BD GAMBETTA : E.PIOLLE VEUT AUSSI DÉTRUIRE les JARDINIÈRES

Les arbres ne suffisent plus ! Le patron du bar le Gambetta au 23 du boulevard est convoqué devant la police administrative en mai. Il a commis une faute impardonnable : ses jardinières verdissent la chaussée. Inadmissible en Piolland.

D’autant que tout à côté la municipalité a abattu les beaux arbres pour réaliser un arrêt de bus qui est fermé : 400 000 € en fumée. C’était une erreur. Dans la continuité de l’abattage de ces arbres il apparaît donc très logique de supprimer devant le bar les élégantes jardinières de bambous qui font paravent avec la circulation devenue infernale du bd Gambetta depuis que la ville est « apaisée » par la Grâce du Grand Timonier.

Bien entendu elles ne produisent aucune gêne d’aucune sorte pour quiconque,  en particulier les piétons.

Attention : ces jardinières sont installées depuis 18 ans et une taxe bien rondelette est payée chaque année -et encaissée- pour l’occupation du domaine public.

Rien n’y a fait comme toujours. Appels, lettres, mails, la municipalité est aux abonnés absents dans une ville ou -parmi les 120 engagements !- le Maire s’engageait à répondre dans le mois aux citoyens (N°12) .

Par contre la sommation à comparaitre est bien arrivée. Les habitants du secteur envisagent de se mobiliser, comme les clients de l’établissement, comme tous les grenoblois de bon sens face à autant de bêtise accumulée. La municipalité est à la dérive pour se noyer autant dans une bureaucratie à front de taureau qui invente des règles qui défient toute logique.

MOINS de 12 M2 D’ESPACES VERTS PAR HABITANT 

Les élus Rouge/Verts qui bétonnent la ville devraient veiller sur ces minuscules espaces de verdure comme sur la prunelle de leurs yeux tant ils sont précieux dans une ville polluée ou il demeure moins de 12 M2 d’espaces verts par habitant. D’autant plus sur des boulevards ou la circulation a été reportée sans ménagement.

« Le Gambetta » doit savoir que les grenoblois ne laisseront plus faire. Place de la Gare, square Silvestri, piscine Jean Bron... partout dans la ville les arbres tombent. Ce carré de verdure est aussi précieux que les 140 platanes qu’Eric Piolle veut abattre à l’esplanade pour construire 900 logements dont 50 % de HLM.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *