LES UNIONS de QUARTIERS CLAQUENT LA PORTE

Le Comité de Liaison de toutes les Unions de quartiers de Grenoble a décidé de se retirer de toutes les parodies de concertation mises en place par Pascal Clouaire l’Adjoint (Verts/PG) chargé d’éteindre toute participation des grenoblois.

A ce stade on pense qu’il ne s’y retrouve pas lui-même dans les usines à gaz mises en place par la municipalité Piolle pour semer le citoyen. La farce des Conseils Citoyens  » indépendants » qui regroupe de l’ordre de 40 personnes sur toute la ville, composés majoritairement de membres des comités de soutien de la liste Piolle

a fait long feu. Mais même cette organisation lourde, laborieusement mise en place serait revue en fin de mandat. La municipalité voudrait les faire passer de 7 à 6 .

LA MÉTHODE CONSISTE à DÉMOTIVER TOUT CITOYEN NORMALEMENT CONSTITUÉ

Mais de rédaction de statuts en rédaction de charte, de conseils « projets » en conseils « citoyens » (!), de séminaire en colloque, plus aucun Grenoblois sain de corps et d’esprit n’est en capacité de s’y retrouver. D’ailleurs Pascal Clouaire avait annoncé … un guide pour savoir comment participer. A cette date il n’a même pas été possible de le rédiger. C’est dire.

Bien entendu la méthode consiste à démotiver complètement tout citoyen normalement constitué qui a autre chose à faire que de consacrer 100 % de son temps à chercher à comprendre ou il peut poser la question municipale qui le taraude !

L’OBJECTIF EST D’EMPÊCHER QUE TOUTE QUESTION GÊNANTE PUISSE ÊTRE POSÉE 

L’objectif d’enfumer et d’empêcher toute question gênante d’être posée a été pleinement atteint. Depuis 4 ans le Conseil Municipal a été interpellé sur le devenir de l’Orangerie, le rythme des autoroutes à vélos, la légalisation du cannabis ou les contrôles au faciès cause de la délinquance.  Pas de quoi déranger les dogmes Piollesques.

Du coup la vraie vie surgit dans les assemblées d’Unions de Quartiers ou confronté aux vrais Grenoblois Eric Piolle passe un très mauvais quart d’heure.

LE CLUQ : « AUCUNE DISCUSSION OUVERTE et CONSTRUCTIVE N’EST POSSIBLE »

Interrogé sur « la refonte des conseils citoyens indépendants » le Comité de Liaison des Unions de Quartiers a expliqué son ras le bol dans une lettre : “Aucun nouvel élément en termes de représentativité et d’ordre du jour ne nous laisse penser qu’une discussion ouverte et constructive soit possible pour améliorer l’engagement de tous les Grenoblois et non pas des seuls membres actuels des CCI.” ( DL du 11/2/18)

Gilles Namur, président du Cluq dénonce la volonté de sous représenter les Unions de quartiers au profit des membres du comité de soutien et  Bruno de Lescure, président de l’union de quartier Berriat-Saint-Bruno explique que « même si nous avons participé, nous n’avons pas pu nous exprimer ».

LE VERROUILLAGE MUNICIPAL EST TOTAL 

La municipalité Piolle ne trompe plus personne. A Flaubert, à l’Esplanade, partout c’est la Bérézina. Toutes ses tricheries, ses menteries sont allé beaucoup trop loin pour qu’elle conserve une once de crédibilité.

Tout le monde sait désormais que son système de pétition couplé à une votation est un enterrement de première classe: elle fait mouliner les grenoblois dans le vide. Ils n’ont jamais une chance de prendre une décision contraire à la majorité municipale. Le verrouillage est total.

LA NOSTALGIE des GRANDS RÉFÉRENDUMS DÉCISIONNAIRES d’Alain CARIGNON 

Ils sont de plus en plus nombreux à avoir la nostalgie des grands référendums décisionnaires de la municipalité Carignon (Tramway, voie sur Berge…) qui rendaient le pouvoir aux Grenoblois. Les débats étaient passionnés, transparents et toutes les pièces contradictoires sur la place publique. On croit rêver.

UN PROFOND RESSENTIMENT QUI TUE TOUTE VELLÉITÉ de PARTICIPATION 

Après 19 ans de glaciation de la municipalité Destot en matière de démocratie locale, avec Eric Piolle est arrivé le temps des faussaires. Mais dans ce domaine aussi, avoir pris les grenoblois pour des imbéciles, conduit à un profond ressentiment qui a tué toute velléité de participation chez le plus grand nombre. La responsabilité de la municipalité dans l’éloignement du citoyen de la chose publique est très forte. Le terrible constat des Unions de Quartiers vient corroborer cet avis de décès.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *