèle à ses méthodes d’entrisme, le clan qui connaissait  le fonctionnement de la municipalité s’est organisé pour obtenir tous ces postes  qui permettent de tout tenir en une seule main : Finances (H.Sabri)  Logement à Grenoble et à la Métro (C.Garnier) Administration générale, personnel, relations avec les citoyens de l’agglomération (C.Kirkyacharian) Déplacements et SMTC (Yann Mongaburu) Urbanisme et GEG (Vincent Fristot),  propagande, accès aux données, fichiers ( Laurence Comparat) Culture ( C.Bernard)  animation ( O.Bertrand )  l’important opérateur Grenoble-Habitat ( Maryvonne Boileau) pour ne citer que les principaux. Une concentration familiale et clanique des pouvoirs inégalée jusque là.

LES DINDONS de la FARCE SE COLTINENT LA COLÈRE des GRENOBLOIS 

Les dindons de la farce sont ceux qui se coltinent la colère des grenoblois sans moyen d’intervention réel sur la vie municipale, car sans leviers : Elisa Martin, Antoine Back, Alan Confesson  et quelques autres qui doivent assumer toutes les décisions contradictoires prises par un cénacle et répéter bêtement les éléments de langage élaborés par E.Lecoeur. Qui doivent baisser la tête face aux attaques d’Eric Piolle contre Jen-Luc Mélenchon qui n’avait pas ménagé sa peine aux municipales.

Guy TUSCHER FAIT OEUVRE de SALUBRITÉ PUBLIQUE 

En révélant la réalité, en désignant un clan,  Guy Tuscher fait oeuvre de salubrité publique. Dommage que « l’opposition » au conseil municipal  ne l’ait jamais fait, ne se soit pas saisie de ce fait pour questionner Eric Piolle. Elle aurait rempli son rôle en éclairant les grenoblois sur la marchandise faisandée qui leur a été vendue aux élections municipales. Mais elle était demeurée silencieuse quand Eric Piolle avait fait financer par le conseil municipal les frais d’avocat de Raymond Avrillier pour attaquer la vraie opposition, celle qui gêne vraiment.

La MUNICIPALITE SE DÉLITE PAR TOUS LES BOUTS

Quoi qu’il en soit la municipalité se délite par tous les bouts. Même à l’échelle de l’agglomération Christophe Ferrari (PS) ose se révolter sur la forme. Du jamais vu. Plus elle s’enfonce dans les dénis en tous genres, plus elle accentue sa com’ désordonnée et indécente, plus elle pédale dans la choucroute. Plus elle travestit son visage et dissimule son âme, plus elle triche sur ce qui la constitue et la dirige, moins elle est crédible et cohérente aux yeux des grenoblois.

UNE MÉCHE ALLUMÉE QUI CONTINUERA à PRODUIRE des DÉFLAGRATIONS MULTIPLES 

Leur regard lucide et implacable, leur connaissance des rouages internes  de Guy Tuscher et de Bernadette Richard-Finot qui ont été membres de sa liste, élus de sa majorité est certainement la grenade dégoupillée la plus meurtrière qui pouvait mettre à mal Eric Piolle.

D’autant que ce n’est pas seulement une grenade, mais aussi une mèche allumée qui continuera  à produire des déflagrations multiples jusqu’à la fin du mandat. Plus le clan au pouvoir va être à découvert, plus Eric Piolle va souffrir.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *