FERMETURE de GRENOBLE : le CONSEIL D’ÉTAT EST SAISI

MASSACRE de la RUE LESDIGUIÈRES : Le GRAND N'IMPORTE QUOI
CNAC/MAGASIN : UNE MUNICIPALISATION IDÉOLOGIQUE, la FIN d'une AMBITION

« Parce que tout nous donne raison : les faits, l’aug­mentation de la pollution et les nombreux témoignages de personnes qui ont vu leur temps de trajet considérable­ment s’allonger. Même les gens qui habitent en périphé­rie de la ville subissent la si­tuation. Avant la nouvelle cir­culation, le Samu avait fait même part de ses inquiétu­des au président de la Métro­pole », résume François Ba­zès du collectif « Grenoble à Coeur ».

Me B.BOULLOUD: « L’ÉTUDE D’IMPACT EST OBLIGATOIRE » 

Parce que tout leur donne raison, ils ont décidé de saisir le Conseil d’Etat révèle le « Dauphiné Libéré ». Me Bernard Boulloud,  leur Avocat explique que  Le projet de fermeture de Grenoble « doit faire l’objet d’une étude d’impact. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la loi, l’ar­ticle 5 de la Charte de l’envi­ronnement :les projets qui par leur nature, leur dimen­sion ou leur localisation, sont susceptibles d’avoir des inci­dences notables sur l’environnement ou la santé hu­maine font l’objet d’une éva­luation environnementale”.

« GRENOBLE à COEUR » AVAIT PROPOSÉ UNE ALTERNATIVE

Comme il est incompréhensible que le Tribunal Administratif n’ait pas répondu positivement au référé de suspension des travaux renvoyant sa décision au fond, c’est à dire quand la fermeture de Grenoble sera achevée, le collectif a préféré saisir le Conseil d’Etat.

En effet  le collectif  estime qu’il y avait d’autres solu­tions. « Nous avions proposé une alternative avec une vraie autoroute à vélos sur le boulevard Gambetta et le maintien de la fluidité auto­ mobile du centre ­ville. C’est l’absence de concertation et d’écoute  qui nous a forcés à passer à l’ac­ tion juridique », précise au DL Olivier un membre du collectif.

LA POLLUTION A AUGMENTÉ de 35 % sur les BOULEVARDS

Le collectif suit de très près les données fournies par At­mo concernant la qualité de l’air à Grenoble. Dominique Grand explique : « Depuis la mise en pla­ce de la nouvelle circulation, le taux d’oxyde d’azote a aug­menté de 35 % sur les grands boulevards et de 30 % sur la rocade. Nous établissons des tableaux à partir des données que tout un chacun peut trou­ver sur le site internet d’At­mo ».

Deux semaines après la fermeture l’augmentation était de déjà 15 %. Cela s’aggrave donc.

GRENOBLE: les 5 ème et 7 ème BOUCHONS FRANÇAIS

D’après Inrix, la société mondiale d’études des trafics, la ville de Grenoble est l’une des villes les plus embouteillées de France et les deux  bouchons de la Rocade Sud et de l’A 480 sont les 5 eme et 7 eme bouchons nationaux! Ils sont les deux premiers facteurs de la pollution automobile.

La fermeture de la ville ne les améliore pas. Il est a espérer que la juridiction administrative nationale sera plus attentive au dossier. Elle est d’ailleurs sensible aux questions environnementales

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *