GRENOBLE: LE CONSULAT d’ALGERIE PREND des DIMENSIONS d’AMBASSADE

Quand Grenoble avait la forme olympique
Archives Décembre 2014

A Grenoble l’immigration Algérienne est très ancienne et très forte. Elle est maintenant partie prenante de l’histoire de la ville.
Il aura fallu attendre la municipalité d’Alain Carignon pour que celle ci sorte du ghetto dans lequel les socialistes l’avait maintenu .
Aziz Sahiri sera le premier Adjoint au Maire de la ville de Grenoble ayant des origines Algériennes : après avoir exercé des responsabilités municipales importantes ,il est toujours le défenseur des valeurs de la République .
Alain Carignon a aussi veillé à nommer à la tête d’institutions culturelles du centre ville des personnalités telles Mohamed Boumegra , Diden Beramdane qui prendra la direction du Théâtre de St Marie d’En Bas ou il officie toujours.
Il s’agissait de donner une visibilité à l’intégration et des exemples auxquels s’identifier .
Tandis qu’Alain Carignon nommait Jean-Vincent Brisa un talentueux homme de théâtre à Villeneuve montrant sa volonté de décloisonner ,ce que la coalition PS/Verts/Ades refusera comme elle a toujours refusé tout regard extérieur désirant constituer des ghettos à vocation électorale.

Depuis prés de 20 ans maintenant la politique communautariste prévaut. Celle des ghettos .

Ainsi l’imposant nouveau Consulat d’Algérie qui s’installe au centre ville de grenoble est il le symbole d’une intégration qui recule : alors qu’au fil du temps et des années la communauté Algérienne devrait se trouver de plus en plus Française, c’est le contraire qui se produit.

Et l’Etat Algérien construit donc à Grenoble un Consulat au dimensions d’une Ambassade pour faire face au nombre accru de ses ressortissants à Grenoble

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *