C.FERRARI (PS) : « LE CAVE SE REBIFFE » CONTRE E.PIOLLE (Verts/PG)

CENTRE VILLE : "TOUT VA BIEN" pour la MUNICIPALITÉ
DÉLINQUANCE : Les HABITANTS de la rue M.RIOLLET MANIFESTENT CET APRÈS MIDI

Christophe Ferrari le Président (PS) de la Métro est monté sur ses ergots. Depuis plusieurs semaines il refuse de se laisser publiquement piétiner. Il a bien donné le pouvoir à la municipalité  d’Eric Piolle mais réclame des égards devant les autres. Il ne veut pas finir comme Ludovic Bustos un Vice Président (PS) à la voirie, Maire de Poisat, réduit à chanter sous le kiosque du jardin de ville pour les candidats de Piolle aux législatives! Signer les chèques de Piolle, supporter une partie de l’impopularité des décisions en faisant comme s’il les prenait lui-même oui, mais l’humiliation affichée, non, trop c’est trop.

TOUTES LES VICE-PRÉSIDENCES IMPORTANTES SONT TRUSTÉES par les HOMMES de E.PIOLLE 

Christophe Ferrari a bien cédé la totalité du pouvoir aux Rouge/Verts grenoblois qui détiennent toutes les vice-présidences a contenu: Administration générale, personnel relation avec les citoyens (C.Kirkyacharian (Verts/Ades) première vice présidente, mère des enfants de R.Avrillier) Déplacements et présidence du SMTC (Yann Mongaburu verts/Ades) Logement (Christine Garnier Verts/Ades) grands équipements, université (Klauss Habfast Verts/PG) éducation et culture (Francie Mégevand Verts ext. gauche) Environnement (Jérôme Dutroncy (Verts Ext gauche) déchets , propreté (Georges Oudjaoudi (Verts/ext gauche).

APRÉS AVOIR VIDÉ F.HUGELÉ (PS) IL PENSAIT POUVOIR AFFECTER les NUMÉROS des VICE-PRÉSIDENTS

Toutes les autres sont du blablabla pour l’essentiel. Ainsi ficelé, prisonnier,  Christophe Ferrari estimait qu’il pouvait au moins décider du rang des vice présidents . En vidant Fabrice Hugelé sur ordre du clan des grenoblois pour crime de lèse majesté Macroniste,  en nommant quelques amis à des postes sans conséquence,  fidèle au contrat passé, il espérait pouvoir affecter au moins les numéros !

L.COMPARAT (Verts/Ades) : « LE PRÉSIDENT de la MÉTRO EST CAPABLE de CHANGER L’ORDRE du TABLEAU » (!) 

Mal lui en a pris. Les élus Verts/Ades qui sont les vrais patrons à Grenoble et dans l’agglomération n’ont pas laissé passer. Le site dirigé par Laurence Comparat l’Adjointe Verts/Ades de Grenoble, passionaria de la propagande, fille de Vincent Comparat le Président de l’Ades, a sonné le tocsin. Raymond Avrillier et le noyau dur ne laissent rien passer: « il y a le Président de la Métro qui est capable de changer l’ordre dans le tableau des Vice-présidents sans que cela soit voté en Conseil de métropole. Ainsi il déclare que Mme M-J Salat aurait eu une promotion en passant de la 14ème place à la 3ème en changeant de délégation ! Ceci est évidemment une blague, seule l’assemblée délibérante peut voter l’ordre du tableau des Vice-présidents » rappellent les dirigeants de la PME familiale ( site Ades du 6/10/17 )

C.FERRARI VOULAIT PRIVER E.PIOLLE de SON PRIVILÉGE HABITUEL 

Pensez donc, MJ Salat (PS) dans l’ordre protocolaire placée  avant les éminences grenobloises ? Même sans aucun pouvoir sur rien. Avant par exemple celui qui se nomme lui-même à la 3 eme personne quand il parle de lui : « le Président du SMTC « , Yann Mongaburu ?

Probablement las de ces humiliations Christophe Ferrari qui tentait de sortir du trou en organisant un raout inutile à sa gloire qui se solde toujours par le ridicule, monopolisant MC2  (qu’il considère comme sa propriété maintenant qu’elle a été transférée à la Métro,  après que les Verts en aient abusé) a donc décidé qu’Eric Piolle ne bénéficierait pas de son privilège habituel en parlant à égalité avec le président de la Métropole !  Pourquoi en effet les Maires des 49 communes n’auraient ils pas la même exigence ?

E.PIOLLE DONNE L’ORDRE DE BOYCOTTER LA RÉUNION 

Eric Piolle à la même place que le Maire de Brié et Angonnes?  Le phare de l’occident, le Grand Timonier, notre Maire vénéré qui fait entrer Grenoble dans le XXI eme siècle ? On imagine la colère. C’est le problème d’avoir choisi un président transparent pour pouvoir exercer le pouvoir, au lieu de l’avoir pris directement soi-même. Le cave se rebiffe.

Eric Piolle a immédiatement décidé de boycotter cette réunion ou Sa Parole ne pourrait pas être entendue à Sa Juste place. Les élus de son groupe aussi. Soudainement, eux qui multiplient les opérations vides de ce type, ont estimé que « les élus n’avaient pas à être convoqués à une grand­ messe dans laquelle seul le chef Ferrari et quelques invi­tés extérieurs s’expriment ». (!) (Dl du 19/10/17)

LE DL: « CERTAINS ONT FAIT DEMI-TOUR DEVANT LA SALLE »

Eve Moulinier raconte dans le DL que, jusqu’au dernier moment « certains avaient fait de­mi­- tour devant la salle après avoir reçu quelques textos… » C’est dire si la grand messe était contestée au départ … Mais on ne plaisante pas avec la gloriole d’Eric Piolle. Tous les cabinets ont été mobilisés  et les élus ont du obéir.

TOUJOURS des GRANDS-MESSES POUR CITOYENS PROFESSIONNELS ou  » INDÉPENDANTS » DÉSIGNÉS 

Bonjour l’ambiance. Il y avait moins de 150 personnes dans la grande salle de MC2 mais rien de bien moins que ce qui se passe d’habitude : toutes les opérations reposent sur quelques citoyens professionnels ou  » indépendants » désignés par la municipalité pour répéter les poncifs habituels sur tous les dossiers. Les Rouge/Verts grenoblois ont tué tout débat – c’est à dire échanger sur une politique alternative-  toute possibilité de décider autre chose que ce qu’ils veulent par des procédés compliqués et sophistiqués hérités de la culture de type trotskiste.

Ils ont été décrit ici avec précision à plusieurs reprises.

LE DL:  » LES TENSIONS SERAIENT de PLUS EN PLUS VIVES entre C.FERRARI et E.PIOLLE » 

Pour la journaliste Eve Moulinier  « Les tensions seraient de plus en plus vives entre Christophe Ferrari et Eric Piolle. Cela remonterait à la réorganisation de l’exécutif  » . 

En effet Christophe Ferrari a fait bouger le petit doigt de la couture du pantalon au moment ou il était pourtant au garde à vous. Ç’en est trop.

A.CARIGNON: « CESSEZ VOS QUERELLES DE COUR D’ÉCOLE » 

Hier Alain Carignon a demandé dans un communiqué à Christophe Ferrari et Eric Piolle de « cesser leurs querelles de cour d’école pour savoir si l’un peut prendre la parole avant l’autre (…) afin de se concentrer sur les décisions qu’attendent des habitants : des mesures immédiates et coordonnées de lutte contre la délinquance et pour la propreté et l’embellissement de l’espace public ;  renoncer à leur décision unilatérale de fermer Grenoble et rétablir un accès équilibré à l’agglomération afin de réduire la pollution et sauver l’activité commerciale ;  accepter un moratoire de la bétonisation tant que le niveau d’équipements publics en premier lieu scolaires en rapport avec la population ne sera pas assuré. » 

En effet il y a plus urgent que de trancher les questions protocolaires entre M.Ferrari et M.Piolle ou de suivre les méandres nauséabonds de ceux qui veulent tirer toutes les ficelles. Au point de faire capoter « l’attelage » brinquebalant  placé à la tête de la Métro

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *