« Piétonisation » ANTI PIÉTONS: PAS DE LIMITES à la SUPERCHERIE et au MENSONGE

Alain CARIGNON au CLUB des ARMÉNIENS : "AU MOMENT OU GRENOBLE TRAVERSE des DIFFICULTÉS..."
HARO SUR LE PROJET NEYRPIC de 24 000 M2 de SURFACE COMMERCIALE

Priorité aux reports de trafic ! Pour réduire la congestion les feux piétons « s’évaporent », pas les voitures. Les piétons payent la fermeture du centre ville jusque rue Ampère.  La suppression déjà mentionnée de deux feux n’était en fait que la moitié de la facture imposée au quartier de la rue Ampère. Sans parler de la liquidation des arbres au pont du Drac en prime de fin d’année.

GRE.MAG : LA MUNICIPALITÉ TITRE « TRANSITION EN COURS »

Nos multiples preuves que la « piétonisation » n’existe que dans les mots puisqu’elle est anti piétons dans les faits ont forcé la municipalité à finalement parler de ce qu’ils cachaient. Fidèle à elle-même, la Pravda municipale enfume le lecteur dans la novlangue vide de sens en titrant « transition en cours » dans son n°16, et poursuit dans la perversion du sens des mots en osant sous titrer « priorité au bien vivre ».

Alors que les feux de traversée pour les piétons ont été supprimés, ne reculant devant rien ils écrivent même « des aménagements qui facilitent et sécurisent les déplacements doux (piétons, cyclistes) » (!) . Il n’y a plus de limites à la supercherie et au mensonge.

GRE.MAG : « TRAVERSER LA RUE LIBREMENT »

dans le monde ancien et ringard d’avant la lumière de E. Piolle, les piétons pouvaient commander l’arrêt des voitures

La liberté pour les piétons n’est plus de pouvoir commander l’arrêt des voitures pour traverser en sécurité, ça c’était le monde ancien et ringard d’avant la lumière, celle de E. Piolle (Verts/PG).

La Pravda nous apprend que « La nouvelle station de bus Cémoi remet le piéton au cœur de l’espace public : l’usager peut traverser la rue librement au droit de l’arrêt et incite les automobilistes à modérer leur vitesse ».

En clair, le piéton du XXIème siècle peut « librement » se faire renverser en traversant le « cœur de l’espace public » (la route), par un automobiliste forcément coupable de ne pas avoir modéré sa vitesse alors qu’il n’y a plus de feux pour réguler.

GRE.MAG : « ÇA POURRAIT ÊTRE ÉLARGI À D’AUTRES SECTEURS »

La Pravda continue avec « Cette démarche de suppression des feux pourrait d’ailleurs être élargie à d’autres secteurs de la métropole ». Nulle mention des feux ou des sécurités pour les piétons déjà largement supprimés un peu partout : sur la rue Lesdiguières, sur les quais de l’Isère, sur le cours Berriat, sur la place Championnet, et où encore ? A. Back qui n’en a jamais parlé aux habitants en les promenant dans leurs propres quartiers serait-il aussi le pigiste de Gre.Mag ?

QUAND MENTEUR.MAG LAISSE ÉCHAPPER LA VÉRITÉ

« La suppression des feux … fluidifie le trafic » laissent ils échapper, reconnaissant ainsi la supercherie de la « piétonisation ». C’est exactement ce que nous  dénonçons depuis longtemps : la fluidification d’embouteillages qui n’existaient pas avant la fermeture du centre ville. Serait-ce pour cette faille dans la propagande que Erwan Lecoeur a été limogé, laissant toute la place au Directeur de la publication, Eric Piolle ?

INTOX : TOUT EST PERMIS

Il n’y a plus de limites à l’intox. Tous les coups sont permis depuis que E. Piolle a ouvert la voie en qualifiant de « fake news » les courbes officielles qui prouvent qu’avoir fermé le centre ville fait augmenter la pollution.

Plus de pollution, plus d’embouteillages, plus de danger pour les piétons, un cimetière en plein centre ville, la multiplication des fermetures de commerces, le bilan est à la hauteur de l’intox : effrayant.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *