LES TARTARINS DE GRENOBLE ABUSENT de la COM’ SUR FONDS PUBLICS

LOCATAIRES HLM de JOUHAUX MENACÉS : ILS N'ONT JAMAIS VU LE MAIRE
« PIÉTONISATION » ANTI PIÉTONS : COURS BERRIAT AUSSI !

Au lieu de traiter les problèmes la municipalité Piolle poursuit sa folle fuite en avant communicative , sortant chaque fois un lapin de son chapeau pour faire oublier le précédent… .

Ainsi voilà le nouveau mobilier urbain testé à Bouchayer-Viallet avec son banc révolutionnaire et son gouvernail pour s’orienter. Le DL et Place Gre’Net en rendent évidemment largement compte.

ON OUBLIE LES TOTEMS de L’AUSTÉRITÉ EN TRANSITION 

On oublie les totems de l’austérité en transition qui s’effondrent et sont remisés dans les quartiers comme on les voit à la caserne de Bonne la municipalité participant activement à créer elle-même le climat de désolation de Grenoble. On délaisse les planches de bois de la rue de la République pourtant présentées comme la nouvelle façon de vivre la ville.

ON OUBLIE LES CENDRIERS POSÉS à GRAND BRUIT par A.BACK ( Verts/PG) 

On oublie les cendriers posés à grand bruit par Antoine Back ( Verts/PG): ils devaient rendre la cité propre. Les employés municipaux qui n’avaient rien d’autre à faire allaient être affectés au ramassage des cendres afin de les recycler dans un entreprise éco-capitaliste amie de l’Aveyron. Personne ne sait ce que l’opération, évidemment piteusement abandonnée depuis, a coûté.

ON OUBLIE LES GARAGES à VÉLOS SÉCURISÉS INSTALLÉS par Y.MONGABURU (Verts/Ades) 

On oublie les garages à vélo sécurisés installés sous les flashs des photographes,  Y.Mongaburu  ( DL du 15/3/16) expliquant que Grenoble imitait  … Londres. Malgré le Brexit on n’a pas  vu depuis les Goldens Boys se précipiter dans la capitale des Alpes, ni les financiers revenir de Singapour. Pour acquérir à l’esplanade ou sur la presqu’ile avec 50 % de HLM. Par contre les superbes garages à vélo ( 5000 € pour garer 6 vélos) sont devenus de nouvelles friches urbaines s’ajoutant à toutes celles qui polluent Grenoble.

ON OUBLIE LES ARBRES MANQUANTS à PLANTER AUX EMPLACEMENTS LIBRES 

L’idée de planter des arbres manquants  aux emplacements réservés depuis des des années n’est pas encore venue aux futuristes qui dirigent Grenoble. Ils préfèrent mettre dans les mains des citoyens un outil permet­tant de mesurer en temps réel la qualité de l’air, grâce à Mo­ bicit’air (DL du 5/10/17).Il en coûte 250 € par appareil. Les arbres n’améliorent ils pas la qualité de l’air? Trop simple.

ON OUBLIE LA SUPPRESSION des FEUX PIÉTONS pour IMAGINER LA VILLE de DEMAIN ( L.COMPARAT Verts/Ades) 

L’inénarrable propagandiste familiale , Laurence Comparat  Adjointe au Maire (Verts/Ades) a lancé  le 3 octobre à La Belle électrique, » Grenoble Civic Lab »  pour la  création d’outils numériques sur « Comment imaginer la Ville de demain ?  » . Comme par hasard le résultat de cette longue réflexion aboutira en… février 2018 , un an avant l’obligation de comptabiliser la com’ dans les comptes de campagne électorale. En attendant ceux qui se rendent à pieds à la « Belle Electrique » par le cours Berriat ont pu constater la suppression des feux aux passages piétons. Cette mesure n’a fait l’objet d’aucune innovation en matière d’association des citoyens à la décision. Le dévoué Antoine Back qui « promène  » les grenoblois de quartier en quartier pour les consulter a toujours omis de l’annoncer…

ON OUBLIE la DÉLINQUANCE, LA PAUPÉRISATION et LA DÉGRADATION pour  » le BIENVIVRE » (!) 

D’ailleurs, au final , la municipalité annonce aussi pour 2018 (!) un forum international sur le bien­vivre . On le sait notre ville a même envoyé 3 semaines une élue Verts/PG, Marina Girod de l’Ain au Bouthan pour étudier ce modèle qui ressemble tant à ce que Grenoble veut devenir.  La Métro , la ville, le CCFD­Terre solidaire, le collectif Fair (Forum pour d’autres indicateurs de richesse), l’ Université Grenoble Alpes vont donc expliquer aux grenoblois  avant les élections que, selon les critères qu’ils ont eux mêmes défini, ils vivent beaucoup mieux grâce à M.Piolle.

DES TARTARINADES SUR FONDS PUBLICS 

On se demande à partir de quand ces Tartarinades de plus en plus lourdes vont cesser ? Les élus Rouge/Verts grenoblois prennent ils à ce point les grenoblois pour des benêts ? Ils pensent que chaque opération chasse l’autre et qu’il suffit d’alimenter avec l’argent public afin de saturer l’espace et la part de cerveau disponible ? Pas de mémoire, pas de jugement, pas de hiérarchisation, pas d’observation c’est ainsi qu’ils jugent les Grenoblois?

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *