PLACE de la GARE : UN AN APRÈS AVOIR ABATTU LES ARBRES….

Les habitants du quartier n’ont toujours pas compris pourquoi en août 2016 les tronçonneuses de E.Piolle entraient en action et abattaient brutalement les superbes cerisiers du japon dont le fleurissement était un enchantement. Les faux écolos vrais gauchistes qui manient la tronçonneuse partout dans Grenoble avaient frappé ici aussi. 

Le tout sans aucune information et avec la férocité habituelle. Quelques mois plus tard, assez piteusement, un conseiller municipal délégué « aux déplacements » impuissant,  Jacques Wiart (Verts/PG) répondait à des questions de l’Union de Quartier en expliquant confusément qu’il s’agissait d’une future autoroute à vélos !

DES ARBRES ABATTUS POUR RIEN 

Un an après les grenoblois constatent qu’il n’y avait aucune urgence à abattre ces arbres puisque l’espace est devenu un no man’s land à détritus qui collent à la terre des anciens emplacements des végétaux.  Ils n’étaient ni vieux, ni malades!

D’autant que la large voirie à cet endroit de la ville pouvait permettre de réaliser une autoroute à vélos en maintenant les arbres. Mais encore eut il fallu en discuter avec les grenoblois avant de prendre la décision !

Pour mémoire et rire (jaune) rappelons l’engagement N°1 d’Eric Piolle: « associer les habitants pour co-construire les projets dés leur élaboration, c’est donner du pouvoir d’agir avant la décision, en lieu et place d’un petit pouvoir d’amendement de projets déjà ficelés… » 

Ni sur les projets importants (la fermeture de Grenoble), ni s’agissant de ceux qui se limitent à un secteur géographique plus restreint la municipalité ne daigne demander leur avis aux grenoblois.

En l’occurrence dans le quartier de la gare celui-ci aurait évité à E.Piolle de commettre une grossière faute supplémentaire. Les cerisiers du japon seraient toujours debout, auraient fleuri au printemps, fourni leur ombre et leur oxygène bienvenus cet été et tous les grenoblois qui ont pleuré à leur destruction auraient gardé le sourire.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *