L’AFFREUX CADEAU DE NOËL d’Eric PIOLLE aux GRENOBLOIS

 

l’affreux cadeau de Noël d’Eric Piolle aux grenoblois

Centre ville inaccessible, commerces en liquidation, banques qui ferment aussi, pollution en hausse, désert sur Agutte Sembat, embouteillages ailleurs, plus d’entretien de la ville, rue de la République tirée vers le bas, piétonisation anti piétons, on en passe, c’est le cadeau de Noël d’Eric Piolle aux grenoblois. MERCI PATRON.

CADEAU AUX GRENOBLOIS : LES COMMERCES EN LIQUIDATION

Les fermetures sont partout et nombreuses sont celles qui sont définitives. Aucune rue ou presque n’est épargnée, le mal atteint même les meilleurs emplacements de l’hyper centre. Place Victor Hugo, Newman est vide depuis des mois. Jennyfer a quitté la place Grenette sans regretter son animation chaque jour gratuitement offerte par les bandes avinées et leurs chiens.

A Lyon où le centre ville va très bien, Jennyfer n’a pas quitté la rue de la République.

Autour des rues piétonnes, c’est l’hécatombe aussi. L’autoroute à vélos est un désert sans voitures ni vélos ni piétons qui n’amène plus personne en ville. Autoroute à vélos est d’ailleurs banni du langage, le Grand Timonier du XXIème siècle ne parle plus que de ville apaisée. Comme si ces mots ridicules avaient le pouvoir magique de transformer le fiasco en succès. Mais les grenoblois font de la résistance.

A Lyon où le centre ville va très bien, le cours Lafayette n’a curieusement pas été transformé en autoroute sans vélos, désertique et apaisée.

CADEAU AUX GRENOBLOIS : LES SERVICES FERMENT AUSSI

Les services qui semblaient pouvoir résister mettent aussi la clé sous la porte. L’évaporation des voitures n’a pas eu lieu mais celle des emplois tourne à plein.

Eric Piolle est déconnecté de sa ville. Nombreux sont ceux qui lui ont, encore récemment, demandé de laisser une voie de circulation sur Agutte Sembat. Tous attendent toujours la réponse comme si cette demande, pourtant modeste et de simple bon sens, était un outrage à Sa Majesté.

Pendant qu’à Lyon le centre ville va très bien, celui de Grenoble se dégrade à vue d’œil. La baisse de l’activité serait de 15% en moyenne a dit Christian Hoffmann, Président de Label Ville en compagnie de Yann Mongaburu (DL, 3/12/17). Il y a des commerces qui sont à -40%. Qui peut résister quand 100 € deviennent 85 €, ou pire 60 € ?

CADEAU AUX GRENOBLOIS : PLUS DE POLLUTION

La fermeture de Grenoble a fait reculer la ville de sept ans dans la lutte contre la pollution. E. Piolle déclarait il y a un an après la manifestation des commerçants que « Les problèmes à régler c’est d’abord la pollution de l’air » (France Bleu, 6/12/16). Ce qui a été réglé en diffusant des contre vérités à travers un faux Observatoire de la qualité de l’air mis en place par ses amis.

Bondissant de sa chaise, « fake news » a même répondu Son Éminence à l’oral de Sciences Po à propos des courbes publiées par Air Rhône Alpes, l’organisme officiel de contrôle de la pollution, lesquelles montrent sans conteste possible son augmentation suite à la fermeture de Grenoble.

CADEAU AUX GRENOBLOIS : PLUS D’EMBOUTEILLAGES

D’un côté la rue Condillac victime de la fermeture de la rue de la République, un banal jour en semaine à une heure normalement creuse. De l’autre le boulevard Agutte Sembat apaisé comme dit notre Phare de l’Occident, alors que c’est un beau samedi à l’heure des achats.

Ce qui n’empêche pas A. Back (gauche extrême), Y. Mongaburu (Verts/Ades), J. Wiart (Verts/PG) de sortir des chiffres du chapeau municipal pour dire que la circulation baisse. Bien sûr sans expliquer que plus il y a d’embouteillages plus le comptage des voitures diminue, ce qui fait baisser les chiffres de la circulation alors que dans les faits la présence des voitures et les nuisances augmentent ! Quant à l’opacité sur la fabrication de ces chiffres, elle est bien sûr totale. Après le faux Observatoire de la qualité de l’air, l’Observatoire CVCM entièrement sous contrôle des Rouges/Verts. Il a permis d’expliquer aux habitants du quartier Championnet que les embouteillages qu’ils vivent chaque jour dans leurs rues ne sont pas réels (DL, 1/12/17).

>>> POLLUTION et EMBOUTEILLAGES: la MUNICIPALITÉ NIE LES RÉALITÉS

CADEAU AUX GRENOBLOIS : LES PIÉTONS SACRIFIÉS

rue Lesdiguières : pollution et feux pour les piétons supprimés

Comment ajuster le trafic automobile après la fermeture de Grenoble ? En sacrifiant les piétons. C’est la « piétonisation » façon E. Piolle (Verts/PG) et C.Ferrari (PS). Ils n’ont rien trouvé d’autre que de transformer les piétons en jeu de quilles pour faire passer plus de voitures sur les voies qui récupèrent la circulation.

Pouvoir commander le feu pour arrêter les voitures et traverser en sécurité, ça c’était le monde ancien et ringard d’avant la lumière de E. Piolle. Les îlots de sécurité et les feux pour les piétons ont été supprimés rue Lesdiguières, cours Berriat, place Championnet, sur les quais de l’Isère, rue Clot Bey. Et même jusque rue Ampère. Où encore ? On ne sait pas, ça aussi ça se déroule en totale opacité.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *