CONTRÔLE au FACIÈS : la MASCARADE des CONSEIL CITOYENS « INDÉPENDANTS »

ESPLANADE : ATTENTION CECI EST UNE PUBLICITÉ de PIOLLE
Place Gre'Net: "VIOLENCES: Alain CARIGNON EXHORTE le MAIRE de GRENOBLE à AGIR "

En juillet le problème le plus urgent qui était soulevé par l’immense majorité des grenoblois devant le conseil municipal était…  la légalisation du cannabis.
En septembre les grenoblois sont tout à coup mobilisés comme chacun l’a ressenti sur …la question du «contrôle au faciès ». Les Conseils citoyens « indépendants » ont décidé d’en faire la question de la rentrée. Toute affaire cessante ils bénéficient de l’ancien Musée de Peinture, de débats et évidemment d’un… buffet offert. Les initiatives vont se multiplier jusqu’à que la question soit aussi posée au conseil municipal,

Les Conseils Citoyens «Indépendants » tournent à fond et ont le droit chaque mois à une question et un débat bd Jean Pain dans l’enceinte municipale. La galerie est ainsi occupée sur fonds publics et sujet par sujet par les thèmes de la minorité qui gère Grenoble.

UN MEMBRE du COMITÉ de SOUTIEN de PIOLLE « CITOYEN INDÉPENDANT » 

Précédemment le Conseil Municipal avait été le théâtre d’une autre pantalonnade quand un citoyen «indépendant », Guillaume Laget, membre du comité de soutien de Piolle était venu plaider courageusement et d’une façon si surprenante afin que l’Orangerie devienne… un atelier de réparation des vélos.

Cette caricature choque  au fur et à mesure que ces opérations se réduisent sur des thèmes de plus en plus marginaux ou d’extrême gauche. Elle est ressentie comme une provocation au moment ou tant de problèmes non résolus s’accumulent devant les grenoblois et ou la ville explose.

UNE CULTURE GROUPUSCULAIRE et MANIPULATRICE 

Ce mime de la démocratie participative devenu squelette repoussant est une injure aux grenoblois considérés comme des citoyens mineurs, de seconde zone censés avaler  le spectacle sans le comprendre. On retrouve ici encore la culture groupusculaire et manipulatrice qui est la matrice de la municipalité Piolle. Elle se considère comme une avant garde éclairée à laquelle tous les coups sont permis, tous les moyens sont bons y compris les plus tordus pour arriver à ses fins. Tromper le peuple quand c’est pour son Bien qu’elle incarne seule.

DES CONSEILS « INDÉPENDANTS » INFÉODÉS à la MUNICIPALITÉ

Les Conseils Citoyens « Indépendants » créés à grands coups de com’ et à grands frais afin de remplacer toutes les instances et collectifs représentatifs dont les Unions de Quartiers ne regroupent q’une poignée de soutiens à la municipalité totalement inféodés à sa culture de la ville. Probablement moins de 40 personnes au total dans toute la ville !

LES PÉTITIONS SUR LES PROBLÈMES BRÛLANTS SONT REFUSÉES 

C’est ce groupuscule, en accord avec la majorité municipale, qui, chaque mois dispose  d’une « question » au Conseil municipal. Elle  s’inscrit dans  la com’ et avec les éléments de langage de la municipalité  tels que le communicant Erwan Lecoeur, Directeur de Gre’Mag,  les détermine.

Pendant ce temps tous les sujets urgents et importants, les demandes de pétition sont retardées dans le cadre d’une bureaucratie tatillonne, finalement refusés quand ils fâchent – comme la notre  proposant des mesures contre la délinquance- et tous les sujets chauds de la ville sont évacués du Conseil Municipal.

La municipalité a tenté à plusieurs reprises d’étendre ses faux citoyens dans les quartiers.

A L’ESPLANADE LE FAUX CITOYEN EST RENTRE CHEZ LUI 

A l’esplanade on a vu surgir un membre du comité de soutien Modan Benyoub qui  a affirmé au DL être représentatif d’un collectif pour dialoguer positivement avec la municipalité parce que toutes les instances représentatives  (Union de Quartier, Union des commerçants …) ont dénoncé la mascarade de la co-construction qui aura été un sommet sur ce site. Il a disparu et il ne reste plus que le cabinet parisien HDZ, grassement rémunéré, qui mouline du vide, une maison du projet , friche supplémentaire dans la ville et des excès de com’ tel que Gre’Mag capable de présenter le projet de l’esplanade sans jamais citer les 1000 logements à construire.

A FLAUBERT LE FAUX CITOYEN a DU SE RETIRER 

Dans le projet de bétonnage du site de  Flaubert elle avait désigné … Christian Bailly co-président du Réseau Citoyen l’une des 5 composantes de la majorité municipale pour être le « garant » de la concertation ! Entre le faux « réseau citoyen » et le faux garant indépendant de la municipalité, elle cumulait le faux. Devant le tollé Christian Bailly a du se retirer.

A L’ALLIANCE LES BIBLIOTHÉCAIRES ONT DÉNONCÉ les FAUX CITOYENS

A L’Alliance les bibliothécaires ont dénoncé les « faux citoyens » qui avaient été amenés à une réunion afin de faire valider le projet de la municipalité dont les professionnels et les usagers de voulaient pas. E.Piolle et ses amis du clan Verts/Ades habitués des méthodes groupusculaires avaient rameuté jusque dans les autres communes !

Bien entendu toutes ces opérations ont fait plouf car ces drôles de «citoyens » se sont retrouvés isolés des grenoblois, seuls et abandonnés, jouant le rôle peu reluisant de collaborateur d’un pouvoir contesté.

DANS LES CONSEILS CITOYENS les ENVOYÉS de Raymond AVRILLIER (Verts/Ades) 

Au sein des Conseils Citoyens la municipalité Piolle avait même fait nommer  Sébastien Esnault, qui expliquait au DL qu’il découvrait la politique. Une autre naïve Hélène Sousbie qui affirmait : « Je ne suis pas politisée. Mais cela fait longtemps que j’avais envie de partici­per à la vie de mon quartier. Il est im­portant que les habitants donnent leur regard sur ce qui se passe »  (DL 18/12/14) un troisième qui répondait spontanément à l’appel de l’engagement. On retrouvait le premier dans un reportage TV bien serré entre Raymond Avrillier et Vincent Comparat les piliers de la municipalité et de tous les coups tordus. La deuxième  qui affirmait sa flamme aux Verts sur sa page Facebook. Le troisième, lui est le compagnon d’une candidate de la liste Piolle…. Ainsi ont été formés les conseils consultatifs « indépendants ».

LE SYSTÉME FERME INTERDIT AUX QUESTIONS FONDAMENTALES D’ÊTRE POSÉES

Avec son système fermé qui a interdit depuis 3 ans à des questions aussi fondamentales que  l’attractivité de la ville, son développement économique, les déplacements, la délinquance, la propreté, l’embellissement ou le poids de la fiscalité dans la première des villes de plus de 100 000 habitants pour l’impôt sur les ménages … la municipalité Piolle croyait avoir évacué les problèmes.

LE BUNKER PROTÉGÉ par les CRS : UN THEÂTRE D’OMBRES

Mais si le Maire et le Conseil Municipal se sont mis à l’abri dans leur bunker protégé par les CRS et poursuivent leur théâtre d’ombre, c’est dans la rue, comme dirait leur ami JL Mélenchon, qu’ils surgissent : tirs de kalachnikov au centre ville à une heure de forte affluence, commerces qui baissent les rideaux un à un, ville dégradée, quartiers aux mains d’une mafia, attractivité en berne, déplacements difficiles, pollution qui augmente….

UNE MASCARADE INDIGNE des GRENOBLOIS 

Eric Piolle devrait donc stopper sa mascarade indigne d’une grande ville et de la démocratie participative à laquelle les grenoblois sont attachés et accepter qu’ils soient posés et débattus devant le Conseil Municipal. Affronter la contradiction  serait la meilleure preuve de la sincérité de ses convictions. Pourquoi la craindre quand on est convaincu de leur justesse?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *