VILLE APAISÉE (Suite)

Rue Ampère l'accueil est très clair. Dans le quartier Chorier-Berriat les anarcho-gauchistes de Piolle sévissent fortement. Certains sont logés par lui sur les impôts des Grenoblois. Dans des squats municipaux. Comme au 38 rue d'Alembert ou les occupants refusent de signer toute convention qui les contraindraient à respecter les règles que Piolle impose à tous les autres. Ainsi va la ville au temps de M.Piolle.

On s'étonne que Grenoble ne figure plus dans les 30 premières villes de France qui créent des emplois depuis 2014