MONNAIE LOCALE : LE REPLI SUR SOI des MANGEURS de QUINOA

Cette monnaie ce n’est pas que pour les mangeurs de quinoa” (1) a essayé de convaincre Pascal Clouaire Adjoint (Verts/Ades) de Grenoble au moment ou été votée la subvention à l’association qui va mettre en place une monnaie locale (DL 2/7/17). 35 000 € /annuel de la Métro pour commencer !  Grenoble doit subventionner aussi.

La ville n’a pas mieux à faire, rien de plus urgent. La toiture de Claude Bernard par exemple l’école qu’Eric Piolle veut fermer parce qu’il n’a pas les moyens ?

A la Métro d’ailleurs, Jean-Damien Mermillod-Blondin et le groupe d’opposition ont refusé de voter la subvention.

LA MONNAIE LOCALE NE DÉPASSE JAMAIS UNE POIGNÉE d’UTILISATEURS

Partout ou la monnaie locale été mise en place, elle n’a jamais dépassé une poignée d’utilisateurs. L’idée consiste à garder l’argent chez soi, à faire qu’il ne circule pas chez les autres. Une vision égoïste et “petit bourgeois” de la société et un mépris crasse pour le développement des autres.

L’AFRIQUE A BESOIN de la CIRCULATION de L’ARGENT

L’Afrique a besoin d’argent pour son développement et pour faire face à son explosion démographique. Elle a besoin de banques qui prêtent et investissent. Le crédit y est déjà plus cher  parce que le risque est plus élevé.

A Dakar La Société Générale par exemple a créé Manko, une banque à Mobylette qui se déplace pour accorder du crédit. Aujourd’hui, grâce au Lab, les Sénégalais peuvent  ouvrir un compte chez Manko, obtenir un crédit avec une tablette numérique sans être obligés de se déplacer dans une agence.

LES DÉPOTS BANCAIRES GARANTISSENT AUSSI  des INVESTISSEMENTS AILLEURS

Alexandre Maymat, chargé de la région Afrique à la Société générale, explique que le continent deviendra l’un des « poumons de croissance ». Et il en a un impérieux besoin pour faire face à ces centaines de millions de nouveaux habitants. En 2014 la seule Société Générale qui n’est évidemment pas l’Abbé Pierre, y a tout de même investi 4 Milliards d’€. (Le Monde 24/2/17)

LES PEUPLES EN DÉVELOPPEMENT ONT BESOIN de NOTRE ARGENT

Malgré les inégalités criantes – ou à cause – le continent  a besoin de notre argent. Que celui-ci circule. Qu’il soit disponible. Pas seulement l’Afrique, tous les peuples qui ont besoin du développement pour sortir de la misère.

En décidant de favoriser la création d’une monnaie locale, Eric Piolle réduit -même modestement-  cette circulation et cette disponibilité. Il favorise un réflexe égoïste, de nantis qui veulent rester entre soi, entre favorisés. Vivre en autarcie.

UNE CRÉATION du PHARE de l’ÉCONOMIE : Benoit HAMO

En effet la monnaie locale veut “favoriser le développe­ment local des entreprises et la promotion des circuits courts. Le principe, c’est que ce moyen d’échange ne puisse être utilisé que sur une zone géographique déterminée. En l’occurrence, pour le Cairn, sur l’ensemble du bassin greno­blois”. « a expliqué au DL (19/3/17)  Thomas Bourdier, l’un des promoteurs.
Elle est autorisée par la loi Ha­mon – ce phare de l’économie et du développement que le monde nous envie sans que jamais personne ne suive ses conseils  – sur l’économie solidaire (ESS) du 31 juillet 2014,

TOUS LES COMMERCES SERONT “CITOYENS”

L’Association grenobloise pour la création du Cairn prépare pour l’automne le lancement de ce nouvel argent qui ne sortira pas de chez nous. Bien entendu, au contraire de ce qu’elle est, il s’agit d’une monnaie baptisée “citoyenne”. 180 commerces ont déjà accepté de recevoir cette manne et ils seront nombreux car il n’y a aucune raison de se priver d’une recette supplémentaire et de ne pas bénéficier du label “citoyen” qui ne fait jamais mauvais genre.

L’ASSOCIATION VEUT SUIVRE LE CIRCUIT DES BILLETS! 

« Pour connaître l’impact de la monnaie, nous aimerions équiper le billet d’une sorte de code­barres spécifique. Il suffirait de scanner le billet et nous pourrions suivre son trajet via une plateforme web où serait répertorié l’ensemble des billets », explique également enthousiaste, Thomas Bourdier. Probablement les mêmes qui se plaignent du flicage généralisé  et luttent contre toutes ses formes.

ENCORE UNE “FÊTE” de la TRANSITION

Le 22 septembre à la fête “de la transition” de Mens – on se souvient de la pantalonnade publicitaire de E.Piolle sur ce thème qui a englouti tant d’argent public – la monnaie sera présentée après que l’impression des billets ait été réalisée par un crowdfun­ding.

Nul doute que ses promoteurs soient probablement sincères dans leur désir de favoriser les circuits courts comme l’explique également un autre promoteur,  Matthias Charre.

L’EXTRÊME PAUVRETÉ RECULE GRÂCE à la CIRCULATION de L’ARGENT

Mais à ce stade il faut rappeler que l’extrême pauvreté avait reculé en 2015  à un niveau sans précédent et frappait moins de 10% de la population mondiale  selon un rapport de la Banque mondiale (BM). «Nous pourrions être la première génération dans l’histoire qui pourrait mettre un terme à l’extrême pauvreté», s’était même  félicité Jim Yong Kim, le président de l’institution.

E.PIOLLE L’A BIEN COMPRIS : IL EST ACTIONNAIRE à SINGAPOUR

Selon les projections de la BM  9,6% de la population mondiale, vit sous le seuil de pauvreté, que l’institution a d’ailleurs relevé de 1,25 à 1,90 dollar par jour pour tenir notamment compte de l’inflation. Elle ne peut reculer que grâce à la circulation de l’argent toujours trop mal réparti.

Sans cette circulation c’est la mort assurée. Eric Piolle l’a bien compris qui est actionnaire à Singapour. Il n’existe pas de monnaie locale dans la ville-Etat. Et le Cairn ne sera pas accepté…

(1) Rappelons que  la grande majorité du quinoa consommé dans le monde est cultivé dans l’altiplano, un vaste, froid et stérile plateau andin, situé à plus de 4.000 mètres d’altitude et s’étirant entre le Pérou et la Bolivie. la consommation occidentale a fait monter les prix rendant plus difficile l’accès à ce produit de base des populations locales….

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *