ÉLECTIONS : E.PIOLLE ANNONCE DÉCOUVRIR LE SERVICE de PROPRETÉ URBAINE

CHEMIN du MARAIS : LE DERNIER TERRAIN AGRICOLE PEUT DISPARAITRE
FERROVIAIRE : A.CARIGNON VEUT RATTRAPER les RETARDS de GRENOBLE

Ça sent les élections. Eric Piolle aurait sonné la « mobilisation générale » pour la propreté urbaine à la fin de son mandat. Une « grande conférence de presse » avait commenté le DL (28/4/18). Pensez donc.
Eric Piolle aurait découvert les vertus d’une brigade anti-tag supprimée à son arrivée. Rappelons que la municipalité avait décrété qu’aucun tag ne pourrait être effacé sans qu’une commission présidée par la compétente Corinne Bernard ( Verts/Ades) ne juge de la qualité de l’oeuvre. Le moindre « NIK ta mère » ou « la BAK »  méritait analyse de savoir s’il ne s’agissait pas « d’un marqueur de la société«  car « un tag  c’est toujours une ex­pression, un point de vue. Et même le truc qui paraît moche porte un message, dans l’acte même, dans le risque que prend son auteur » déclarait Jérôme Katz .

LA VILLE EST DEVENUE UN CLOAQUE DE SOUILLURES MURALES

Résultat la moindre des façades y compris rénovées à grands frais par les co-propriétaires ont été souillées par des inscriptions infantiles, des insultes et autres insanités. La ville est devenue un cloaque de souillures murales d’une bêtise et d’une laideur crasses, abîmant même la superbe idée du street art.

En fait si on en croit le compte rendu Eric Piolle s’est surtout tenu à son registre habituel : l’incantation et les phrases vides.

ON VA VERBALISER LES FUMEURS MAIS PAS DE CENDRIERS POUR EUX 

Ainsi afin que Grenoble devienne propre il prévoit … « une grosse part de sensibilisation ». On est servi. Avec beaucoup de verbalisation (crottes de chiens, mégots) et une tenue orange pour les agents de la propreté.  Alors que l’opération cendriers à 400 € pièce d’Antoine Back (Verts/PG) a lamentablement échoué et a été abandonnée, rien de sérieux n’est annoncé dans ce domaine tandis que Bordeaux montre l’exemple. On attend aussi avec une attention soutenue les contraventions aux bandes avinées avec chiens sur la voie publique.

RIEN SUR L’OUVERTURE des DÉCHETTERIES, LE RAMASSAGE DES ENCOMBRANTS  

Rien sur les déchetteries ouvertes seulement aux heures de bureaux, rien sur le ramassage des encombrants qui polluent la ville.  Alain Carignon et les collectifs de citoyens ont des propositions très précises pour les ouvrir largement et organiser un ramassage des encombrants à la demande.

Eric Piolle n’a pas osé vanter lors de cette conférence de presse la journée annuelle de « la belle saison » qui appelait les grenoblois à prendre leur balai. Un fiasco complet. Entre autres l’UQ centre ville avait fait sa voir qu’elle  « ne souhaite plus participer « à cette journée : « d’autres UQ sont réticentes, constat de l’inefficacité et même de l’inopportunité de participer à cet événement » relève le compte rendu de la réunion de 4 Unions le mois dernier.

EN MAI 2014 E.PIOLLE REPONDAIT :  « LAISSEZ NOUS LE TEMPS de DÉCOUVRIR LA PROPRETÉ URBAINE« 

Le 21 mai 2014, 2 mois après son élection,  Eric Piolle répondait aux habitants du quartier Foch/Aigle/Libération qui l’interrogeaient déjà sur la malpropreté : » laissez nous le temps de découvrir comment fonctionne la propreté urbaine ».  Il a eu d’autres choses à faire de plus urgentes. L’année dernière (30/8/17), sur France Bleu Isère il répondait encore que « Grenoble est plutôt une ville propre« . Il avait même trouvé la cause si il y avait des problèmes de temps en temps :  «Grenoble est une ville ou il y a du vent, tous ces papiers passent partout «.

PROPRETÉ et EMBELLISSEMENT : ENGAGEMENT 87 PAS PLUS TENU QUE LES AUTRES 

Le Grand Timonier qui définit la marche des siècles aura mis 4 ans pour admettre que Grenoble est sale. A reculons bien entendu et sans l’avouer explicitement.  Il ne met d’ailleurs aucun moyen supplémentaire à cette cause essentielle. Il s’agit de la base de l’action d’un Maire. Figurait pourtant  dans ses propositions de candidat un « engagement » sur la propreté et l’embellissement (N°87). Aussi tenu que les autres.

Eric PIOLLE S’EST DÉSAVOUÉ LUI-MÊME 

Mais cette « grande » conférence de presse qui recycle les propos habituels aura surtout représenté  un « grand » désaveu aux propos lénifiants et contradictoires tenus jusque là sur la propreté urbaine. Eric Piolle se sera désavoué lui-même en reconnaissant qu’il faudrait une mobilisation générale. La démonstration évidente qu’il n’a pas été à la hauteur non plus concernant la vie quotidienne des Grenoblois. Lesquels vont lui signifier qu’il est bien trop tard pour s’en apercevoir, de plus en continuant à ne rien entreprendre de décisif pour la propreté.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *