E.PIOLLE: L’ARGENT de la DROGUE ENCAISSÉ PAR ACTIS ?

« ÉCOLOGIE » : E. PIOLLE S’OFFRE un MONSTRE DIESEL ARRACHEUR D’ARBRES
ESPLANADE : "UNE ESCROQUERIE MORALE" POUR LES HABITANTS et les COMMERÇANTS

 » Pour contrer l’argent sale nous majorons le loyer payé en espèces » (!) a avoué jeudi 16 novembre Eric Piolle Président (Verts/PG)  d’Actis  devant les commerçants rassemblés à la Chambre de Commerce pour protester contre l’insécurité.

Il semble donc qu’on a le droit de tirer ses revenus de l’économie souterraine et de loger en HLM. Il en coûte seulement un sur-loyer de 10 %. C’est peu quand on fête chaque million d’€ de revenus supplémentaires par un feu d’artifice à Mistral.Et c’est un abri social qui n’interdit pas les résidences secondaires.

Eric Piolle Président d’Actis (OPHLM) serait donc un très faible ruisseau consentant de fait au blanchiment d’argent sale. Par contre le délinquant  est logé et il n’est même pas contrôlé pour vérifier si,en même temps, il bénéficie ou pas des prestations sociales liées à la pauvreté.

Eric PIOLLE NE REMET PAS LA LISTE DE CEUX QUI PAIENT AVEC de l’ARGENT SALE… 

Cette annonce a été proférée devant … Lionel Beffre, Préfet de l’Isère, Jean-Yves Coquillat Procureur de la République, Nadine Le Calonnec , Directrice départementale de la sécurité publique et du Colonel Yves Marzin, à la tête du groupement de la gendarmerie!

A notre connaissance Eric Piolle n’a pas proposé de remettre  la liste des locataires de HLM qui paient leurs loyers en espèces ce qui permettrait peut être d’aller un peu plus vite à la source pour lutter contre le pourrissement et la gangrène de la ville évoqués par le Procureur de la République. Favorisant enfin les « circuits courts » prônés par la municipalité.

… NE DÉNONCE PAS LES FAITS ÉVENTUELLEMENT DÉLICTUEUX DONT IL A CONNAISSANCE 

Sa qualité  d’Officier de Police Judiciaire et de responsable public ne le contraint elle pas à l’obligation de dénoncer les faits éventuellement délictueux dont il a connaissance?  Le paiement des loyers en espèces sur une longue durée n’en est pas possiblement un ?

Décrivant la mort du quartier de l’Alma ( urbanisme Dubedout PS) Claude Jacquier, un vétéran (Verts/Ades) du système local,  jugeait « Comme souvent il faut des morts pour que ces autorités se mettent en mouvement, parfois conjointement. »

Eric PIOLLE SE SITUE DANS LA CONTINUITÉ de la MUNICIPALITÉ DESTOT (PS) …

De cette absence de  » mouvement » le Maire est le premier responsable et les conséquences sont dramatiques pour les Grenoblois. Jeudi à la Chambre de Commerce le  » débat » a tourné autour des mêmes poncifs qui ne s’attaquent pas aux racines: les caméras absentes, la police municipale insuffisante et non armée, les effectifs de la police nationale…

Mais que ce sont ces moyens indispensables si Eric Piolle, dans la continuité de M.Destot, ne passe pas à l’action sur les attributions de logements, les sanctions et les amendes, la collaboration avec la justice,  la fixation de limites à l’immigration clandestine et n’annonce pas un  moratoire de la bétonisation de la ville ? Croit il qu’en diffusant un guide des droits des étrangers de 70 pages ( DL du 21/11/17) sans faire mention d’aucun devoir il va préparer des citoyens responsables?

… QUI N’AVAIT PAS ENTENDU LES MARTEAUX PIQUEURS DANS LES CAVES de MISTRAL 

Comment lutter contre une délinquance abritée par une municipalité ? Protégée par elle à minima de façon passive. Disons  à minima parce que dans l’affaire des souterrains au marteau piqueur créés par les dealers de Mistral afin d’aménager des bureaux avec écrans-plats, caméras de vidéo surveillance, il est exclu que ces faits bruyants ne soient pas venus à l’oreille d’aucun élu de la municipalité Destot, demeurée immobile.

Comme elle avait refusé de porter plainte en juin 2010 quand des policiers municipaux ont été braqués à l’entrée de Villeneuve et qu’il leur a été intimé l’ordre de ne plus pénétrer dans le quartier.

Alain CARIGNON DEMANDE de PORTER PLAINTE APRÉS les DÉNONCIATIONS de C.JACQUIER (Verts/Ades) 

Comme Eric Piolle a refusé de porter plainte après les dénonciations de Claude Jacquier qui explique que les trafics se déroulent dans… les locaux municipaux ! Pourtant  cette fois Alain Carignon le lui a demandé par lettre recommandée du 30 août dernier. N’est-ce pas le rôle d’un Maire? Eric Piolle a répondu le 24 octobre à l’Ancien Ministre qu’il  » condamne fermement les actes décrits par le directeur de l’ODTI ». Toujours ces mots sans les actes déterminants.

UNE QUALIFICATION PÉNALE ? 

L’aveu de jeudi soir pose un nouveau problème grave à la municipalité. Sa complicité objective par la bétonisation , les attributions de logements, le fait de regarder ailleurs quand les délits se préparent ou se produisent, et le bénéfice électoral qu’elle retire de ce clientélisme étaient déjà graves.

Mais s’agissant de cette étonnante pratique  qui voit directement alimenter le budget d’Actis, présidé par E.Piolle, par l’argent de la délinquance, il n’est pas exclu qu’elle reçoive une qualification pénale. Ce serait le seul moyen de stopper ces dérives. Une fois encore, Alain Carignon  a saisi cette fois le Procureur de la République par lettre en date du 21 novembre.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *