O.NOBLECOURT (PS): UN PAUVRE de MOINS

FRESQUE de L'ESTACADE BERRIAT: à L'AIDE
RUE MONTORGE : le DÉSERT

Après une attente insoutenable et un lobbying forcené de plusieurs années Olivier Noblecourt (PS) a été enfin nommé délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des jeunes et des enfants.  En 2014 déjà , avant les municipales il avait annoncé sa nomination sous Hollande comme délégué interministériel à l’intégration Républicaine  (!). Il aurait été alors éliminé par Manuel Valls.

A  » l’intégration Républicaine » après avoir lui-même éliminé A.Djellal (PS) de la suppléance de Destot, quand ce dernier s’annonçait Ministre….

Mais quand on veut sortir de la pauvreté et créer son emploi, même pas jeune, il faut s’obstiner. Olivier Noblecourt n’a évidemment aucune expérience de terrain de ces questions de pauvreté étant depuis son jeune âge un  politique professionnel ( cabinet de Destot, Adjoint au Maire, cabinet de Najat Vallaud Belkacem…) .

Comme Adjoint au Maire au social à Grenoble ( 2008/2014)  on pourrait lui reconnaitre une certaine compétence, mais pas encourageante pour le poste: Grenoble a créé beaucoup de pauvres pendant la période et Olivier Noblecourt n’a pas publié les statistiques du nombre de ceux qu’il a sorti de la pauvreté. Et pour cause.

l’INSEE avait rendu un rapport terrible sur la paupérisation accélérée de Grenoble et la précarisation de ses habitants comparativement aux communes environnantes au temps d’ Olivier Noblecourt

Car la gauche et les Verts s’occupent beaucoup des pauvres, occupent même des postes pour ça, mais jugent toujours que la situation s’aggrave, si bien qu’on a toujours besoin d’eux en répétant les mêmes mots et les mêmes politiques dont ils reconnaissent aussi l’échec!

Sortir les jeunes et les enfants de la pauvreté c’est intégrer les familles par le travail, leur fournir les clefs de l’assimilation par l’école, les moyens de l’autonomie … C »st aussi bien entendu au préalable maitriser les flux pour déterminer le nombre de ceux que l’on est en capacité d’accueillir dignement. Ce n’est pas créer des postes interministériels sans outils puisque ceux-ci sont essentiellement aux mains des collectivités territoriales, dont les départements,  qui ont compétence sur la protection de l’enfance.

A Grenoble le besoin d’hébergement est criant puisque, en 2017,  1 400 mineurs étrangers – pas tous mineurs- demandent à être logés contre 192 en 2015. La création d’un poste pour Olivier Noblecourt ne va rien résoudre ou peut être alourdir encore la machine administrative déjà complexe.

Olivier Noblecourt va donc utiliser le char de l’Etat,  de colloques en visites , se poser en chantre de la fraternité et va beaucoup parler de la pauvreté. Une occupation enfin à plein temps. Et rémunérée.

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *