30 ANS du TRAM : UNE « HISTOIRE GRENOBLOISE » RACONTÉE aux ENFANTS

FUSILLADE du CENTRE VILLE : 28 TRACES D'IMPACT de BALLES
GRENOBLE EN DIFFICULTÉS : C'EST LA FAUTE à E.MACRON...

« Nous souhaitons travailler sur la mémoire, se souvenir de ce qui a été parcouru en quarante ans » déclarait au DL (1/10/17) l’inimitable Yann Mongaburu Président (Verts/Ades) du SMTC.

A propos du 30 eme anniversaire du tram  – soit en 1987- le SMTC a préféré remonter à…  1974 , au moment de la piétonisation des rues de Bonne et Lafayette décidées par la municipalité  Dubedout (PS). C’est pourquoi les panneaux de propagande sont grossièrement passé du Tram à la piétonisation.

L’OBJECTIF du TRAVAIL de MÉMOIRE EST D’EFFACER LES FAITS

Certes ça ne fait pas une date anniversaire, mais peu importe. L’objectif de ce « travail de mémoire » a pour rôle d’effacer le référendum par lequel les grenoblois ont décidé du tram en 1983, en même temps le nom de celui qui l’avait promis puis organisé et de sauter les années 84/87 période des études et des travaux du Tram qui ont abouti a son inauguration par la même équipe d’Alain Carignon en 1987. A oublier aussi

UNE PROPAGANDE COMPULSIVE et SECTAIRE 

C’est ainsi que les grenoblois peuvent se pencher sur des panneaux installés dans la ville, intitulés « une histoire Grenobloise » qui la réécrivent l’histoire. Le DL ( 2/10/17) fait d’ailleurs une page pour la raconter. Mais il s’agit d’une propagande compulsive et sectaire. Elle est de substitution. D’autant qu’il n’y a rien de comparable – sauf à imiter le passé lointain – entre la piétonisation de rues et de places étroites conçues à l’époque de la voiture à cheval, avec la fermeture d’une ville à l’accès des automobilistes. Qui a des conséquences sur le type d’habitant susceptible d’habiter en ville. Mais il s’agit surtout de faire une substitution d’images  afin que n’apparaissent pas les acteurs ou les faits qui déplaisent. Qui contreviennent à l’histoire officielle.Car le tramway à entrainé la piétonisation de l’avenue Alsace Lorraine, de la rue Molière etc…

MÊME LE VOTE DES GRENOBLOIS A ÉTÉ EFFACÉ D’UNE HISTOIRE DE GRENOBLE 

Mais même le vote des Grenoblois – un moment fort de la vie démocratique de la ville – a été effacé  d’une « histoire de Grenoble ».  Les grenoblois qui ont voté sont rayés de la carte, déclarés inexistants. A constater ces comportements on peut imaginer ce qu’il en serait si ces élus disposaient d’un pouvoir plus important.

E.PIOLLE ORGANISE CES FALSIFICATIONS de L’HISTOIRE

Au moment ou la municipalité est sévèrement épinglée pour ses campagnes publicitaires sexistes, ses débordements de com’ tous azimuts, il serait préférable qu’elle adopte une attitude plus sobre, plus respectueuse des grenoblois. Peut être, du fait de la « culture » ambiante dominante,  aucun média ne relèvera ces libertés patentes prises avec la plus élémentaire des vérités quand à l’anniversaire des 30 ans du Tram.  Mais ces manquements grossiers, ces entreprises douteuses de falsification demeureront et Eric Piolle ne se grandit pas de les organiser avec l’argent du contribuable.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *